Publié par Manuel Gomez le 19 juin 2020

Cela fait des années que nous signalons le grave péril qui nous menace, et qui se nomme la Turquie, ou, plus exactement, Recep Tayyip Erdogan, le grand manipulateur, le maître-chanteur.

Déjà dès juin 2015, que ce soit sur Boulevard Voltaire, Riposte Laïque ou Dreuz.Info, nous vous informions, preuves irréfutables à l’appui, que la Turquie livrait des armes aux rebelles islamistes en Syrie et cela depuis 2014, alors que le gouvernement d’Erdogan le démentait formellement. Armement dissimulé dans des caisses de médicaments destinées à une organisation humanitaire.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Personne ne pouvait douter un seul instant du soutien, par Recep Erdogan, de l’Etat Islamique et du Front Al-Nostra.

Et, déjà, la question se posait : Comment un pays pro-islamique et anti-européen pouvait-il être membre de l’OTAN ?

Quelques semaines plus tard, le 13 août, nous alertions sur l’attaque menée par l’armée turque contre les Kurdes, qui étaient le seul rempart contre l’avancée des forces de l’Etat Islamique.

Toujours en 2015, le 10 novembre, nous rappelions les déclarations d’Erdogan : « Les minarets sont nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées nos casernes et les croyants notre armée. » et notre conclusion : « Gardons-nous de la Turquie. Ne la laissons jamais « envahir » l’Europe. »

Quelques jours plus tard, en novembre, nous vous informions sur l’attaque menée, par l’aviation russe, contre un convoi de plusieurs dizaines de camions, qui transportaient du pétrole acheté à Daesh par la Turquie, et cela contre les ordres de l’OTAN.

En mars 2016, de nouvelles preuves dénonçaient le soutien logistique et financier apporté à Daesh par Recep Tayyip Erdogan, et sa responsabilité sur le massacre de dizaines de milliers de syriens et de kurdes.

A la même époque, l’Union Européenne s’engageait à lui verser 6 milliards pour que la Turquie conserve les migrants et lui permettre ainsi de poursuivre son chantage, sachant que cela n’empêcherait pas les turcs d’ouvrir les vannes quand ils le décideraient.

Quand on cède à un chantage on se trouve devant l’obligation de poursuivre les paiements et le maître-chanteur le sait parfaitement.

On peut se demander si cela ne fait pas partie d’un plan secret décidé par l’Union Européenne, y compris l’adhésion, un jour prochain, de la Turquie à l’Europe ?

L’objectif poursuivi par Erdogan est, d’une part, l’élimination totale des Kurdes : un second génocide, après celui des Arméniens.

La réponse de l’Occident serait non seulement d’aider ce peuple mais également de lui permettre de posséder le territoire propre, qu’ils occupent déjà, même si des « arrangements » seront nécessaires concernant les immenses réserves de pétrole.

Aujourd’hui la Turquie s’implante militairement en Libye, et menace verbalement la Grèce. Grâce à son chantage, toujours présent, Erdogan se moque des « Européens ».

Le rêve secret de Recep Erdogan est de « refonder » l’empire ottoman, tel qu’il existait à la fin du 19° siècle et fut « démembré » en 1920, à la fin de la première guerre mondiale.

Quand l’OTAN prendra-t-elle la décision de « sortir » ces islamistes de son sein ? A notre avis pas tant que les Etats-Unis considèreront la Russie comme l’ennemi principal, avant même la Corée du Nord, l’Iran, ou même la Chine, alors que c’est loin d’être le cas.

C’est la raison principale pour laquelle ils ont besoin de la Turquie, comme de la Pologne, pour, selon eux, maintenir une « barrière » contre la menace russe.

Le rôle de l’Union Européenne ne serait-il pas de s’éloigner de l’OTAN et d’accueillir la Russie, afin que la France ne reste pas l’unique armée européenne, aujourd’hui que les Britanniques l’ont quitté ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz