Publié par Eber Haddad le 19 mai 2020

Le Liban est en faillite. Sa dette est de 170% du PIB.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ce pays est tenu par la main de fer du Hezbollah qui ne fait que l’appauvrir et le mettre en danger.

Le Premier ministre demande au FMI une aide de $10 milliards, pas moins, qui ne sera jamais remboursée, et se plaint de n’avoir jamais touché ne serait-ce qu’un 1¢ des $11 milliards promis par la conférence de Paris, faute d’un gouvernement stable et d’un plan de réformes crédibles, laquelle conférence avait été organisée, il y a 2 ans, par l’ineffable Emmanuel Macron qui a déjà bien du mal à s’occuper de son propre pays.

En fait, le Liban qui avait une économie qui tenait la route il y a une quarantaine d’années n’est plus que l’ombre de lui-même à cause de sa guerre civile, de ses positions politiques, de son déchirement ethnique et au-dessus de tout, aujourd’hui, de la malfaisance de l’Iran, à travers le Hezbollah, Etat dans l’état, qui est le véritable pouvoir dans ce pays.

Depuis 72 ans que plusieurs pays de la région ne rêvent que de détruire Israël, ils n’ont réussi à faire que le malheur de leur propre population, pendant que les dirigeants s’enrichissaient à vue d’œil et de manière éhontée.

Aujourd’hui, l’excuse d’Israël ne marche plus, et peut-être que ces échecs répétés de la Syrie, du Liban, de l’Irak et de biens d’autres vont les inciter à réfléchir un peu plus intelligemment, et avec un véritable sens des responsabilités à l’avenir de la région, à comprendre les limites de la victimisation, et l’importance vitale d’assumer les conséquences de leurs politiques.

En outre, on se rend compte qu’aucun pays multi-ethnique de la région n’a pu survivre et encore moins prospérer.

Dans une culture clanique et tribale, la cohabitation entre ethnies, religions ou groupes différents s’est révélée impossible.

Il n’y aura jamais de miracle à ce sujet…

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eber Haddad

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz