Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 13 mai 2020

La démocratie usurpée aura peut-être été, dans l’histoire de la France face à son ennemi, une brève parenthèse avec Macron totalitaire, qui se referme sous nos yeux.

Dans le sens de progressisme moderne, Macron totalitaire rêve d’une forme de société GOF-LGBT mondialisée qui parvient à concilier l’inefficacité de l’État-Providence socialiste pro-migrants avec sa légitimité perdue, son autorité contestée par la liberté des individus, elle aura duré un peu plus de deux ans, si l’on en juge d’après les forces qui tendent à l’abolir.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Elle n’aura, au bout du compte, été soutenue que d’une fraction infime des socialistes opportunistes recyclés LREM. Dans le temps et dans l’espace du système Macron, la démocratie usurpée occupe une place des plus réduites, puisque la durée d’environ deux ans ne se rapporte qu’aux simulacres de Macron dans son petit théâtre gay-friendly. Sans doute le peuple de France aurait-il pu survivre et durer, si la France avait été le seul type d’institution nationale dans l’histoire du monde.

Mais la France n’est pas foncièrement constituée pour se défendre face à son ennemi de l’intérieur qui veut sa perte. Et cela surtout quand le plus récent et le plus redoutable de ses ennemis, le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale, comme modèle parfait du totalitarisme, veut se présenter comme un perfectionnement de la démocratie usurpée, alors qu’il en est la négation absolue. La démocratie usurpée est par dessein niée de l’intérieur. Elle est détournée de l’amélioration patiente et réaliste de la vie du peuple de France et de la vie en société. Le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale est au contraire tourné vers l’extérieur, car il témoigne d’un échec social absolu parce qu’il est incapable de créer une société viable. La bureaucratie des petits dictateurs de l’UE germanique qui dirigent le système du mondialisme supranational ne trouve à employer ses capacités que dans l’augmentation des règles, des taxes et des impôts. Elle y est plus habile et plus persévérante que le peuple de France ne l’est à se défendre.

Le peuple de France tend à méconnaître, voire à nier les menaces dont il est l’objet, tant il répugne à prendre les mesures propres à y répliquer. Il ne se réveille que lorsque le danger devient mortel, imminent, évident. Mais alors soit l’énergie intellectuelle et les moyens lui manquent pour qu’il puisse le conjurer, soit le prix à payer pour survivre devient de plus en plus accablant. À l’ennemi extérieur, aujourd’hui le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale, dont toute la puissance économique est tournée vers sa destruction, s’ajoute, pour la démocratie usurpée, l’ennemi intérieur, dont la place est inscrite dans les lois de la préférence étrangère et des encouragements immigrationnistes du gouvernement LREM lui même.

Alors que le totalitarisme LREM liquide toute opposition intérieure, et détruit tout début d’action de sa part, grâce à des moyens antidémocratiques simples et infaillibles, l’opposition, elle, ne peut se défendre que très mollement. L’ennemi immigrationniste intérieur du peuple de France joue une partie facile, car il exploite les droits de la préférence étrangère inhérents à la démocratie usurpée. Il supprime l’opposition légitime, sous la prérogative du mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale. Son dessein avoué est de détruire le peuple de France par le grand Remplacement, avec le pouvoir absolu du monopole de la force.

La démocratie usurpée est ce régime paradoxal où est offerte la possibilité unique à ceux qui veulent abolir la France de s’y préparer dans la légalité, conformément au droit de la préférence étrangère, afin de recevoir l’appui de l’ennemi extérieur, le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale sans que cela passe pour une violation réellement grave du pacte national. Les frontières sont devenues indécises, et la transition rendue facile entre le peuple de France resté loyal, qui use d’une faculté de critique prévue par les institutions, et l’adversaire islamiste conquérant qui viole ces institutions mêmes.

Le totalitarisme de Macron confond le peuple de France resté loyal avec l’adversaire islamiste conquérant, de façon à justifier l’écrasement de toute opposition démocratique. On aboutit à cette situation inversée de la préférence étrangère inhérente à la démocratie usurpée pour assurer la domination de l’ennemi intérieur que nous vivons tous les jours dans cette société soumise que nous appelons l’Occident chrétien.

La situation de la préférence étrangère et des encouragements immigrationnistes du gouvernement LREM lui même pour soutenir l’adversaire islamiste conquérant qui viole les institutions de la France témoigne de ceux qui veulent détruire le peuple de France resté loyal en luttant pour les revendications légitimes des islamistes, tandis que ceux qui veulent défendre le peuple de France resté loyal sont présentés comme des réactionnaires. L’identification des ennemis, intérieurs et extérieurs, de la France aux forces progressistes du mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale, ces forces illégitimes et qui sont des forces de domination étrangère, veut paralyser l’action de l’opposition qui ne veut que préserver le peuple de France.

À cette coalition de forces progressistes hostiles et de logiques négatives du mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale s’ajoute un harcèlement d’accusations et d’intimidations culpabilisantes contre le peuple de France tel qu’aucun système politique n’en a jamais supporté. Comme les mondialistes ont institué l’industrie du mensonge, il existe une industrie de la propagande qui veut accréditer le postulat, aujourd’hui admis universellement, qu’à tout ce que produit de mauvais le mondialisme de Macron et de l’UE germanique supranationale dans monde correspond un coupable qui est nécessairement et uniquement dans le peuple de France resté loyal à la patrie, c’est-à-dire, dans presque tous les cas, et pour cause, la Droite Nationale qui veut préserver et recréer un monde véritable démocratique. La fin de Macron est à ce prix !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz