Publié par Jean-Patrick Grumberg le 8 mai 2020

75 000 morts en Amérique ! 75 000 morts en Amérique ! C’est le record du monde ! Regardez cet attardé de Trump !

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

C’est une avalanche de mensonges, contre-vérités, approximations et sujets bâclés que France TV déverse presque quotidiennement sur un public ravi de voir qu’ailleurs, dans l’insolente Amérique qui se croit au-dessus des autres, c’est finalement bien pire que chez eux.

Eh bien non…

Les journalistes n’arrivent pas à digérer que Trump a causé moins de deux fois moins de morts du coronavirus chinois qu’en France, c’est plus fort qu’eux. Ils me font rire quand j’imagine leur tête en regardant les chiffres catastrophiques de la France, et ceux, excellents, de Trump. Alors ils trichent, ils mentent, ils défigurent les chiffres.

Regardons de plus près.

1 – « Il y a 75 000 morts aux Etats-Unis, autant que dans l’Union européenne, qui a 490 millions d’habitants ».

  • Faux, il n’y a pas 75 000 morts en Europe, mais 147 344 (1). Ce qui signifie que les Etats-Unis ont moins de morts par habitant que l’UE.
  • De plus, aux Etats-Unis, deux Etats limitrophes cumulent à eux seuls la moitié des victimes, New York (26 187 morts), et le New Jersey, qui frôle la ville de New York (8572). Et ces Etats sont dirigés par des gouverneurs Démocrates – celui de New York, Andrew Cuomo, et le maire de la ville de New York Bill de Blasio, ont accumulé les mauvaises décisions et envoyé un nombre disproportionné de leurs concitoyens à la morgue.

Bilan : faux

2

– « 50% des décès sont des noirs »

L’allusion raciste est cousue de fil blanc. Elle demande une explication.

  • La première, puisque Trump est implicitement visé, est qu’en Grande-Bretagne, le chiffre est exactement le même.

    « Les Noirs du Royaume-Uni courent quatre fois plus de risques de mourir d’un coronavirus que les Blancs, a déclaré jeudi l’Office statistique du Royaume-Uni » (2).

    Sauf à lui donner un pouvoir surnaturel, je ne pense pas que l’on puisse accuser le président américain de tuer les noirs britanniques.

La raison est en partie à cause des désavantages socio-économiques, mais une partie restante de la différence n’a pas encore été expliquée », a déclaré l’ONS.

Aux Etats-Unis, les raisons sont sensiblement différentes.

  • Les noirs vivent essentiellement dans les villes, qui sont largement les plus touchées.
  • Beaucoup refusent les mesures de confinement et résistent au port du masque obligatoire dans les magasins – on a recensé plusieurs cas de gardes devant les magasins qui ont été tués par des noirs parce qu’ils ne voulaient pas les laisser entre sans masque (3)
  • Les données réelles montrent que les obèses sont plus touchés par le coronavirus que les autres (4), et la proportion d’obèses parmi les noirs est plus importante que parmi les blancs (5). La conjonction des deux facteurs explique également pourquoi ils sont plus touchés que les autres groupes.

Bilan : vrai, mais le constat est le même en Grande-Bretagne

3 – « Les tests de contagion au coronavirus sont facturés plusieurs milliers d’euros »

Les tests sont gratuits depuis le 19 mars dernier (6). De plus, les Etats-Unis ont réalisé à ce jour plus de 8 millions de tests, ce qui est vital pour mitiger les risques de contagion.

Bilan : faux

4

– « 40 millions d’Américains n’ont pas d’assurance maladie »

C’est le sujet récurent. Il sert de cache-misère à la médiocrité et au coût très élevé du système de santé où l’Etat est l’assureur unique et obligatoire, comme en France.

Avant d’entrer dans le détail, rappelons tout de même que le système américain, qui est imparfait et hérisse le poil à de nombreux Français, a tout de même sauvé de la mort deux fois plus de personnes contaminées par le coronavirus chinois que la France à la sécurité sociale que tout le monde leur envie.

Et ce n’est pas 40 millions qui ne sont pas assurés, mais 27,9 Millions.

Bilan : faux

L’assurance santé américaine : très coûteuse, très appréciée, et très efficace

Puisque le sujet de l’assurance santé américaine revient régulièrement, je pense que le moment est venu de l’aborder au fond – ne comptez pas sur un journaliste de la presse traditionnelle pour faire ce travail, ils sont bien trop fainéants, incapables, et de mauvaise fois pour faire un travail honnête.

  1. 160 millions d’Américains sont assurés par leurs employeurs. Il y a 130 millions de travailleurs (certaines assurances couvrent toute la famille, c’est pourquoi le nombre total d’assurés est supérieur au nombre total d’employés).
    1. Si l’assurance santé devenait obligatoire, ces 160 millions d’Américains couverts par leur entreprise devraient s’assurer eux-même auprès de l’Etat, et ça leur coûterait beaucoup plus cher que les assurances privées dont les tarifs sont négociés par leurs employeurs.
  2. Les personnes âgées de 65 ans et plus sont assurées par Medicare, un programme d’assurance santé fédéral qui coûte $135 par mois.
  3. Les personnes à très faibles ressources sont assurées par un programme d’assurance fédéral et d’Etat appelé Medicaid, qui est gratuit ou presque. Il couvre les enfants, les gens à faible revenu, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes handicapées.
  4. Au total, 74 millions de personnes sont assurées par ces deux programmes.
  5. Le reste, à part les 27,9 millions qui n’ont pas d’assurance et dont je parle en détail plus loin, est assuré auprès de compagnies d’assurance privées.

Pourquoi l’assurance maladie coûte-t-elle si cher

• La première raison pour laquelle 27,9 millions d’Américains ne sont pas assurés, la plus évidente, est que la médecine coûte très cher, et cela influe directement sur le coût de l’assurance santé.

Plusieurs raisons structurelles à cela, qui sont impossibles à réformer d’un coup de baguette magique. Même Obamacare n’a pas été capable d’y arriver (en fait, il a aggravé la situation) :

  1. Un docteur américain qui gagne 3 millions de dollars par an, c’est courant. 13 organisations d’hôpitaux payent leurs top docteurs entre 5 et 21 millions par an. Le coût est évidemment supporté par le client ou l’Etat, donc c’est cher de la consultation, et si on a une assurance, elle coûte cher à cause de ça.
  2. Les tribunaux ont la main très lourde. Ils imposent des pénalités démentes en cas de problème – il n’est pas rare d’obtenir quelques millions de dollars en réparation d’une opération ratée, et sans discuter, les assurances poursuivies en justice lâchent sans broncher 15 ou 20 000 dollars, parce que ça leur coûte bien moins qu’aller au tribunal (un avocat, il demande $15 000 pour commencer à travailler).
  3. Trop d’avocats Américains sont des prédateurs. Ils tentent de pousser à la consommation de procès pour gagner leur vie. Ils ont des panneaux publicitaires un peu partout (et sur les bancs publics en concurrence avec les agents immobiliers), et ils ne facturent pas leurs clients, ce qui augmente les convoitises. Au lieu de cela, ils prennent 40% de ce qu’ils obtiennent. Le résultat est que les assurances que contractent les médecins pour se protéger des procès coûtent une fortune, et c’est encore une fois le client qui paye la note – ou son assurance maladie.
  4. Les pharmacies, qui sont en réalité de vrais supermarchés, perçoivent des marges gigantesques des laboratoires, ce qui fait que les mêmes médicaments coûtent infiniment plus cher aux USA qu’ailleurs. Cela explique aussi pourquoi l’assurance santé est si chère.

Les Américains sont très satisfaits de leur couverture santé

Contrairement à ce que les médias laissent entendre, car ils ne parlent généralement que des cas extrêmes, des cas tragiques afin de montrer uniquement le mauvais côté des choses, les Américains sont satisfaits du système de santé.

  • Huit Américains sur dix jugent la qualité de leurs soins de santé comme étant excellente ou bonne.
  • 69 % sont satisfaits de leur couverture santé.
  • Une majorité d’entre eux se disent même satisfaits du coût total des soins de santé qu’ils paient (9).

Et ceci, en tenant compte du fait que 70 millions d’Américains ont des dettes en raison de frais médicaux, et que deux millions se déclarent en faillite personnelle à cause des frais médicaux, soit 800 000 personnes chaque année.

Les Américains n’aiment pas les contraintes liées au système de sécurité sociale

  • A 75 %, les Américains sont hostiles à l’idée d’une assurance santé obligatoire gérée par un assureur unique, l’Etat, qui serait payée par leurs impôts, qui supprimerait les assurances santé privées, et obligerait à attendre plus longtemps qu’aujourd’hui pour leurs examens et soins médicaux (8).

Les non-assurés chroniques

On ne le dit jamais parce que les études sont souvent destinées à dénigrer le système de santé américain, mais une partie des 27,9 millions d’Américains non assurés sont des gens qui ne veulent tout simplement pas d’une assurance santé.

1 Le premier groupe, qui représente 88% des personnes sans assurance santé est les Hispaniques (7).

Ils ont continué à être le groupe ethnique ayant le taux le plus élevé de personnes non assurées même à l’époque d’Obamacare.

Ce qui est intéressant, c’est qu’ils le sont à revenus comparables aux autres groupes.

Pourquoi représentent-ils une proposition si importante ?

  • Les Hispaniques ont le taux de mortalité infantile le plus bas, soit 5 pour 1 000 naissances, contre 5,06 pour les blancs non hispaniques et 11,11 pour les noirs non hispaniques.
  • En termes d’espérance de vie, les Hispaniques américains vivent plus longtemps :
    • L’espérance de vie est 84 ans pour les femmes hispaniques. 81,4 ans pour les femmes blanches non hispaniques, et 78,4 ans pour les femmes noires.
    • Pour les hommes, c’est 79,2 ans pour les Hispaniques. 76,7 ans pour les blancs non hispaniques, et 72,5 ans pour les noirs.
  • La « prévalence du tabagisme chez les Hispaniques est généralement inférieure à celle des autres groupes raciaux/ethniques », soit 10,1 % de la population hispanique contre 15,1 % de tous les adultes américains.
  • Un autre facteur qui influence la participation minimale des Hispaniques à l’assurance maladie est l’âge.
    • L’âge médian national est de 37 ans ;
    • la médiane hispanique est inférieure de neuf ans, à 28 ans.
    • Bien que les Hispaniques représentent 15 % de la population, 21 % des milléniaux ans sont hispaniques, ce qui en fait un segment important de la population la plus jeune et à la croissance la plus rapide du pays. Et l’on a vu plus haut que généralement, les jeunes ne sont pas intéressés à payer une assurance santé – c’est le syndrome du jeune héros invincible.

Un autre facteur qui explique que les Hispaniques ne soient pas assurés est que les illégaux n’étaient pas éligibles à une quelconque partie d’ObamaCare, ni des programmes fédéraux comme Medicaid et Medicair – pourtant ils sont comptés dans les statistiques des non assurés.

  • Selon le Pew Research Center, six personnes sur dix présentes illégalement sur le sol américain n’avaient pas d’assurance maladie lorsque le président Obama a été élu en 2008.
  • De plus, de nombreux immigrants légaux – s’ils sont ici depuis moins de cinq ans – n’étaient pas éligibles à la version Medicaid d’ObamaCare.
  • Heureusement, parmi ces personnes en situation irrégulière, 56 % déclarent ne pas avoir besoin d’un prestataire de santé régulier parce qu’elles n’en ont pas besoin, selon Pew Research.
  • 15% disent qu’ils se font soigner par des médecins privés, des centres hospitaliers de jour ; qu’ils paient en liquide ou, dans certains cas, ont une assurance par leur employeur.

2 Le second groupe est composé de ceux qui sont les moins susceptibles d’être malades : les jeunes et les jeunes adultes (même s’ils sont de gauche et sont séduits par les idées socialistes). Ils ne veulent pas payer une assurance sur la santé qu’ils considèrent comme inutile. Effet secondaire, les assurances équilibrent le prix des primes avec les gens qui ne sont jamais malades pour supporter le coût de ceux qui le sont souvent.

Quand Obamacare a été voté, les jeunes préféraient payer les amendes plutôt que s’assurer, parce que ce n’est pas dans la mentalité américaine.

3 Le reste des gens qui n’ont pas d’assurance sont des gens de familles à faibles revenus, dont une seule personne travaille, et qui vivent dans les Etats dont les citoyens refusent Medicaid.

Que faire si l’on n’a pas d’assurance ?

Il y a plus de 6 000 hôpitaux aux Etats-Unis, la moitié sont des hôpitaux communautaires non-gouvernementaux à but non lucratif.

Une loi de 1986 oblige tous les hôpitaux à accepter n’importe quel malade aux urgences, qu’il soit assuré ou pas.

Tous les hôpitaux des Etats-Unis sont obligés de traiter toute personne en situation d’urgence médicale. Si une personne sans le sou est traitée dans un hôpital, l’hôpital facture ce qu’elle peut à Medicaid, le reste des dettes est annulé. Dans certains cas, les dettes sont vendues à des sociétés de recouvrement. Donc, c’est en quelque sorte « gratuit ». Cela représente entre 0,69 et 2,73% du coût total supporté pour les hôpitaux américains.

Il est vrai, cependant, que l’assurance santé reste un des problèmes centraux de la société américaine, et qu’il fait partie des grands thèmes des affrontements politiques. L’Etat supporte 50% des dépenses totales de santé des Américains, mais le montant dépensé est le plus élevé du monde, devant la Suisse (10).

Conclusion

Donald Trump n’est pas responsable du nombre de morts que subit l’Amérique mais plutôt du nombre de vies sauvées par la décision qu’il a été l’un des premiers au monde à prendre d’interdire les vols en provenance de Chine, puis d’Europe.

Chaque jour démontre que ce sont les décisions, bonnes ou mauvaises, des gouverneurs de chacun des 50 Etats, qui font que certains Etats ont énormément de morts, et d’autres très peu.

Prenons deux exemples :

  • Floride : 21 millions d’habitants. La population est plus vieille qu’à New York, donc plus à risque. Pourtant, elle a 1539 morts.
  • New York : 20 Millions d’habitants. 25 956 morts.

Si Trump est responsable des morts, comment expliquer qu’il serait responsable d’un carnage à New York, et d’un presque sans faute en Floride ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.worldometers.info/coronavirus/#countries
  2. https://www.aljazeera.com/news/2020/05/black-people-uk-times-die-covid-19-ons-200507092551289.html
  3. https://www.freep.com/story/news/local/michigan/2020/05/06/flint-family-dollar-security-guard-gofundme-coronavirus/5180178002/
  4. https://www.bostonglobe.com/2020/05/07/opinion/link-between-coronavirus-deaths-those-french-fries/
  5. https://www.apa.org/pi/oema/resources/ethnicity-health/african-american/obesity
  6. https://www.nytimes.com/2020/03/19/health/coronavirus-tests-bills.html
  7. https://thehill.com/blogs/pundits-blog/healthcare/323380-why-so-many-hispanics-are-still-uninsured
  8. https://reason.com/2019/01/24/new-poll-shows-medicare-for-all-is-popul/
  9. https://news.gallup.com/opinion/polling-matters/257711/americans-mixed-views-healthcare-healthcare-reform.aspx
  10. https://bestcreditcards.com/news-advice/us-health-care-statistics/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz