Publié par Guy Millière le 21 mai 2020

La France va très mal, hélas. Le Président Macron et le gouvernement inepte qu’il a constitué ont transformé l’épidémie provoquée par le coronavirus de Wuhan en un désastre économique qu’il faudra des années pour réparer, si tant est qu’on puisse penser qu’il sera réparé un jour.

La France n’est pas le seul pays d’Europe à s’être trouvé plongé dans le désastre.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Quelques pays sur le continent européen s’en tirent un peu mieux, ainsi l’Allemagne. Néanmoins, les années à venir pour l’Europe entière s’annoncent sombres. Tout cela aurait pu être évité, je le pense.

Il y a eu d’autres épidémies dans le passé, et elles n‘ont pas entrainé en Europe cette peur disséminée à dose intensive et ces réactions irrationnelles de dirigeants politiques pas du tout à la hauteur de leur tâche et parfois cyniques et prêts à tirer avantage d’une situation effroyable.

Cela a placé l’Europe en position de vulnérabilité, et cela a montré à des dictateurs et à des fanatiques une faiblesse dont ils pourront songer à tirer avantage s’ils veulent soumettre ou détruire.

Ce qui s’est passé en Europe n’a pas épargné les Etats-Unis, et il s’y est produit la même chose qu’en Europe, quoi qu’à un moindre degré.

 Le Président Trump a tenté de résister au mouvement de panique qui s’est peu à peu emparé du pays, puis a dû céder, sans quoi il aurait été traité d’assassin. Une peur identique à celle disséminée en Europe a été disséminée.

Des politiciens ont réagi irrationnellement. Certains d’entre eux ont réagi cyniquement.

Les Etats-Unis sont aujourd’hui dans un état de désastre économique proche de celui dans lequel se trouve plongée l’Europe. Ils sont eux-mêmes en position de vulnérabilité. C’est grave. Et ce qui se passe aux Etats-Unis est plus grave que ce qui se passe en Europe pour des raisons qui devraient paraitre évidentes.

L’économie américaine est la première économie du monde occidental, et, au vu de l’état des économies européennes, si son état devait se détériorer davantage, l’espoir de voir l’Europe se redresser s’amoindrirait considérablement, et l’Europe deviendrait plus vulnérable encore.

La puissance américaine est, stratégiquement, la principale puissance du monde occidental, et si elle vacillait, c’est le monde occidental tout entier qui en viendrait à vaciller.

C’est dans ce contexte que va avoir lieu l’élection présidentielle américaine, dans moins de six mois. D’un côté, il y aura Donald Trump. Et Donald Trump incarne la perspective d’un redressement de l’économie et de la puissance stratégique américaine.

En face de Donald Trump, il y aura un candidat issu du parti démocrate, et ce qui n’est pas dit en Europe est que le parti démocrate aujourd’hui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était au temps de John Kennedy. Il n’a même plus rien à voir avec ce qu’il était au temps de Bill Clinton. Il est le parti remodelé par Barack Obama.

 C’est un parti gauchiste qu’on pourrait comparer à ce qu’est La France Insoumise en France. C’est un parti ouvert à l’islamisme et qui comprend des membres très proches des Frères Musulmans. C’est un parti écologiquement aussi radical que les plus radicaux des Verts européens.

C’est un parti qui a failli avoir pour candidat un homme qu’on pourrait en France situer sur la gauche de Jean-Luc Mélenchon, Bernie Sanders.

C’est un parti dont le programme, s’il était mis en œuvre, provoquerait la ruine et l’amoindrissement du pays, dans un contexte où celui-ci n’en a vraiment pas besoin.

Si ce candidat est Joe Biden, et il y a de fortes chances que ce soit Joe Biden jusqu’au bout, ce candidat sera un homme sénile derrière lequel les vrais gouvernants seront des gauchistes pas du tout présentables. Si c’est quelqu’un d’autre choisi au dernier moment, ce ne sera pas mieux.

Je pense que Donald Trump sera réélu, mais si cela devait être le candidat démocrate, ce serait un cataclysme non seulement pour les Etats-Unis, mais pour le monde occidental tout entier.

Les journalistes français en leur quasi-totalité, et la plupart de leurs confrères en Europe, désinforment sans cesse sur Donald Trump et souhaitent visiblement la victoire du candidat démocrate.

Dans le contexte de ce que je viens d’écrire, je me contente de poser une seule question : pourquoi ?

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Adapté d’un article publié sur les4 verites.com

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz