Publié par Guy Millière le 14 juin 2020

J’aurais aimé trouver dans la presse française un article décrivant la réalité de ce qui se passe aux Etats-Unis. Un seul. Je le dis ici. Je n’en ai pas trouvé un seul. Cela me semble extrêmement grave que dans un pays censé être démocratique et pluraliste, pas un seul article ne décrit la réalité américaine aujourd’hui.

Certains journaux et magazines sont insurpassables dans l’ignominie, et Le Nouvel Observateur reste le champion. L’une des rubriques du Nouvel Observateur s’appelle Ubu Trump : tout un programme. Un article récent décrit Trump comme un mafieux en s’appuyant pour cela sur un livre ignoble. Mais L’Express et Le Point ne valent guère mieux. On apprend en lisant un gros titre du Point que “la récession aux Etats-Unis a commencé en février”. En lisant l’article, on découvre que le mois de février a été le “zénith du retour au dynamisme économique” résultant de la politique menée par Donald Trump, ce qui signifie que le titre de l’article se trouve contredit par le contenu de l’article.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il y a là non seulement de la désinformation malveillante, mais de la paresse. Le correspondant du journal Le Monde admet que Trump n’a pas été responsable de la pandémie et de l’assassinat de George Floyd, mais c’est pour l’accuser un peu plus tard d’être une abomination. Dans Le Figaro, c’est pire : Trump n’a aucune circonstance atténuante aux yeux du rédacteur en chef, un certain Patrick Saint-Paul, qui écrit que Trump a “choisi d’attiser le feu”. On a affaire à un visionnaire : nul n’avait remarqué que c’était Trump qui avait incendié Minneapolis et d’autres villes américaines. Je vais sans doute apprendre en lisant la presse française que Trump est responsable de ce qui se passe à Atlanta au moment où j’écris. Quasiment tout ce qui se publie dans la presse en France concernant Trump est mensonger, diffamatoire et relève de l’incitation à la haine la plus vile. Quasiment tout ce qui se publie dans la presse en France sur les Etats-Unis est faux.

Il m’arrive de penser que quasiment tous les journalistes français sont sortis du même moule et son passé par l’école de formation des cadres d’un parti léniniste. Je sais que ce n’est pas le cas, et c’est dès lors encore pire : quasiment tous les journalistes français, sans être sortis du même moule semblent en être sortis néanmoins. Et à la télévision, c’est presque la même chose.

Les journalistes français, à 99,5 pour cent d’entre eux, n’aiment les Etats-Unis que quand ils trouvent quelqu’un d’aussi haineux et anti-américain qu’eux dans la politique américaine. Ils ont adoré Barack Obama, qui leur a fait le cadeau de permettre la naissance de l’Etat islamique grâce auquel il y a eu les pires attentats islamistes que l’Europe ait connu dans son histoire, et en France des attentats tels que celui du Bataclan. Ils ont détesté Donald Trump dès son entrée en campagne, et cela n’a pas cessé. Ils méprisent visiblement les Américains qui votent Trump. Ils préfèrent visiblement un dictateur abject, Xi Jinping, à Donald Trump. Cela se voit chaque jour.

Ils font semblant de ne pas comprendre ce qui se passe aux Etats-Unis, mais la plupart d’entre eux comprennent très bien, ce qui signifie qu’ils soutiennent ce qui se passe aux Etats-Unis. Et ce qui se passe est une tentative de coup d’Etat contre un Président démocratiquement élu, ce qui est sans précédent aux Etats Unis depuis la guerre civile. Je l’ai déjà écrit et je l’écris à nouveau : les Démocrates semblent prêts à déclencher une nouvelle guerre civile pour éviter la réélection de Trump. Les Antifas sont des milices fascistes, et ce sont des milices soutenues par les Démocrates. Le mouvement Black Lives Matter est un mouvement raciste, antisémite, totalitaire, qui a appelé au meurtre de policiers, et il est soutenu par les Démocrates. Le Parti Démocrate a cessé d’être un parti démocratique. La plupart des journalistes français savent tout cela, et cela ne les fait pas frémir.

Si les Etats-Unis devaient s’effondrer, et ils pourraient s’effondrer si Trump n’était pas réélu et si les acolytes du très sénile et très crapuleux Joe Biden arrivaient au pouvoir, c’est la civilisation occidentale qui s’effondrerait. La plupart des journalistes français le savent aussi, et cela ne les fait pas frémir non plus.

Si j’étais à la place de la plupart d’entre eux, je ne pourrais pas apercevoir mon visage dans un miroir sans avoir envie de me cracher dessus, mais il est vrai que j’ai des valeurs éthiques, et la plupart des journalistes français n’en ont pas, à l’évidence.

Si j’étais à la place de la plupart d’entre eux, j’aurais honte de mentir sans cesse, je discernerais que je me place au service du pire, et je me dirais en regardant ce que j’écris par ailleurs sur de nombreux sujets que j’ai des milliers de morts sur la conscience, mais des gens sans valeurs éthiques n’ont honte de rien.

Ils sont presque tous de gauche, y compris bon nombre de ceux qui se disent de droite. Et le fait qu’ils soient presque tous de gauche explique beaucoup.

Quand j’avais dix-huit ans, je pensais que la gauche, c’était l’humanisme et la générosité, et puis j’ai vite compris. La gauche, c’est la haine contre la civilisation occidentale, contre les sociétés ouvertes, contre le pluralisme, contre toutes les formes de liberté. Et il n’y a pas d’exceptions à ce que je viens de dire.

La gauche américaine aujourd’hui est vraiment de gauche car elle correspond pleinement à la définition que je viens de donner, et c’est pour cela que tant de journalistes français l’aiment. 

La gauche américaine viole les institutions de manière incessante, cherche à ruiner le pays et à le mettre à feu et à sang. Elle falsifie l’histoire et, portée par son élan de destruction frénétique, elle est prête à détruire les statues de George Washington et Thomas Jefferson. Nombre de journalistes français apprécient : ils exècrent et méprisent les Etats-Unis.

La gauche américaine prétend se préoccuper des “vies noires” et, tout en s’efforçant de transformer George Floyd en un héros alors qu’il avait un lourd passé de délinquant (ce qui n’excuse pas une seule seconde le policier qui l’a tué), elle a permis, par ses incitations à la violence, l’assassinat de plusieurs autres noirs innocents et elle est donc absolument criminelle : nombre de journalistes français ne parlent pas des autres noirs assassinés, et couvrent donc les crimes de la gauche américaine. 

La gauche américaine veut la destruction des Etats-Unis et la destruction de la civilisation occidentale (j’expliquerai en détail ce qu’elle est aujourd’hui dans un autre article). Elle a l’appui de la plupart des grands médias américains. La plupart des journalistes français savent ce que veut la gauche américaine : et ils semblent approuver. Ils récipient tout ce qu’ils trouvent dans les grands médias américains.

Donald Trump a déclaré que les grands médias américains étaient devenus les ennemis du peuple américain : il avait raison, car les grands médias américains sont des outils de propagande et de désinformation au service de la gauche américaine. En raison de ce qu’écrivent ou disent la plupart des journalistes français, je dois dire que la presse française est devenue l’ennemie du peuple français. Elle lui ment, elle le désinforme, elle l’anesthésie et s’efforce de le préparer à la destruction de sa civilisation et de la civilisation occidentale. 

La plupart des journalistes en Europe font la même chose que les journalistes français, je sais. La civilisation occidentale est en grand péril.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz