FLASH
[18:06] L’ex-avocat du FBI qui a falsifié un mandat pour espionner la campagne Trump et son conseiller Carter Page a plaidé coupable : cela confirme que les responsables seront protégés  |  Erdogan dit que la Turquie envisage de fermer son ambassade à Abu Dhabi, de retirer son ambassadeur et de suspendre ses relations diplomatiques en raison de l’accord entre Israël et les Emirats  |  De l’eau dans le gaz : Selon le sondage Rasmussen, les Noirs n’aiment pas trop Kamala Harris. Un tiers hésitent maintenant à voter pour Biden  |  Sondage : les jeunes électeurs aiment le programme de Trump… quand on le leur présente en leur disant que c’est celui de Biden  |  Incroyable ! Joe Biden salue l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis et s’en attribue le mérite !  |  Les Démocrates ont acheté le non de domaine Antifa.com, et l’ont redirigé vers la campagne Biden pendant quelques heures  |  Un groupe marxiste prévoit de faire le siège de la Maison-Blanche pendant 50 jours jusqu’aux élections  |  Au Texas, les joueurs s’agenouillent pour protester contre l’hymne national et se font insulter par le public  |  Nous aurons peut-être des réponses : le FBI se joint à l’enquête sur l’explosion de Beyrouth  |  Le président israélien invite Mohammed bin Zayed des Emirats à visiter Jérusalem quelques heures après l’accord de normalisationLe président israélien invite Mohammed bin Zayed des EAU à visiter Jérusalem  |  La Lituanie désigne le Hezbollah comme une organisation terroriste  |  Ca va faire des étincelles : Les États-Unis ont pour la 1ère fois confisqué 4 navires de combustible iranien en violation des sanctions  |  Après Seattle, les Antifas planifient la création d’une « zone autonome » à Portland, Oregon. Les policiers et l’État Démocrate se sont retirés  |  Les Antifas de Richmond, en Virginie, ont créé une émeute pour soutenir les pilleurs de Chicago  |  Le numéro 2 des Frères musulmans Essam el-Erian meurt dans une prison égyptienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Christian Larnet le 10 juin 2020

Le déplacement se fait principalement vers le Vietnam, la Birmanie, les Philippines et le Bangladesh, par données d’inspection des fournisseurs.

Au moins 50 multinationales, dont des entreprises américaines, japonaises et taïwanaises, avaient déjà annoncé leur intention de transférer la fabrication hors de Chine.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La pandémie du virus chinois a accéléré ce mouvement en mettant en lumière les risques liés à l’approvisionnement mondial. Des données récentes compilées par Qima, une société d’inspection de la chaîne d’approvisionnement basée à Hong Kong montrent que les entreprises américaines ont déjà commencé à s’approvisionner ailleurs qu’en Chine.

Un exode manufacturier était déjà en cours en raison des incertitudes créées par la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine en 2019. Le virus du PCC (Parti communiste chinois), également connu sous le nom de nouveau coronavirus, a accéléré cette tendance et a encouragé un plus grand nombre d’entreprises à réduire leur dépendance excessive à l’égard de la Chine en tant que fournisseur unique.

Une grande partie de la fabrication se déplace vers l’Asie du Sud-Est et l’Asie du Sud, selon un rapport de Qima. Le rapport se fonde sur des données recueillies lors de dizaines de milliers d’inspections de la chaîne d’approvisionnement menées dans le monde entier pour des marques de biens de consommation et des détaillants. Les entreprises utilisent ces rapports d’inspection pour décider de migrer ou non vers un nouveau fournisseur.

  • Au cours des deux premiers mois de l’année, la demande d’inspections et d’audits de la part des acheteurs nord-américains a augmenté de 45 % par rapport à l’année précédente en Asie du Sud-Est, au Vietnam, en Birmanie (également connue sous le nom de Myanmar) et aux Philippines, et avec profit, selon le rapport.
  • Dans le même temps, la demande d’inspections de la chaîne d’approvisionnement a augmenté de 52 % en Asie du Sud, le Bangladesh devenant une destination plus populaire, notamment pour les marques de textile et d’habillement.
  • En outre, un sondage réalisé par Qima auprès de plus de 200 entreprises fin février a montré que 87 % des personnes interrogées pensaient que la pandémie allait entraîner des changements importants dans la gestion de leur chaîne d’approvisionnement.
  • Afin d’atténuer les risques de pénurie d’approvisionnement découlant des fermetures d’usines en Chine, plus de la moitié des personnes interrogées ont également indiqué qu’elles avaient déjà commencé à se tourner vers des fournisseurs de régions non touchées par le virus.

L’avenir de la fabrication asiatique hors de Chine dépendra aussi de la capacité des pays de la région à survivre à la crise du coronavirus.

« Après un très fort début d’année, lorsque la Chine a été fermée, ils se sont également retrouvés pris dans le carcan de COVID-19 », a déclaré Mathieu Labasse, directeur du marketing chez Qima, dans un email au journal The Epoch Times.

Il a déclaré que les fermetures ont affecté à la fois la production et la demande, avec la fermeture des marchés d’exportation mondiaux.

« Nous avons vu les volumes chuter de plus de 40 % en avril et mai par rapport à l’année précédente en Asie du Sud-Est, et jusqu’à 80 % en Asie du Sud – Inde, Bangladesh, Pakistan », a-t-il déclaré.

Toutefois, la société d’inspection estime que la diversification des sources d’approvisionnement atteindront de nouveaux sommets lorsque le commerce mondial reprendra.

« Les marques et les détaillants qui traversent la tempête vont probablement se retrouver avec des portefeuilles de fournisseurs fortement remaniés, constitués d’usines qui parviennent à survivre aux fermetures », indique le rapport.

Le ralentissement de la demande mondiale dû aux fermetures d’usines, notamment en Europe et aux États-Unis, a également touché les fournisseurs chinois.

« En effet, après une brève reprise à la mi-mars, lorsque les usines chinoises ont rouvert, les volumes ont de nouveau chuté en avril et mai, les marchés d’exportation ayant été fermés », a déclaré M. Labasse.

« Nous avons enregistré une baisse de 20 % des volumes d’inspection en Chine d’une année sur l’autre au cours de ces deux mois ».

La situation était cependant complètement différente pour les équipements de protection individuelle, la Chine étant le principal fournisseur mondial.

« Nous avons vu arriver un afflux massif de volumes d’inspection de masques », en particulier à partir de la mi-mai, a déclaré M. Labasse.

Au cours des deux dernières décennies, la Chine est devenue un fournisseur mondial crucial. Selon les Nations unies, la Chine représente près de 20 % du commerce mondial de produits intermédiaires manufacturés, contre 4 % en 2002.

La plupart des grandes entreprises américaines ont fortement investi dans des installations et des ressources humaines en Chine pour avoir accès au marché chinois, et elles ont renoncé à leur propriété intellectuelle comme prix d’entrée.

Toutefois, la pandémie, associée au sentiment amer contre le régime communiste chinois au cours des derniers mois, a forcé de nombreux conseils d’administration de sociétés à repenser leurs relations avec la Chine.

Dans un effort pour diversifier sa chaîne d’approvisionnement, Apple a par exemple demandé l’année dernière à ses principaux fournisseurs d’envisager de déplacer certains volumes de leur production de la Chine vers l’Asie du Sud-Est. La société a également commencé à transférer la fabrication des AirPods de la Chine vers le Vietnam.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz