Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 mai 2020

Maintenant que l’hydroxichloroquine a été mis sous les verrous, Gilead se frotte les mains. A tort. Son médicament ne peut pas mettre fin à la pandémie de coronavirus chinois, car il ne soigne pratiquement personne.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

J’aurais préféré ne pas avoir à écrire cet article. J’aurais préféré écrire que le remdesivir est le médicament miracle que le monde attend pour sortir du cauchemar dans lequel les communistes chinois ont plongé le monde. Hélas.

Le remdesivir de Gilead Sciences a été annoncé comme notre meilleur espoir dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Malheureusement, ce médicament antiviral n’est pas très utile aux patients atteints.

Le lancement par Gilead du remdesivir a suscité l’enthousiasme des investisseurs, des politiciens, des médias et du public.

  • C’est dans le contexte de ces sentiments de désespoir, de panique et de crise économique que Gilead a fixé à près de 10 000 dollars par patient le prix de son médicament antiviral.
  • Cependant, un traitement de 10 jours avec ce médicament ne coûte qu’environ 10 dollars à produire, selon une estimation de l’Institute for Clinical and Economic Review.
  • Et comme un scandale n’arrive jamais seul, le médicament, développé comme traitement potentiel contre le virus Ebola, a été financé avec les impôts des citoyens américains à hauteur d’au moins 79 millions de dollars, au travers d’une aide du gouvernement américain.

La société, qui a déjà organisé la distribution du remdesivir dans 127 pays, devrait commencer à le vendre commercialement dès le mois de juin.

Mais ce n’est pas la marge faramineuse du prix de vente par rapport au coût, qui a contrarié de nombreux scientifiques au sujet du remdesivir.

C’est le fait que le médicament, qui a fait naître des espoirs et fait monter en flèche le cours de l’action de Gilead ne fait pas grand-chose pour les patients atteints de coronavirus.

Un médicament avec un taux d’échec de 93%

« Le remdesivir ne fonctionne pas du tout, pour autant que je sache, ou n’a qu’un effet mineur », a déclaré William Haseltine, un scientifique qui a passé des décennies à étudier les virus et a contribué à diriger la réponse du gouvernement américain à l’épidémie de VIH/sida.

« Il est comparable au Tamiflu et peut-être même moins bon », a ajouté M. Haseltine, en faisant référence à un autre médicament antiviral disponible sur ordonnance depuis 20 ans et qui devrait être vendu en vente libre dans les prochains mois…

https://theintercept.com/2020/05/26/coronavirus-gileand-remdesivir-treatment/

Haseltine, qui a fondé les divisions de pharmacologie biochimique et de rétrovirologie humaine à l’école de santé publique de l’Université de Harvard, a souligné que Gilead n’a pas publié de données montrant l’effet du remdesivir sur la charge virale chez les personnes atteintes de Covid-19.

En attendant, la seule information disponible sur la façon dont le médicament affecte la quantité de coronavirus chez les patients, une étude chinoise sur le médicament publiée dans The Lancet (1), a montré que le médicament n’a pas réduit la charge virale.

« C’est pourquoi je l’appelle ‘médicament flou’, a déclaré Haseltine.

« Quand les Chinois ont essayé de trouver un effet antiviral, rien ne s’est produit. »

L’enthousiasme suscité par le remdesivir est basé sur une étude parrainée par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (2) qui a montré que les personnes qui prenaient le médicament se rétablissaient plus rapidement que celles qui ne le prenaient pas : 11 jours en moyenne contre 15 pour celles qui prenaient un placebo.

  • Mais d’une part, d’après l’étude, il ne fonctionne pas pour 93% des patients,
  • Il n’a aucun effet sur les malades sous respirateurs, et très faiblement pour les plus malades sous oxygène.
  • Il n’a d’effet que pour les malades hospitalisés, et non ceux qui viennent d’être détectés et pourraient être soignés avec la chloroquine,

Un article publié le 22 mai dans le New England Journal of Medicine a montré une légère amélioration chez les patients hospitalisés qui prenaient du remdesivir, bien que le médicament ne semble pas être d’une quelconque utilité pour les patients les plus malades, qui ont besoin de recevoir de l’oxygène à haut débit. Le médicament n’a pas non plus amélioré de manière significative les chances de survie des patients au Covid-19.

L’étude du New England Journal of Medicine, publiée (3) le 22 mai conclut que :

  • Son bénéfice est le plus net chez les patients sous oxygène au moment où ils ont commencé le traitement, 
  • Il est sans bénéfice pour les patients sous respirateur au moment où ils ont commencé le traitement.
  • Par rapport à un placebo, il raccourcit le temps de guérison de 4 jours (11 contre 15).
  • Il réduit le taux de mortalité de 7%. Autrement dit, 93% des personnes soignées au remdesivir meurent.

Et enfin, l’étude dit : « Cependant, étant donné la mortalité élevée malgré l’utilisation du remdesivir, il est clair que le traitement avec un médicament antiviral seul ne sera probablement pas suffisant. »

C’est le médicament que le gouvernement va demander aux médecins et aux hôpitaux de prescrire. Avec l’aide active de la propagande des journalistes et des médias.

Conclusion

Il n’est pas rare que les entreprises pharmaceutiques décrivent leurs produits avec un optimisme immense, ou qu’elles se donnent des moyens discutables pour maximiser leurs profits. Et Gilead a déjà fait l’objet de nombreuses critiques, notamment pour le prix exorbitant de son médicament contre le VIH, Truvada, et son médicament contre l’hépatite C, le sofosbuvir, qu’il vend 1 000 dollars la pilule.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31022-9/fulltext?utm_campaign=tlcoronavirus20
  2. https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2007764
  3. https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2007764?query=featured_home&mod=article_inline

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz