Publié par Mireille Vallette le 20 mai 2020

L’imam a fait l’honneur de sa présence au CCML, centre islamique situé au-dessus de Lausanne. Il est connu pour son extrémisme. Il sévit en France depuis un bail.

Nous sommes en été 2015. Le Complexe culturel des musulmans de Lausanne (CCML), le plus grand centre du canton de Vaud, annonce à ses adhérents: «Le cheikh Béchir Ben Hassen nous fait l’honneur de diriger la prière du vendredi.» (24 juillet). Enchanté du sermon, le centre le réinvitera en 2018.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

En Tunisie, son pays d’origine, Ben Hassen est régulièrement pris à partie par les médias progressistes. En France, des activistes démocrates tentent vainement d’alerter sur ce personnage. Il fait souvent l’actualité, la dernière fois en 2019 à propos d’une école coranique qu’il projetait de créer.

On connaissait le plaisir qu’a le CCML à inviter des Frères musulmans vu qu’il est présidé par l’un d’eux, Mohamed Karmous. On découvre qu’il apprécie aussi un imam antisémite délirant qui prône le jihadisme. Les prêches les plus scandaleux sont en arabe, langue que le CCML enseigne avec constance. On sait aussi que l’imam du centre, Abdelwahed Kort, ne peut condamner ni la lapidation, ni la polygamie.

Ben Hassen est un salafo-frériste, selon l’expression de Bernard Rougier. Il est proche du leader tunisien d’Ennahda Rached Ghannouchi.

Le 10 janvier 2015, trois jours après le massacre de Charlie Hebdo, un sermon filmé est posté sur internet où l’imam déclare:

« Ainsi, le châtiment de quiconque maudit le Prophète Mahomet est la mort. Sa punition est l’exécution. Sa mort est décrétée par plusieurs versets coraniques, par la sunna et par le consensus des érudits d’autrefois. »

Notons que le CCML qui a invité ce personnage abject suit un processus de reconnaissance officielle du canton de Vaud par le biais de l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM). Celle-ci n’a jamais été gênée par ce repaire de Frères musulmans qui compte aussi parmi ses invités les fondamentalistes Youssef Ibram et Hani Ramadan.

Une haine hystérique des juifs

J’aimerais pouvoir dire que les propos de Ben Hassen représentent un sommet d’antisémitisme, mais dans ce milieu, les sommets semblent inatteignables.

Pratiquement chaque phrase de ce sermon, traduit par l’Algéro-Suisse Amar Bouberguig dans sa chaîne Youtube, vous laisse interdit.

Ben Hassen, lui, l’a laissé sur sa propre chaine youtube. Selon les commentaires, il l’a été postée il y a trois ans. Elle rassemble 146.000 abonnés.

Extraits :

«Les questions que nous expliquerons, se posent dans le cadre de circonstances importantes. Il s’agit des nouvelles et des images qui dévoilent un ennemi lâche, traitre, comploteur parmi ces frères des singes et des cochons. (…) Ces juifs, qu’Allah abatte sur eux ce qu’ils méritent, pour ce qu’ils font à nos frères en Palestine. »

«(…) Nous consacrerons ce prêche à ce sujet : les juifs. Oui, les juifs sont des juifs. Et véridiques sont les paroles de celui qui a dit: « si les ânes cessent de braire, si les renards renonçaient à leur ruse et si les chiens cessaient d’aboyer, les juifs n’abandonneront jamais leur complotisme, leur hypocrisie, leur conspiration et leur traitrise ».»

«Après la victoire des musulmans, le Prophète a chargé Sa’D Ibn Mou’ad de prononcer la sentence qui sera appliquée à la tribu juive de Bani Qurayza: (…) « tous les mâles seront décapités. Les enfants prépubères et les femmes seront réduits en esclavage. Les femmes, les filles et les fillettes seront distribuées comme esclaves sexuelles aux combattants musulmans. Tous les biens de cette tribu seront pris comme butin de guerre ».

« Pour leur crime qui représente une parfaite illustration de la traitrise, de la fourberie et de la perfidie, dans un moment crucial et difficile pour l’islam, le Prophète fit creuser une tranchée et ordonna la décapitation des prisonniers (…) entre 700 à 900 juifs. »

«Allah nous a dit dans le Coran: « ils sèment la corruption et le désordre sur terre, et Allah n’aime pas ces corrupteurs, semeurs de désordre».

«Ils ne protégeront jamais les musulmans, mais l’État d’Israël. Cet État imposteur et dominateur, que l’islam nous interdit de fréquenter, de reconnaître ou d’établir avec lui des relations diplomatiques.»

«Ils [juifs-Israéliens] ne cesseront jamais d’agresser les musulmans. Les dernières nouvelles nous apprennent que ces frères des singes et des cochons ont tué quatre de nos frères et blessé une vingtaine.»

«Il est du devoir des gouvernants et des responsables de rassembler leurs armées pour porter secours à Jérusalem pour purifier la mosquée Al Aksa de la souillure des juifs, et la libérer des griffes sionistes.»

«Il faut souligner que notre guerre contre les juifs n’est pas liée à un territoire ou une frontière, c’est une guerre de religion et d’existence.»
«Tant que les juifs seront présents dans ce monde, la haine entre nous et eux durera, jusqu’au Jour du Jugement dernier.»

Juifs et chrétiens : si coupables de n’être pas musulmans

Ben Hassen confirme aussi, comme la grande majorité des exégètes, la signification de la Fatiha, première sourate du Coran, Fathia que les musulmans doivent réciter 17 fois par jour dans leurs prières. (la traduction de la vidéo est aussi due à Amar Bouberguig).

«Prions Allah pour qu’il nous mette sur le chemin de ceux qu’Allah a comblés par ses bienfaits. Non pas le chemin de ceux qui ont suscité sa colère ou ceux qui se sont égarés.»
Qui sont ces deux «groupes»? « …ce sont les juifs qui ont suscité la colère d’Allah. Quant à ceux qui sont dans l’égarement, ce sont les chrétiens». Ceux-ci «se sont fourvoyés dans l’égarement et la perdition.»

Dans «Mosquées radicales, ce qui s’y dit, ce qui s’y lit», Joachim Véliocas raconte le parcours de Ben Hassen. En 2007, il a été nommé imam à la mosquée islamiste Al-Islah de Villiers–sur–Marne où il est resté jusqu’en 2010.

Il retourne ensuite au Maghreb. Il est arrêté le 28 mai 2013 à Casablanca et extradé vers la France où il est emprisonné pour avoir enlevé ses enfants à leur mère, et les avoir emmenés au Maroc.

Ben Hassen rentre en Tunisie en 2014 et retrouve son poste d’imam à Msaken. Durant ce séjour, en décembre 2014, on lui doit ceci:

« Je le dis haut et fort. Haut et fort. Les chiites n’ont rien à faire en Tunisie. Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour les affronter, car nous sommes fondamentalement convaincus que la menace qu’ils représentent pour l’islam et les musulmans est supérieure à celle posée par les juifs et des chrétiens. Nous les attendons de pied ferme, avec tous les moyens à notre disposition. »

En 2015, il est suspendu par les autorités tunisiennes (la raison n’est pas claire) et revient faire bénéficier l’irresponsable France -qui l’a naturalisé- de ses services. Depuis lors, il donne librement des cours et fait de nombreuses conférences dans diverses mosquées.

Il est encore condamné le 17 avril 2018 à six mois de prison ferme en Tunisie pour diffamation et offense à travers les réseaux sociaux. Ce verdict fait suite à une plainte déposée par le représentant de l’Agence technique des télécommunications.

Aujourd’hui, son quartier général est à Noisy-le-Grand où il a fondé un «centre culturel de culture humaine» (sic!) pour lequel il a lancé une recherche de fonds. Il y donne des cours de jurisprudence islamique. Il participe aussi à des congrès et répond aux invitations de ses sympathiques amis. Parmi eux les responsables du Complexe de Lausanne qui entrent en matière ainsi dans leur site :

« Le CCML est le plus grand lieu de culte et centre culturel musulman du canton de Vaud. La valeur essentielle de cette mosquée est sa double ouverture d’esprit, en interne et à l’externe. « 

Exclusivement à l’externe… les autorités suisses sont si manipulables !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz