Publié par Maurice Saliba le 23 mai 2020

L’irakien Jalâl al-Asadi est un des écrivains arabophones libéraux qui contribuent régulièrement sur des sites internet arabes à sensibiliser les lecteurs aux problèmes sociétaux affectant l’existence même des peuples arabo-islamiques. Il commente l’actualité et surtout diagnostique les racines religieuses qui entravent et bloquent tout essor social, culturel et scientifique du monde musulman et l’empêchent de rejoindre la modernité.

Dans le texte qui suit, traduit aux francophones et publié en arabe le 27.7.2019 sur le site freethinker.org, l’auteur observe l’État d’Israël et analyse l’utopie des musulmans qui croient toujours à un adage coranique suranné, loin de toute réalité et dépassant tout entendement.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Nous musulmans, nous sommes toujours enracinés et engouffrés dans un passé que les ancêtres nous ont transmis à travers des récits qualifiés « d’héroïques », illustrés par la puissance de l’épée et l’effusion de sang.

Effectivement, nos ancêtres ont élargi leurs frontières, conquis des pays, occupé des territoires et effacé la civilisation de leurs peuples. Ils ont imposé leur langue, leur religion et asphyxié les populations par les impôts, sans aucune considération pour leur vie ni pour leurs conditions socio-économiques.

Ils ont établi un vaste empire, de la Chine aux frontières de la France. Ils ont gonflé leur histoire et leurs conquêtes par de faux « actes héroïques » érigés sur le meurtre, le génocide, l’invasion, le pillage, la destruction, la captivité de jeunes femmes et leur réduction en esclavage. Et quiconque osait contester leur action, leur arrogance, leur extravagance, leurs abus ou leur barbarie, l’épée bien acérée l’attendait.

Ils nous ont trompés et enfumés en radotant sans cesse que « nous sommes la meilleure nation suscitée pour l’humanité ». Je ne sais sur quelle base et selon quels critères ont-ils forgé cette absurde aberration ? [Dans le texte original il n’est pas dit « nous sommes », mais « vous étiez », au passé].

Nous continuons toujours à vivre hors du temps. Nos politiciens et les gardiens du temple de l’islam qui nous oppriment par leur conservatisme, continuent à rejeter toutes les théories des sciences modernes. Ils croient toujours que la terre est plate, statique, fixe, ne bouge pas, dénigrant tous les arguments scientifiques avérés.

En effet, notre terre musulmane est bel et bien figée depuis plus de 1400 ans. Tout est constant en nous, puisque nous nous accrochons à des valeurs que nos ancêtres ont établies ou inventées au cours des siècles. Les grands-parents nous ont appris l’égorgement halal, la lapidation selon une recette halal, ainsi que flageller à la sauce halal. Les valeurs fossilisées qu’ils nous ont transmises, ne bougent pas d’un iota. Tout est institué et consolidé pour asseoir notre retard et notre sous-développement. Nous n’avons jamais cru à ce qu’on appelle « changement, progrès, adaptation, évolution, modernité », puisque tout cela fait partie de la mécréance et de l’athéisme dans notre credo islamique.

Le progrès est au service de tous les peuples de la terre, sauf nous. Nous en sommes exclus ou plutôt nous nous sommes exclus Nous nous cachons dans la honte, ou plutôt dans l’arrogance. Nous nous traînons à la queue des nations qui nous devancent de plusieurs centaines d’années.

Nous sommes devenus objets du ridicule, du mépris et de la haine du monde. Nous sommes des peuples défaits, qui s’entre-égorgent et se haïssent. Au lieu de jeter Israël à la mer [comme les leaders politiques et religieux ont toujours exigé depuis 1948], nous voici à la recherche d’acquérir son estime. Nous tressaillons de joie, chaque fois qu’un responsable israélien visite un de nos pays.

Quand on observe bien Israël, nous constatons une réalité douloureuse, un contraste frappant. Ce pays dispose de tout ce dont nous avons besoin… Notre stupidité a créé Israël, puisque ce pays est récent. Il a beaucoup progressé depuis sa création en 1948. Il a réalisé des pas de géant dans tous les domaines. Il est devenu un État digne d’une grande puissance. Tout s’est réalisé – qu’on le veuille ou non – avec l’intelligence de ses dirigeants mais aussi avec la stupidité de nos politiciens.

Israël fonctionne tout à fait à l’opposé de notre système de raisonnement. C’est le qualitatif face au quantitatif. L’action face au baratin bonimenteur. Tandis que nous sommes embourbés dans le despotisme et la répression de nos peuples, les Juifs font de leur pays un oasis de démocratie. Il est probable que le Premier Congrès sioniste mondial en ait balisé les structures, mais les Juifs d’Israël ont réussi à les appliquer fidèlement, et à gagner le respect du monde.

En revanche, qu’avons-nous fait, nous autres ? Nous continuons à patauger à reculons. Nous manions à merveille l’emploi des outils tranchants pour égorger, décapiter, amputer les mains et les jambes ainsi que balancer les gens du haut des grands tours, brûler vivant des humains et terroriser le monde. Bref, nous sommes champions en méthodes de pillage, d’intimidation, de viole, tuer, égorger et torturer.

Quelle est la valeur de l’être humain dans notre conception de la vie ? Rien. La preuve est cinglante. Les Israéliens échangent un seul de leurs soldats contre plus de 1000 Arabes. Ils sacrifient tout pour retrouver les restes d’un soldat tué à la suite d’une guerre ou d’un guet-apens. Nous autres, nous les combattons avec le couteau, un chapelet d’insultes et de malédictions, mais aussi avec la danse du ventre.

Par ailleurs, aucun responsable arabe ne sait combien les Israéliens possèdent d’ogives nucléaires… La raison c’est que le Juif ne trahit jamais son pays moyennant un pot-de-vin, ni suite à une nuit rouge en compagnie d’une prostituée. Tzipi Livni n’a-t-elle pas passé des nuits rouges avec les plus hauts responsables arabes ? N’a-t-elle pas réussi à leur extorquer tous les secrets de notre défense ?

Et pourtant, nous haïssons Israël, nous écumons de rage contre ce pays. Nous jurons de le détruire, de massacrer tous les Juifs et de les éradiquer de la terre. Notre religion le confirme. C’est mektoub (prescrit) dans la sunna. Mais quand ? Oh, Ce n’est pas important. Pas maintenant, mais à la fin des temps !

Les Juifs s’en moquent de toutes nos légendes utopiques. Ils savent que nous apprenons de notre culture religieuse le mythe selon lequel le Juif se cacherait derrière un arbre ou un rocher. Bien entendu, nous musulmans, nous avons le génie de comprendre le langage de la huppe, de la fourmi et du corbeau, comment ne comprendrons-nous pas celui du rocher ou de l’arbre qui appelle le « héros musulman » à venir « tuer ce lâche Juif qui se cache derrière lui » ?

Voilà le mythe de la fin des temps auquel nous croyons et dont nous sommes obsédés. Accros à cette mythologie obsessionnelle, nous nous en nourrissons tout le temps, matin, midi et soir. Ce mythe fait partie de nos plats préférés. Hélas, nombreux sont encore les musulmans qui croient à cette folie, s’y accrochent et la sanctifient comme une promesse divine, sacrée et intouchable.

Oui, nous sanctifions la haine et la violence à cause de nos faiblesses et de notre aliénation mentale, tandis que les Juifs, compte tenu de leur force, réclament la paix et aspirent à une coexistence pacifique.

Nous musulmans, nous gaspillons notre temps à chanter et souvent à hurler pour idolâtrer nos leaders politiques et religieux qui sont défaitistes, opportunistes et stupides.

Cher lecteur, avez-vous jamais entendu une chanson juive qui glorifie Theodor Herzl, Menahem Begin, Golda Meir ou même Benyamin Netanyahou ?

Nous musulmans, nous égorgeons et nous continuerons à agir ainsi, avec l’aide d’Allah, parce que nous ne croyons ni à la coexistence pacifique entre les peuples, ni au rejet de la violence. Nos esprits bédouins, toujours rouillés et figés, ignorent totalement les valeurs humaines dites modernes.

Notre religion nous appelle à rejeter tout ce qui appartient ou ayant trait à cette modernité mécréante, et la qualifie de pure hérésie. En effet, nous avons appris et nous sommes convaincus que toute hérésie est égarement, et tout égarement conduit au feu. Qu’Allah nous en préserve !

Israël construit son avenir et celui de ses générations sur des bases scientifiques pérennes. Par contre, avec notre manœuvre de « takfîr » (d’anathèmes) nous détruisons tout ce que nous foulons sous nos pieds, pour mettre en place la politique de nos « illustres ancêtres ».

Pour pouvoir un jour vivre avec fierté et dignité dans ce monde, nous devons, avant tout, procéder à un examen honnête, sérieux et profond de toutes nos aliénations et nettoyer tout notre patrimoine de ses hardes et ses aberrations. Sinon, notre extinction est inévitable.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Maurice Saliba pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.


[1] Maurice Saliba, auteur de L’islam mis à nu par les siens. Anthologie d’auteurs arabophones post 2001. Éditions Riposte Laïque, 2019 (Préface d’Henri BOULAD).


Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz