Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 mai 2020

Le coronavirus chinois a démontré au moins une chose : il confère aux autorités un pouvoir démesuré et effrayant sur le peuple. Et ils ne se sont pas privés pour en user et abuser.

Vous le savez comme moi : lorsqu’un homme a choisi comme profession le pouvoir, c’est-à-dire la politique, et qu’il possède ce pouvoir, il vise à plus de pouvoir encore – et rarement pour le bien de ses semblables. Et depuis le début de la pandémie, les dirigeants politiques ne cessent d’abuser de leur pouvoir pour imposer des restrictions, certaines cohérentes, d’autres débiles.

Tous les dirigeants ne sont pas mal intentionnés. Mais assurément, bloquer les gens chez eux et défoncer l’économie présente d’immenses avantages pour les gens séduits par les idées socialistes : cela permet d’obtenir l’obéissance rêvée par le consentement, et la mise sous tutelle de tous les aspects de la vie des gens par la peur.

Les experts

Les experts s’obstinent à tirer des conclusions basées sur les pandémies passées alors qu’ils ont vu que celle-ci est différente

Ne forçons pas le trait : tous les experts ne sont pas mal intentionnés non plus. Mais un peu de psychologie aidera sans doute à mieux les cerner.

Bien qu’ils aient démontré – et on ne leur en fera pas grief – qu’ils ignorent tout du coronavirus communiste depuis qu’il est apparu en novembre 2019, bien qu’ils aient réellement fait des folles recommandations totalement contradictoires (« ne portez pas de masque, ça sert à rien »), et certaines d’entres-elles totalement stupides, ils prévoient maintenant sans faiblir une nouvelle vague. Honnêtement, l’idée ne choque pas vraiment notre sens commun : la grippe revient tous les ans de façon cyclique, et beaucoup comparent depuis le début le coronavirus à une sorte de grippe.

Pourtant, les experts, ils n’en savent strictement rien, de cette seconde vague : ils s’obstinent à tirer des conclusions basées sur les pandémies passées alors qu’ils ont vu que celle-ci est différente. Parce qu’ils n’ont que ça pour établir leur expertise.

Les experts ne sont que dans la supposition. Ils tirent leur assurance de celle généralement conférée à l’expert qui sait, parce que l’expert doit savoir, et parce que l’expert n’a que son savoir pour exister – pas son intelligence. En dehors de leur savoir, beaucoup d’experts sont des pantins désarticulés.

Le savoir de l’expert, ce sur quoi il peut s’appuyer, c’est la somme des données connues, les données passées, même si elles ont prouvé ne pas s’appliquer. Et elles ont prouvé, avec le coronavirus chinois, qu’elles ne s’appliquent pas toutes. Donc, l’expert qui « sait » n’a pas arrêté de se tromper, et on voudrait nous le faire oublier.

Professeur Raoult

Un expert qui sait, qui ne s’est pas trop trompé, et qui l’a prouvé en soignant quelques milliers de personnes, voilà le genre qui me plaît.

Le professeur Raoult a fait la démonstration qu’il n’est pas seulement un grand professeur – après tout, il est classé premier expert au monde dans sa spécialité – mais aussi un homme de bon sens : il aime Israël, il pense que le réchauffement climatique est une belle connerie, et il ne cherche visiblement pas à faire la cour aux puissants pour faire avancer sa carrière.

Voici sa dernière vidéo :

97% des cas auront eu lieu autour du 7 mai, et 99% aux alentours du 19 mai

Qu’ajouter de plus, son propos transpire le bon sens et le savoir.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

37
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz