Publié par Magali Marc le 13 mai 2020

Une bonne nouvelle n’attend pas l’autre : après que le ministère de la justice ait abandonné les charges contre l’ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Michael Flynn, le directeur par intérim du renseignement national, Richard Grenell, a décidé de déclassifier les noms des responsables de l’Administration Obama qui ont révélé son identité à l’aide de fuites dans les médias. Leurs noms pourraient bientôt être rendus publics. Les accusateurs de Flynn vont devenir des accusés.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de Kurt Schlichter, paru sur le site de Townhall, le 11 mai.

***************

Nous sommes en train de gagner

Prenons un moment pour nous prélasser dans le bonheur de voir les gauchistes en peine alors que nous sommes victorieux et que les défaites de nos ennemis s’accumulent.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le LtG Mike Flynn a été libéré de la machination de la gauche.

Cette dame du Texas a été libérée de prison après avoir refusé de se soumettre à un partisan d’Obama et de s’excuser pour le «crime» d’avoir voulu nourrir sa famille.

Et le génial Ric Grenell a libéré les transcriptions de l’enquête de la Chambre des Représentants concernant le canular de la collusion avec la Russie, révélant que les têtes à claques sur CNN, qui vous ont assuré que Trump et Poutine étaient comme deux larrons en foire sous le dôme en forme d’oignon du Kremlin, racontaient une histoire très différente quand ils étaient sous serment.

Et tout cela en un seul jour glorieux.

Et ce n’est pas tout.

Bien sûr, nous devons encore subir les restants de la pandémie de la grippe due aux morsures de chauve-souris, mais ceux qui ne sont pas programmés pour haïr Trump ne croit que c’est lui et non le désir inexplicable des Chintoks Communistes pour le grignotage des pangolins, qui est à blâmer.

Les États libres sortent pour la plupart de cette absurdité, après avoir réalisé qu’un virus qui cible les personnes âgées, les usagers du métro et les obèses, est mieux géré en laissant ces personnes se détendre à la maison pendant que le reste d’entre nous retourne gagner sa vie.

On nous a dit que notre désir égoïste de ne pas faire faillite allait tuer des grands-mères dans tout le pays, mais comme tant d’avis d’experts répétés par les perroquets des Démocrates dans les médias, c’était de la malhonnêteté, et non pas les âneries teintées d’ironie de Joe le Grand-père Aux-doigts-fouineurs.

Vous vous rappelez comment les joyeuses vacances scolaires du printemps allaient tous nous tuer ?

Comment le fait d’obliger les Wisconsiniens à se présenter dans les bureaux de vote constituait un génocide ?

Comment les Géorgiens qui refusaient de demeurer recroquevillés dans leurs plantations allaient envahir les hôpitaux d’Atlanta de victimes de la cupidité républicaine ?

Eh bien non. Rien de tout cela n’était vrai. Ni de près ni de loin.

Ce qui était un vrai, c’était le fait que le métro de New York était un site de contamination incontrôlable.

Ce qui est vraiment arrivé, c’était la décision géniale (du Gouverneur Andrew Cumo) d’exiger que les maisons de retraite reprennent les malades infectés du virus.

L’Establishment gauchiste ne se soucie guère du fait que le frère de Fredo (Chris Cuomo) ait jeté des allumettes enflammées dans une flaque d’essence.

Pour eux, tout est de la faute de Trump, parce que tout est toujours de la faute de Trump, comme les vagues de chaleur, les invasions de grenouilles et le faible QI des gauchistes.

Ainsi, les États rouges (gouvernés par des Républicains) vont se remettre en selle – et cela va se produire à la vitesse de l’éclair – tandis que les États bleus (gouvernés par des Démocrates) vont faire traîner les choses en longueur.

Les gouverneurs de la Pennsylvanie et du Michigan espèrent qu’ils pourront fasciser ces États de manière à les faire virer au bleu en novembre, mais tout le monde voit bien que ce n’est pas Trump qui arnaque la population.

Ce sont les Démocrates qui entubent leurs propres citoyens sur ordre de Nancy Pelosi (la Démocrate de Californie, friande de Häagen-Dazs).

Nous devons éviter de tout foutre en l’air.

Si Donald Trump peut résister à la tendance habituelle des législateurs républicains d’être stupides, et s’il peut les amener à refuser à ces salauds les fonds fédéraux pour subventionner des fermetures sans fin, ces fermetures prendront fin lorsque les gouverneurs devront expliquer aux syndicats des employés du gouvernement que, euh, euh, toutes les fermetures ont arrêté le flux des recettes fiscales et, eh bien, il n’y a pas d’argent pour les salaires gonflés des syndicats.

Pelosi fait peur. mais les syndicats font encore plus peur.

Et Trump ne va pas financer ses ennemis, autant que les naïfs du GOP le voudront en expliquant que nous sommes tous dans le même bateau, et bipartisan et merci, monsieur, puis-je recevoir un autre coup de pied au derrière ?

Il ne devrait pas non plus céder et laisser les donateurs patronaux importer un tas de main-d’œuvre bon marché du tiers monde alors que nous avons un taux de chômage de 15 %.

Pour continuer de gagner, il suffit d’empêcher les RINO (Republicans In Name Only – les Faux Républicains) de céder à leur tendance naturelle à perdre.

Et puis il y a les élections (de novembre).

Les sondages affluent, et beaucoup d’entre eux affirment que Trump sera perdant dans les États clés. Nous sommes déjà passés par là.

D’autres sondages montrent qu’il fait des gains dans l’approbation de son travail. Les firmes de sondage doivent détester le fait d’avoir à publier ces taux d’approbation qui montent en pleine pandémie.

Mais l’élection est dans six mois et bien que l’économie soit en déconfiture, il a fallu deux mois pour la démolir.

Nous avons trois fois plus de temps pour nous en sortir et pour revenir à la vraie nouvelle normalité : la prospérité.

De plus, nous avons une arme secrète : un type sénile et bizarre qui vit dans un sous-sol du Delaware.

La popularité de Joe-Aux-Mains-Baladeuses dépend entièrement de son invisibilité. Dès que les gens commenceront à lui prêter attention, ils vont se rendre compte que par rapport à lui, M. Magoo est un homme incisif et à l’esprit vif, au sommet de son art.

Le fils de Joe Magoo ne fait plus des affaires d’un milliard de dollars avec les Chintoks Communistes, entre deux reniflements de coke et l’imprégnation de danseuses avec barres verticales.

De plus, quand Joe Magoo a «connu» Tara Reade, il était un parfait gentleman et pas un pervers dégoûtant.

Joe Biden est dans un un gâchis composé d’un fouillis de pensées confuses et d’expressions verbales bizarres. Il ne peut que se tapir dans le noir en faisant des vidéos comme s’il était pris en otage.

Les Dems vont annuler leur convention afin de le tenir à l’écart de la scène.
C’est déjà décidé. Ils diront que c’est une question de sécurité. Et ils ne le laisseront pas débattre contre Trump.

Pas question. Ce serait un massacre. Un massacre hilarant et grinçant. Leur excuse sera que cela reviendrait à traiter Donald Trump comme s’il était un candidat normal.

Mais quelle que soit l’excuse, il n’y aura pas de match Trump contre Gropey Joe.

Ne vous inquiétez pas.

Ils ne vont pas remplacer Biden par quelqu’un qui soit minimalement cohérent et capable de dire en quelle année nous sommes.

Ce n’est pas que Biden soit si rusé qu’il puisse repousser une telle initiative. Pour l’instant, il se concentre sur sa guerre des nerfs contre un écureuil arrogant qui ne cesse de le fixer par la fenêtre de sa cave.

Non, c’est que les manipulateurs derrière la marionnette de la politique américaine ne renonceront pas à leur investissement.

La gauche a bien essayé de le faire renoncer en diffusant des bribes de l’Affaire Tara Reade, mais après quelques allusions, les gauchistes sont devenus réalistes: « Oui, il a probablement fait ça, et on s’en fiche. »

Le Mouvement Moi Aussi (#MeToo) est devenu Bah et Alors?(#SoWhat).

L’élection va arriver et je parie toujours sur Trump.

Il y a un autre facteur en jeu auquel nous n’avons pas prêté beaucoup d’attention. L’expérience.

La brillante manœuvre de Ric Grenell contre ce pigeon d’Adam Schiff en est un bon exemple.

Quand Donald Trump est arrivé à la Maison Blanche, il n’avait pas un Rolodex de personnes expérimentées, capables d’occuper des postes à l’Exécutif, de le protéger et d’écraser ses ennemis.

Nous avons vu comment cette inexpérience lui a fait du tort au début, lorsque les gauchistes l’ont exploité. La pièce à conviction A montre comment le LTG Flynn a fait confiance à la bureaucratie du FBI.

Vous pensez que cela va se reproduire ? Trump est maintenant entouré d’opérateurs de Washington impitoyables et expérimentés qui savent jouer le jeu.

Les Dems et leurs lèche-bottes dans les médias orduriers ont eu l’avantage de se mesurer à des novices. Mais cela c’est fini.

Il suffit de voir comment Kayleigh McEnany a imposé sa discipline de fer face à ce reporter insignifiant et est ensuite descendue du podium, le laissant sangloter comme un pathétique perdant, pour constater que notre camp est désormais composé de professionnels loyaux et attentifs qui n’ont pas peur de se battre.

Et c’est pourquoi nous allons continuer de gagner.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source :

https://townhall.com/columnists/kurtschlichter/2020/05/11/were-winning-n2568517

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz