Publié par Jean-Patrick Grumberg le 18 mai 2020

Avec la chute du califat ottoman lors de la Première Guerre mondiale, les musulmans et les juifs d’une région sans nations se sont retrouvés dotés de nouveaux États.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il y a 104 ans, il n’y avait pas de nation appelée Liban, il y avait juste une chaîne de montagnes avec un tel nom. Il n’y avait pas de Jordaniens, d’Irakiens ou de Libanais, ces nationalités n’existaient tout simplement pas.

Il y a 104 ans, il n’y avait pas de pays appelé Jordanie, Irak ou Syrie tels que nous les connaissons aujourd’hui. Ils n’existaient pas encore. Israël non plus.

Il y a 104 ans, il n’y avait pas d’endroit sur la planète portant le nom d’Arabie Saoudite parce que la tribu qui porte ce nom n’était pas encore au pouvoir. Il n’y avait pas non plus de Qatar, de Koweït, ni même d’Emirats arabes unis.

Avant cela, toutes ces terres étaient des provinces de l’Empire ottoman depuis 1516.

Durant les décennies précédents sa chute, l’Empire ottoman avait déjà perdu le contrôle de la plupart de ses territoires.

  • La France prit le contrôle de l’Algérie en 1830 et de la Tunisie en 1881.
  • L’Italie s’empara de la Libye en 1911.
  • La Grande-Bretagne prit le contrôle du protectorat d’Aden (1939), d’Oman (1861), des chefferies du Golfe arabe (1820) et du Koweït (1899).

Le 16 mai 1916 donc, le Royaume-Uni et la France se sont entendus sur l’accord secret Sykes-Picot, qui divisa le Moyen-Orient selon des lignes qui servirent principalement de base aux frontières des États modernes d’aujourd’hui.

La création d’un seul de ces Etats est régulièrement remise en question par les antisémites, principalement les Arabes, les Européens, et l’extrême-gauche : celui donné aux Juifs, Israël. L’Etat juif est présenté comme une création illégitime sur des terres prises sur d’autres pays.

Le narratif entretenu par les médias donne l’illusion, en mentant par omission, que tous les pays de la région étaient là depuis les temps les plus anciens, et qu’Israël a été greffé dessus comme une pièce rapportée, illégitime, pas à sa bonne place, et qui doit être supprimé, et les terres rendues à son propriétaire.

Sauf qu’il n’existait aucun propriétaire.

Il n’y avait pas d’Etat à qui appartenaient ces terres, ni aucun peuple qui y vivait, et les revendiquaient.

L’Etat ottoman avait été anéanti sans avoir jamais créé d’Etats en Palestine et au Moyen-Orient, mais des provinces. Les habitants ne s’en plaignaient pas : ils ne se voyaient pas comme un peuple peuplant ses terres. N’étant ni un peuple, ni une nation, ils n’avaient aucune revendication. Ils n’avaient jamais demandé l’autonomie, encore moins la création d’un pays. Rien.

Jusqu’à ce que les Juifs recréèrent le leur.

Depuis, ils ont inventé la Nakba qui n’existe pas, le peuple palestinien qui n’était rien, l’Etat de Palestine qui est une comptine, et le grand chelem, Jérusalem, qui subitement a toujours été leur lieu essentiel. Pourquoi ? Parce que les médias anticolonialistes en mal de combat ne leur ont jamais exigé de preuves.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz