Publié par Christian Larnet le 30 mai 2020

Le coronavirus a durement touché les constructeurs automobiles.

Cependant, Nissan a pris une décision qui ne correspond pas aux prévisions que les experts invités sur les plateaux de télévision ont priés les téléspectateurs de croire. C’est même tout l’inverse.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Des chutes de vente de 90% ne sont pas rares, elles ont obligé les constructeurs à des licenciements et des restructurations.

L’usine britannique de Nissan à Sunderland restera ouverte, alors que le
constructeur automobile a annoncé qu’il allait fermer son usine de Barcelone, entraînant la perte d’environ 2 800 emplois.

Le Brexit devait produire tout l’inverse : les entreprises devaient fuir la Grande-Bretagne.

Jeudi, le constructeur automobile a révélé une perte nette de 6,2 milliards de dollars (5 milliards de livres sterling) au cours du dernier exercice financier – le pire résultat depuis plus d’une décennie.

Nissan fait partie d’une alliance tripartite avec Renault et Mitsubishi, qui restructurent également leurs activités mondiales pour survivre.

Dans le cadre de ses plans, Nissan a déclaré qu’elle se concentrerait sur plusieurs « marchés clés », dont le Japon, l’Amérique du Nord et la Chine. Son patron a déclaré qu’il « maintiendra » sa présence en Europe, mais qu’il laissera plus de place aux partenaires de l’alliance dans cette région, comme Renault.

Il y a même des spéculations sur le fait que Renault pourrait transférer une partie de sa production vers l’usine de Sunderland. Tiens, tiens, même Renault désobéit aux experts ?

Le Brexit est une chance, pas une malédiction

Le directeur général de Nissan, Makoto Uchida, a déclaré que la société maintiendrait la production dans son usine de Sunderland.

Elle recommencera à y construire des voitures en juin, après que la production ait été interrompue en raison de mesures de verrouillage liées au coronavirus.

Avant cette suspension, l’usine se préparait à produire la prochaine génération de Qashqai, qui devrait sortir l’année prochaine. L’usine, la plus grande usine automobile du Royaume-Uni, emploie environ 7 000 personnes.

M. Uchida a décrit la fermeture de l’usine de Barcelone comme « une décision très difficile ».

L’usine et ses installations voisines emploient environ 3 000 travailleurs, mais les fermetures pourraient affecter indirectement jusqu’à 22 000 emplois, selon les syndicats.

« La perte des emplois de nos collègues espagnols est un rappel regrettable que la construction automobile est confrontée à d’énormes défis », a déclaré Steve Bush, responsable national de l’automobile au sein du syndicat Unite.

Certains employés de l’usine de Barcelone ont entamé une grève illimitée au début du mois de mai après que les plans initiaux aient prévu une réduction de 20 % de la main-d’œuvre.

M. Bush a ajouté que Unite cherche à obtenir de Nissan l’assurance « que les mesures de réduction des coûts dont il est question n’auront pas d’impact sur les emplois, les conditions de travail ou d’autres avantages de nos membres dans l’usine la plus performante d’Europe, Sunderland ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz