Publié par Christian Larnet le 17 juin 2020

Un médicament anti-inflammatoire peu coûteux et largement diffusé a amélioré la survie des patients très atteints de Covid-19, les patients traités dès les premiers symptômes étant très bien soignés par le traitement recommandé par le professeur Raoult.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les décès parmi les patients qui avaient besoin d’une assistance respiratoire ont été plus faibles sur une période de quatre semaines lorsqu’ils ont reçu le médicament dexaméthasone, vieux de 60 ans, ont déclaré des chercheurs de l’Université d’Oxford mardi.

Les médecins et les entreprises recherchent des traitements susceptibles d’aider les patients à survivre au nouveau coronavirus. Le remdesivir antiviral de Gilead Sciences Inc., qui a l’autorisation de traiter le Covid-19, n’a fait que raccourcir la convalescence des patients, mais seulement sur 3 patients sur 10, et seulement pour les patients sous respirateur.

  • Le traitement à la dexaméthasone a réduit les décès d’un tiers chez les patients sous respirateur et d’un cinquième chez ceux qui recevaient uniquement de l’oxygène, a montré l’étude.
  • Le bénéfice n’a été constaté que chez les patients gravement malades du coronavirus de Wuhan, et n’a pas été observé chez les patients atteints d’une maladie moins grave, a déclaré l’Organisation mondiale de la santé mardi.

Le ministre britannique de la santé, Matt Hancock, a salué ces résultats comme une approbation des prouesses scientifiques et médicales du pays.

Faible coût

Le médicament est disponible sous forme générique depuis des décennies et coûte 5 livres (6 dollars) ou moins pour un traitement, selon les responsables de la santé.

Fabriqué par des sociétés pharmaceutiques comme Mylan NV et Merck & Co, il est utilisé pour traiter toute une série de maladies, notamment les rhumatismes, l’asthme et les allergies, et même pour aider les patients atteints de cancer à mieux gérer les nausées provoquées par la chimiothérapie.

Un traitement de dix jours avec le médicament acheté en Inde pour traiter le Coronavirus communiste chinois coûterait environ 20 pence (25 cents), selon Andrew Hill, chercheur principal à l’université de Liverpool, qui a étudié le coût des médicaments figurant sur la liste des médicaments « essentiels » de l’OMS en 2018.

« C’est un traitement qui devrait être abordable pour toute personne dans le besoin, dans n’importe quel pays », a déclaré Hill dans un email.

Étude

La recherche sur la dexaméthasone faisait partie d’une étude plus vaste, appelée Recovery, qui compare un certain nombre de traitements potentiels afin de tenter d’identifier rapidement ceux qui sont les plus efficaces. Plus de 11 500 patients ont été inscrits dans plus de 175 hôpitaux du National Health Service au Royaume-Uni.

Un certain nombre d’anti-inflammatoires sont étudiés dans le monde entier pour aider les patients atteints de coronavirus à faire face à une puissante réaction excessive du système immunitaire, parfois appelée « tempête de cytokines ».

Selon les résultats de l’étude d’Oxford, la dexaméthasone permettrait d’éviter un décès en traitant huit patients ventilés, et environ un pour 25 patients nécessitant uniquement de l’oxygène, ont déclaré les chercheurs.

Les patients qui n’avaient pas besoin d’assistance respiratoire n’en ont tiré aucun bénéfice.

« Cette étude suggère que la dexaméthasone ne bénéficie qu’aux cas graves », a cependant précisé Nick Cammack, responsable de l’accélérateur thérapeutique Covid-19 chez Wellcome, le groupe philanthropique de recherche médicale.

Déjà des doutes

« Nous nous sommes déjà fait rouler, non seulement pendant la pandémie de coronavirus, mais même avant le COVID, avec des résultats passionnants qui, lorsque nous avons accès aux données, ne sont pas aussi convaincants », a déclaré le Dr Kathryn Hibbert, directrice de l’unité de soins intensifs médicaux de l’hôpital général du Massachusetts à Harvard.

« Nous devons voir à quoi ressemble l’étude étant donné le contexte actuel de rétractations », a déclaré le docteur Thomas McGinn, médecin en chef adjoint du plus grand système de santé de New York.

« J’attends juste de voir les vraies données, de voir si elles sont examinées par des pairs et publiées dans un vrai journal, a-t-il dit.

Le Dr Mark Wurfel, professeur de médecine à l’Université de Washington, a exhorté les chercheurs à publier les données avant leur publication officielle.

« Ce serait très, très utile pour nous aider à aligner nos populations de patients sur les leurs et à décider s’il est approprié d’appliquer cette thérapie à nos patients ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz