Publié par Christian Larnet le 20 mai 2020
Carte 3D de la structure moléculaire de la « protéine pénétrante » que le coronavirus utilise pour envahir les cellules humaines.
(Image : © Jason McLellan/Univ. du Texas à Austin)

Des échantillons de sang d’un patient atteint du SRAS en 2003 contenaient un anticorps qui bloque le coronavirus de Wuhan.

Cet anticorps particulier, que les chercheurs appellent S309, a montré une forte capacité à se lier à et désactiver la « protéine pénétrante » sur le COVID-19 qui permet au virus de pénétrer dans les cellules, selon un communiqué (2) de la faculté de médecine de l’Université de Washington, qui a participé à la recherche.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Les résultats « ouvrent la voie » à l’utilisation de S309, seul ou dans le cadre d’un « cocktail d’anticorps », pour prévenir ou traiter le COVID-19, affirment les auteurs dans un article publié dans le journal scientifique Nature (1).

Dans le détail

Des chercheurs ont découvert que les échantillons de sang d’une personne qui a attrapé le SRAS en 2003 contiennent un anticorps qui semble inhiber le coronavirus chinois.

L’anticorps en question, que les chercheurs appellent S309, a montré une forte capacité à se lier à la « protéine pénétrante » (qui permet au virus de s’accrocher aux cellules hôtes) et à la désactiver, explique l’école de médecine de l’université de Washington (2), qui a participé à la recherche.

Comme l’étude a été menée en laboratoire, des recherches beaucoup plus approfondies sont nécessaires pour montrer si l’anticorps est efficace chez l’homme. Vir Biotechnology a accéléré le développement et les tests de l’anticorps dans l’espoir de commencer un essai clinique chez l’homme.

Pourquoi cette étude est différente

De nombreux laboratoires recherchent en ce moment même des « anticorps neutralisants » pour empêcher le coronavirus d’infecter nos cellules.

Mais contrairement à la plupart des recherches, qui cherchent ces anticorps chez les personnes ayant attrapé le COVID-19, la nouvelle étude les a recherchés chez une personne ayant eu une infection par le SRAS en 2003. Les chercheurs étudiaient cette personne depuis 2004, et avaient précédemment identifié des anticorps neutralisants contre le SRAS.

« C’est ce qui nous a permis d’avancer si vite par rapport aux autres groupes », a déclaré le coauteur de l’étude, David Veesler, professeur adjoint de biochimie à l’école de médecine de l’université de Washington.

https://newsroom.uw.edu/news/antibody-neutralizes-sars-and-covid-19-coronaviruses
  • Parmi les 25 anticorps étudiés, les auteurs ont trouvé plusieurs anticorps qui pourraient se lier au coronavirus de Wuhan, et un d’entre eux, le S309, a montré qu’il était anticorps neutralisant « puissant ».
  • Lorsque les chercheurs ont combiné le S309 avec d’autres anticorps ayant une activité plus faible contre le coronavirus, ce « cocktail d’anticorps » a encore renforcé la neutralisation, ont déclaré les auteurs.
  • Un tel cocktail pourrait être utilisé comme traitement prophylactique pour les personnes présentant un risque élevé d’exposition au COVID-19 (comme les travailleurs de la santé), ou comme traitement pour les maladies graves, ont-ils dit.

Les essais cliniques de deux médicaments candidats, qui sont des versions génétiquement modifiées du S309, devraient commencer cet été, en collaboration avec GlaxoSmithKline, selon un communiqué (3) de Vir Biotechnology.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

  1. https://www.nature.com/articles/s41586-020-2349-y
  2. https://newsroom.uw.edu/news/antibody-neutralizes-sars-and-covid-19-coronaviruses
  3. https://investors.vir.bio/news-releases/news-release-details/identification-and-characterization-potential-therapeutic-covid

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz