Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 mai 2020
Des agents du FBI, des pompiers, des sauveteurs et des ingénieurs travaillent sur le site du crash du Pentagone le 14 septembre 2001, où un vol détourné d’American Airlines a percuté le bâtiment trois jours auparavant. (Photo par le sergent Cedric H. Rudisill/DoD/Getty Images)

Le FBI a accidentellement identifié un diplomate saoudien qui avait des liens avec les terroristes responsables des attentats du 11 septembre.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

C’est la première fois qu’émerge une indication officielle que les autorités américaines soupçonnaient l’ambassade de Riyad à Washington d’être impliquée dans l’attentat.

L’accidentelle publication, révélée par Yahoo News (1), vient d’un dossier judiciaire répondant aux familles des victimes du 11 septembre, qui accusent dans un procès l’Arabie Saoudite d’être responsable des attentats, où le FBI a apparemment oublié d’effacer une référence à Mussaed Ahmed al-Jarrah.

M. Jarrah a été affecté à l’ambassade d’Arabie Saoudite de 1999 à 2000 à Washington DC, et les autorités américaines pensent qu’il a supervisé l’aide apportée à deux terroristes d’Al-Qaida alors qu’ils s’installaient aux États-Unis avant l’attentat.

Les deux terroristes en questions étaient Khalid al-Mihdhar et Nawaf al-Hazmi, qui ont détourné un avion d’American Airlines et tué 125 personnes après s’être écrasés sur le Pentagone.

L’ambassade d’Arabie Saoudite à Washington.

C’est la première fois que le FBI confirme publiquement, quoique par accident, qu’il soupçonne un lien entre l’ambassade saoudienne à Washington et les terroristes du 11 septembre.

Le document du tribunal a été déposé par Jill Sanborn, directrice adjointe de la division antiterroriste du FBI, et faisait allusion aux conclusions d’un rapport du FBI fortement expurgé lorsqu’il mentionnait M. Jarrah.

Le rapport, datant de 2012, identifiait deux saoudiens : Fahad al-Thumairy et Omar al-Bayoumi, qui étaient soupçonnés d’avoir aidé les terroristes, mais il ne nommait pas Jarrah, que le FBI soupçonne d’être le « troisième homme » impliqué.

Les enquêteurs américains pensaient que M. Bayoumi était un agent des services de renseignements saoudiens – bien que l’Arabie saoudite le nie – et qu’il avait aidé les deux terroristes d’Al-Qaïda à trouver un appartement à leur arrivée aux États-Unis.

Cette révélation accidentelle a été bien accueillie par les familles des victimes des attentats du 11 septembre et pourrait renforcer leur dossier juridique.

« Cela montre qu’il y a une dissimulation complète de la part du gouvernement de l’implication saoudienne », a déclaré un porte-parole des familles des victimes, Brett Eagleson, à Yahoo News, qui a été le premier à révéler l’histoire.

https://news.yahoo.com/in-court-filing-fbi-accidentally-reveals-name-of-saudi-official-suspected-of-directing-support-for-911-hijackers-224555851.html

Le Daily Telegraph a contacté les autorités saoudiennes pour obtenir leurs commentaires.

L’Arabie Saoudite a nié avec véhémence tout rôle ou complicité dans les attentats du 11 septembre. Quinze des 19 pirates de l’air qui ont perpétré les attentats étaient des Saoudiens.

Selon Yahoo News, la déclaration du FBI a maintenant été retirée du dossier du tribunal car elle a été faite par erreur.

Michael Isikoff, le journaliste d’investigation en chef de Yahoo News, qui a été le premier à remarquer l’erreur apparente, a déclaré à Al Jazeera qu’il savait tout de suite que la déclaration était « une gaffe ».

« En fait, le procureur général William Barr et le directeur intérimaire du renseignement national Richard Grenell avaient tous deux déposé des requêtes auprès de la cour en disant que toute information relative au fonctionnaire de l’ambassade saoudienne et tous les documents internes du FBI concernant cette affaire étaient si sensibles qu’ils étaient des secrets d’État, c’est-à-dire que s’ils étaient révélés, ils pourraient causer des dommages à la sécurité nationale ».

Un ancien agent du FBI qui travaillait à l’agence au moment des attentats s’est demandé si l’inclusion du nom avait été faite par erreur.

« Cela pourrait être une vraie erreur ou une erreur intentionnelle destinée à exercer une certaine pression » contre l’Arabie saoudite, a déclaré l’agent au Telegraph, qui ne souhaitait pas être nommé.

Pour avoir travaillé avec le FBI, de tels documents sont très, très soigneusement examinés avant d’être publiés et une grosse erreur comme celle-ci soulève quelques soupçons ».

On ne sait pas exactement quelle est la nature et la pertinence des preuves contre l’ancien fonctionnaire de l’ambassade saoudienne – c’est un sujet de discorde au sein du FBI depuis des années. Mais cette divulgation va certainement raviver les questions sur les liens potentiels des Saoudiens avec les attentats du 11 septembre.

En revanche, cela n’émouvra pas les conspirationnistes, puisque le cœur de leur idéologie est que l’absence de preuve de ce qu’ils avancent est précisément la preuve que ce qu’ils affirment est vrai !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

  1. https://news.yahoo.com/in-court-filing-fbi-accidentally-reveals-name-of-saudi-official-suspected-of-directing-support-for-911-hijackers-224555851.html

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz