Publié par Christian Larnet le 24 mai 2020

Les tentatives d’un ecclésiastique islamique identifié comme Alhaji Yusuf Lateef d’épouser une lycéenne de 16 ans comme sa neuvième épouse ont failli aboutir.

SaharaReporters a découvert que Lateef avait fait des avances à la famille de l’adolescente en 2019, alors qu’elle avait 15 ans, et avait fait pression sur eux pour qu’ils acceptent de leur donner l’adolescente en mariage.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Après avoir obtenu l’acceptation de la famille, l’imam avait fixé le 16 avril 2020 pour la cérémonie de mariage.

Malgré les protestations de l’adolescente, ses parents l’ont forcée à accepter la demande en mariage.

Mais la jeune fille a disparu du domicile de ses parents après que les plans pour la célébration du mariage aient été mis en place. L’adolescente s’est enfuie le jour fixé pour le mariage, avec le soutien de son frère, pour se rendre à Akure, la capitale de l’État, et s’est réfugiée au ministère des Affaires féminines et du développement social de l’État d’Ondo, au Nigéria.

The Nation a appris (1) qu’après des enquêtes préliminaires, le ministère a immédiatement invité Alhaji Lateef et les parents de la jeune fille pour un interrogatoire.

Ils ont ensuite été présentés devant un tribunal de famille pour avoir enfreint la partie 3 de la loi de 2007 sur les droits de l’enfant de l’État d’Ondo.

En utilisant le mécanisme alternatif de résolution des conflits, le tribunal de famille a statué et ordonné que la jeune fille soit rendue à ses parents sans aucun mariage, ajoutant que son éducation devait se poursuivre.

Le tribunal a également décidé qu’Alhaji Lateef devait signer un engagement à ne pas s’approcher de la jeune fille et à veiller à ce qu’elle ne subisse aucun préjudice.

Réagissant à cette évolution, Mme Titilola Adeyemi, commissaire chargée des Affaires féminines et du développement social, a condamné l’action des parents et du clerc qui ont tenté de la marier de force.

« Forcer l’adolescente à se marier revient à lui refuser un avenir et une éducation » a déclaré Adeyemi.

« Nous sommes ravis que l’affaire ait pris cette tournure. Ce sera un avertissement pour tout le monde que c’est non au mariage des enfants dans l’État d’Ondo. Le mariage d’enfants, c’est refuser à un enfant son avenir. Nous devons nous assurer que nous travaillons pour que l’enfant se réalise ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://edujandon.com/2020/05/ondo-court-stops-islamic-cleric-from-making-16-year-old-girl-his-9th-wife-photo.html/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz