Publié par Gaia - Dreuz le 5 juin 2020
Keith Ellison, procureur du Minnesota, avec Linda Sarsour, militante pro-BDS

Source : Jforum

L’indignation suscitée par le meurtre de George Floyd ne justifie pas les mythes antisionistes intersectionnels

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les juifs partagent la douleur de ceux qui protestent contre le racisme. Mais les extrémistes qui lient ce crime aux efforts d’Israël pour se défendre contre le terrorisme palestinien répandent un gros mensonge.

(1er juin 2020 / JNS) Le meurtre scandaleux à Minneapolis de George Floyd, un homme afro-américain de 46 ans, par la police locale est un crime qui ne peut être toléré ni excusé. Les efforts déployés par des agitateurs extrémistes pour détourner des manifestations pacifiques et les transformer en émeutes violentes doivent également être condamnés et non pas faussement rationalisés comme une forme de protestation légitime ou comme une voie nécessaire vers le progrès.

Les gens sensés savent que ces deux choses peuvent être également vraies, et que les inquiétudes concernant l’anarchie dans les rues des grandes villes ne devraient pas diminuer notre colère contre la mort de Floyd ou tout autre crime qui semble enraciné dans le racisme.

Ce moment périlleux de l’histoire américaine aurait dû créer un consensus sur la nécessité de lutter contre l’injustice et la violence nihiliste qui devraient transcender tout point de vue partisan. C’est pourquoi les organisations juives et les groupes religieux se sont joints aux gens de foi dans tout le spectre confessionnel pour exprimer leur consternation à propos de ce qui est arrivé à Floyd, ainsi que leur désir de combattre les préjugés.

Mais tout le monde n’est pas prêt à observer le cessez-le-feu politique que la plupart des Américains préféreraient observer à la suite de ces traumatismes. Et, comme toujours, certains de ceux qui cherchent à exploiter la tragédie attaquent les Juifs.

Cela a été clairement indiqué lorsqu’une synagogue et des entreprises appartenant à des Juifs ont été vandalisées à Los Angeles à cause d’une propagande pro-palestinienne. En soi, ce serait terrible, mais ces bâtiments n’étaient que quelques-uns des innombrables endroits du pays qui ont subi la même indignité ou pire.

Le contexte de cet incident – et la vague de haine anti-juive et anti-israélienne qui a fleuri ces derniers jours sur Internet – n’est pas une colère aléatoire qui aurait pu être dirigée contre n’importe quelle cible, aussi éloignée soit-elle de l’incident qui a déclenché cette crise. Cette incitation est le produit direct d’un mouvement intersectionnel qui a continué à tenter de lier les crimes commis dans les rues américaines contre les Afro-Américains au conflit entre Israël et les Palestiniens. Et tout comme d’autres formes de préjugés pour lesquels il ne devrait pas y avoir de tolérance, l’effort consistant à blâmer Israël ou les Juifs pour ce que les flics américains dévoyés pourraient faire doit être clairement étiqueté comme une forme de discours de haine.

L’effort pour établir un lien entre les meurtres d’Afro-Américains avec Israël n’est pas nouveau. L’idée que la lutte pour les droits civiques aux États-Unis est liée à la guerre palestinienne contre Israël est devenue un aliment de base du mouvement BDS. Il est enraciné dans l’intersectionnalité, une idée qui a gagné en popularité dans certains secteurs du milieu universitaire. Il affirme une affinité entre les luttes des personnes de couleur ou des populations indigènes contre les hiérarchies impérialistes et racistes. Donc, si vous pensez que tous les Juifs en Israël sont l’équivalent moral des colons européens blancs en Afrique, l’idée que les Noirs qui s’opposent au racisme systémique en Amérique mènent le même bon combat que les Palestiniens résistant au sionisme prend du sens.

C’est ce qui se cache derrière le dessin animé qui a circulé sur les réseaux sociaux, montrant un soldat israélien appuyant le genou sur le cou d’un Arabe opprimé à côté de l’image du flic de Minneapolis Derek Chauvin étouffant un George Floyd mourant sous la légende «les vies noires comptent». La même analogie mensongère était derrière le tweet d’un groupe se faisant appeler la Campagne américaine pour les droits des Palestiniens, qui a tenté de prétendre que les services de police américains envoient du personnel en Israël pour être formé à attaquer les Noirs non armés.

Ce faux montage a en outre soutenu qu’Israël contribuait à «militariser» le maintien de l’ordre aux Etats-Unis.

Le mouvement Black Lives Matter a déjà avancé ces arguments, mais le groupe anti-sioniste Jewish Voice for Peace a particulièrement adopté ce bobard. Le programme «Deadly Exchange» de JVP s’inscrit dans ces efforts pour promouvoir le boycott d’Israël. Affirmer que les groupes juifs qui ont facilité les voyages en Israël des premiers intervenants et de la police américains sont en quelque sorte responsables des meurtres de Noirs non armés par des flics américains n’est pas seulement faux, c’est un exemple classique d’une accusation de crime rituel et de diffamation de sang antisémite car elle cherche à blâmer les Juifs pour des crimes horribles pour lesquels ils n’ont aucune responsabilité.

La formation que les Américains reçoivent en Israël n’a pas grand-chose à voir avec les attaques auxquelles JVP et d’autres groupes du BDS prétendent s’opposer. Elle se concentre en fait sur l’antithèse de la brutalité policière stéréotypée en cherchant à promouvoir l’engagement communautaire et les actions de police non violente qui rendraient les affrontements moins probables.

La volonté d’accepter le gros mensonge au sujet des Israéliens apprenant aux Américains à tuer des minorités est basée sur l’ignorance de la vraie nature du conflit entre Israël et les groupes terroristes palestiniens. Contrairement au mythe intersectionnel, les Juifs ne sont pas des oppresseurs coloniaux en Israël. Les Juifs ne sont pas seulement des indigènes du pays qui est leur ancienne patrie. Une majorité d’Israéliens entrent également dans la catégorie que les idéologues de gauche qualifieraient de «personnes de couleur» puisque leurs familles sont arrivées dans le pays depuis des maisons situées dans des pays arabes et musulmans d’où elles ont fui ou ont été expulsées après 1948.

La mission des Forces de défense israéliennes n’est pas l’oppression raciale. C’est pour défendre le peuple d’Israël contre ses ennemis, qui ne lui ont pas donné un jour de paix dans les 72 ans d’histoire du pays. Leur bilan en matière de protection de la vie des civils, y compris des Palestiniens qui sont utilisés comme boucliers humains par les terroristes, est inégalé.

Dépouillé de sa rhétorique mensongère, l’intersectionnalisme est une forme d’antisémitisme à peine déguisée. Il n’est donc pas surprenant que des groupes anti-israéliens insufflent une nouvelle vie à ces mensonges, dont le but est d’alimenter la haine contre les Juifs, plutôt que de demander justice pour George Floyd et les Afro-Américains.

Nous pouvons embrasser une croisade contre le racisme et l’inconduite policière sans approuver l’idée que tous les policiers sont également coupables de tels crimes, ou que la nation américaine est irrémédiablement coupable d’intolérance. De même, il est vital que toutes les personnes décentes rejettent les tentatives de salir Israël et ses amis américains en les associant à des incidents comme le meurtre de Floyd. Bien que certains l’associent à tort à l’antifascisme, l‘intersectionnalité est une haine déguisée en plaidoyer pour les opprimés.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz