Publié par Magali Marc le 13 juin 2020

C’est une partie d’échec : le Président Trump a amené deux éminents Démocrates, un gouverneur d’État et la maire d’une grande ville, à défendre ce qui ne peut être décrit que comme les actes illégaux d’une foule violente et anarchiste.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ces derniers détestent tellement Trump et sont si fervents dans leur désir de s’opposer à chacune de ses déclarations qu’ils ont défendu l’indéfendable. Tout ce que Donald Trump avait à faire était de condamner avec bon sens l’anarchie, le vol, la violence et le hooliganisme à Seattle. Ainsi piégés, les Démocrates se sont empressés de l’attaquer, par réflexe, et de défendre les délinquants. Trump s’est opposé à la foule qui a réquisitionné plusieurs pâtés de maisons de la ville de Seattle et d’éminents Démocrates l’ont qualifiée de patriotique. Qui préférez-vous?

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Earick Ward, paru sur le site d’American Thinker, le 11 juin. En Introduction, je cite une partie de l’article de Larry O’Connor, paru sur le site de Townhall, le 12 juin.

********************

Laissez Seattle mijoter dans ses propres excréments

La nouvelle à Seattle, c’est que le mouvement Antifa a capturé une zone de sept blocs dans le centre de la ville qu’ils ont surnommée la Capital Hill Autonomous Zone, ou CHAZ en raccourci.

Compte tenu des protestations (lire : les émeutes) qui ont eu lieu dans tout le pays au cours des deux dernières semaines et de la manière dont les maires et les gouverneurs de gauche ont géré (au mieux) ces émeutes, il n’est pas surprenant que Seattle ait permis que cela se produise.

La maire de Seattle, Jenny Durkan, a tout fait pour encourager la prise de contrôle de sa ville lorsqu’elle a proclamée que:

« Le maintien de la paix dans les manifestations doit être un effort conjoint entre les membres de notre communauté et les forces de l’ordre. J’ai bon espoir que ce soir, grâce à ces changements opérationnels, notre ville pourra avancer ensemble de manière pacifique. »

Bien sûr, ces changements opérationnels consistaient à laisser ces voyous envahir sa ville et confisquer une section de sept pâtés de maisons du district de Capital Hill de Seattle.

Seattle, tout comme Portland et d’autres villes de gauche, a longtemps été un cloaque de soutien tiède, voire enthousiaste, à Antifa et à Black Lives Matter.

Alors que mes amis dans les médias sociaux réclament à cor et à cri que le Président envoie la Garde nationale afin de reprendre la ville, je pense qu’une autre solution s’impose : laisser les habitants de Seattle mijoter dans leurs propres excréments. Vraiment.

Vous voyez, le défi dans notre débat actuel (qui n’est pas vraiment un débat, parce que chaque fois que des faits sont présentés, la gauche bloque le dialogue et balance le terme de «raciste») est que les médias ont glorifié les actes les plus odieux dans les centres urbains de tout le pays au nom de la justice.

Mais il ne s’agit pas de justice. Il s’agit d’irriter les plaies du mécontentement, comme le recommande Saul Alinsky dans son manuel de règles pour les radicaux, ce qui a pour effet, comme le veut la tactique, de dynamiser les éléments les plus radicaux du mouvement.

Les banlieusards de Seattle ont tacitement renoncé à la lutte, car ils ont voulu présenter leur «éveil» de bonne foi à leurs frères de gauche plus radicaux. Ces banlieusards «éveillés» doivent être dénoncés.

Laissez Antifa disposer d’autant de terres qu’elle peut acquérir pendant le weekend, inviter autant de ses frères qu’elle le souhaite à entrer dans la zone autonome, puis bouclez la zone et empêchez l’entrée de toutes les matières premières et fournitures.

Mettez en place un poste de sécurité, à la manière de Berlin-Est, et exiger de tous ceux qui souhaitent revenir en Amérique qu’ils prêtent serment d’allégeance à notre Constitution et à notre drapeau. Ceux qui ne souhaitent pas réintégrer la société civile peuvent rester dans la zone autonome jusqu’à ce qu’ils reprennent leurs esprits ou qu’ils périssent.

Il faut que les banlieusards de Seattle souffrent afin de subir les conséquences de leurs choix aux urnes. Vous avez voulu subvertir notre Constitution, tenter de faire fi de la société civile ? Payez-en le prix.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sources:
https://townhall.com/columnists/larryoconnor/2020/06/12/amazing-trump-just-got-democrats-to-defend-a-criminal-anarchist-mob-n2570564
https://www.americanthinker.com/blog/2020/06/let_seattle_stew_in_its_own_excrement.html


Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz