Publié par Ftouh Souhail le 28 mai 2020

Le 25 mai 2012 dans la ville de Houla, dans la campagne de Homs, des mercenaires de Bachar al-Assad ont massacré 108 enfants, femmes, personnes âgées et des dizaines de femmes, mères et sœurs avec des crochets, des haches et des couteaux aiguisés, sur l’écho des chants sectaires.

Les Shabiha, groupes de mercenaires armés en tenue civile qui agissent en faveur du gouvernement du parti Baas de Syrie, dirigé par la famille de Bachar el-Assad, ont égorgé environ 110 civils, dont la moitié étaient des enfants.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les Arabes veulent nous faire oublier ce macabre massacre.

Les Arabes qui sont très forts dans la dramaturgie politico-médiatique, ne parlent pas de la commémoration de ce massacre, aucune manifestation ou cérémonie n’est prévue. La date du 25 mai doit passer inaperçue chaque année, elle n’est donc pas commémorée dans le monde arabe, pour laisser le monopole éternel de la souffrance, dans les médias et les esprits, aux Palestiniens.

De toute façon il n’y a jamais de place dans les médias pour se souvenir des massacres entre musulmans. La Ligue arabe, ne s’intéresse pas aussi lorsque de dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants meurent par des violences inter-arabes.

Les enquêteurs de l’ONU ont rapporté que le massacre avait été effectué par des troupes et des milices du gouvernement syrien, toutes les victimes ayant été exécutées sommairement. Les hommes de Assad ont tué des dizaines de femmes et d’enfants provoquant l’exode de plusieurs centaines de milliers d’entre eux. 

Le massacre a été perpétré à cause de diverses protestations antigouvernementales. L’objectif était avant tout de semer la terreur parmi la population sunnite.

Les Shabiha, ces gangs loyalistes du gouvernement composé d’Alaouites, l’ethnie musulmane à laquelle Bachar el-Assad appartient, avaient massacré méthodiquement ces habitants sunnites de Houla.

Les 57 enfants ont été tués à l’arme blanche par les Shabiha (les milices pro-régime) selon le général syrien Ziyad Madani, qui était directeur de la police du district de Houla au moment du drame et qui avait fait défection au milieu du mois de septembre 2012.

Des vidéos diffusées, filmées par des activistes, montrant des corps inanimés et ensanglantés d’enfants gisant sur le sol. Les os de certains enfants apparaissaient même hors des corps. Les noms de toutes les victimes ont été identifiés.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH),plus de 465 000 personnes ont péri en Syrie, dont plus de 115 000 civils, depuis le début de la guerre en mars 2011, dont 22 000 enfants et 13 612 femmes. Le conflit a aussi jeté sur les routes de l’exil des millions de Syriens. 

En février 1982, durant la répression sanguinaire de la révolte de Hama en Syrie, 30.000 morts en quelques jours par les hommes de Hafez el-Assad. L’armée syrienne tirant au canon sur les maisons et l’aviation bombardant à basse altitude des quartiers entiers…. Ici encore il n’y aura pas ni d’enquête arabe ni de commémorations annuelles !

Quand des milliers de musulmans sont assassinés par leur propre frères, on ne fait rien; personne ne sort manifester pour le sort de ces pauvres gens. C’est presque halel, il faut donc respecter ce rituel islamique. L’on peut aussi massacrer 1 million de musulmans chaque année par d’autres musulmans sans jamais voir une seule manifestation ou un evénement commémoratif.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz