Publié par Rosaly le 26 juin 2020

Le cas de George Floyd a traversé l’océan et ému la Présidente de la Commisision européenne, Frau Ursula von der Leyen. Lors de son discours aux députés européens en séance plénière le 18 juin dernier, elle déclara de manière péromptoire :

«Nous avons toléré le racisme pendant trop longtemps. Il doit cesser.»

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le racisme est en en effet un bien vilain sentiment et il doit être combattu, mais pourquoi sélectionner un type de racisme et jeter les autres aux orties? Pourquoi éviter soigneusement de parler du racisme des Noirs envers les Blancs, qui se manifeste de plus en plus souvent par des agressions violentes, voire létales, du racisme des Arabo-musulmans à l’égard des Noirs et des Blancs, qui se traduit par des meurtres et des attentats terroristes au cri d’Allahou akbar, du racisme interethnique, qui est endémique dans les pays africains et musulmans?

Les militants antiracistes, rejoints par des Blancs décérébrés, qui se complaisent dans l’auto-flagellation et l’humiliation, ont l’indignation bien sélective, car ils ne visent que les Blancs occidentaux. Seuls les Blancs sont racistes et prétendre que le racisme anti-Blancs existe , c’est une ineptie.

Pour Rokhaya Diallo, le racisme anti-Blancs n’est pas du racisme

A se demander si le rêve de ces racistes antiracistes n’est pas de voir disparaître les Blancs et le Christianisme? Ainsi débarrassés des racistes blancs et du Christianisme, cette religion dévoyée, l’Humanité vivrait enfin dans le bonheur et la paix … sous le regard bienveillant d’Allah le Miséricordieux.

Tous ces racistes anti-Blancs sont dominés par des sentiments de frustration, de complexe d’infériorité, de jalousie et d’envie de revanche. Obsédés par les seuls Blancs occidentaux, ils font curieusement l’impasse sur le racisme interethnique, à la base de nombreuses guerres fratricides, qui dévastent l’Afrique et le monde musulman et les empêchent de progresser. Ennemis à mort entre eux, mais tous unis par leur haine commune des Blancs.

Frau von der Leyen aurait-t-elle eu la même réaction ulcérée si un délinquant blanc, ayant suivi le même parcours criminel que G. Floyd, était mort asphyxié sous le genou d’un policier noir? Non, «l’incident» aurait immédiatement était classé dans la rubrique «faits divers», car apparemment «White Life doesn’t matter».

L’assemblée s’est ouverte par une minute de silence en hommage à G. Floyd, érigé depuis en «martyr», en «saint» et pour toutes les victimes de la violence, du racisme et de la discrimination.

Songeait-elle aussi à ce moment là aux victime blanches européennes, violées , égorgées, battues à mort par les «invités» de Frau Merkel?

«Regardez cet hémicycle, s’exclama-t-elle , la diversité de notre Société n’est pas représentée et je suis la première à admettre que la situation n’est pas meilleure au sein du Collège des commissaires ou du personne de la Commission.» Des blancs à perte de vue, mais c’est du racisme et d’un ennui!

«Nous devons parler du racisme et agir. Changer de direction est toujours possible, si la volonté existe.» assura-t-elle.

Le changement de cap qui s’est produit ces dernières années dans le système de recrutement de l’armée allemande est l’exemple type d’un petit pas dans la bonne direction.. Dans le passé, a rappelé l’ex-ministre allemande de la Défense, nous avions d’excellents candidats, qui auraient été des ressources précieuses pour les forces armées, des ressources parfois rares, comme des personnes qui parlent arabe ou farsi, mais ces ressources n’étaient pas du tout estimées à leur juste valeur.

 Pourtant, lors d’une mission à l’étranger, des compétences similaires peuvent sauver la vie de camarades. » J’admire sa confiance et son optimisme.

«C’est pourquoi, un débat structuré sur le racisme au sein du Collège de la Commission européenne s’ouvrira la semaine prochaine. L’objectif est d’imposer le même changement, en dépassant les «préjugés inconscients» et en concrétisant la devise «unis dans la diversité.»

 «Nous devons continuer à condamner le racisme et nous devon continuer à rester vigilants et conscients. Si nous le rencontrons, nous devons parler et agir immédiatement.»

Qu’elle commence par demander à Frau Merkel de condamner le racisme anti-Allemands émanant de ses «invités» musulmans.

Ce discours a heurté l’Eurodéputé de la Lega Vincenzo Sofo. Il a exprimé son désaccord sur FB.

«Ursula von der Leyen se sert d’une urgence raciste inexistante pour suggérer la possibilité d’introduire des «quotas de Noirs» au sein des institutions politiques, des forces armées, de l’administration publique, des universités et du secteur privé.

Et même si elle réussissait à convaincre, ces «quotas de Noirs» ne serviraient pas à encourager une véritable implication d’une frange de la population dans la gestion des affaires publiques, mais à fausser les modalités de sélection de la classe dirigeante, tout en brimant les capacités des immigrés.

En parlant de sous-représentation dans la vie économique, sociale et politique, la présidente de la Commission révèle au contraire un véritable esprit raciste, divisant la population en catégories et garantissant les chances non pas en fonction du mérite, mais de la couleur de la peau.

Si le principe méritocratique est remplacé par un principe racial, garantissant des opportunités en raison de l’appartenance à une certaine ethnie, il contribue à créer des haines et entrave la croissance de la communauté. Offrir aux étrangers des quotas de représentation dans des secteurs stratégiques, comme l’armée, n’est pas sans risque. Il suffit de voir ce qui s’est passé ces dernières années en France, avec des immigrants de deuxième ou troisième génération appartenant aux forces de l’ordre et adhérant à l’idéologie islamiste, ou en Allemagne, où la majorité de la population allemande d’origine turque avait déclaré lors d un sondage qu’elle prendrait le parti d’Ankara en cas de conflit avec Berlin. On ne peut pas promouvoir une immigration sauvage en la concentrant dans les banlieues. Le fait d’ajouter des pauvres aux pauvres crée une concurrence féroce entre les groupes les plus faibles, et cela fait exploser l’équilibre social. Voyez ce qui s’est passé ces jours-ci à Dijon, où des bandes d’immigrés lourdement armés ont pris en otage toute une ville … et toutes ces zones de non droit, où la police ne peut plus entrer.»

L’Union européenne est à la croisée des chemins. Si elle choisit de continuer la poursuite d’une immigration sauvage et incontrôlée, au lieu de promouvoir des politiques natalistes en faveur des familles européennes, les conséquences pourraient être très graves pour nos pays. Comme nous le constatons, jour après jour, la greffe d’une population étrangère génère des tensions sociales de plus en plus vives. Cela pourrait être évité via une politique nataliste, qui sache conjuguer les besoins des citoyens avec ceux de la préservation de l’identité européenne. Une fois de plus, l’Union européenne doit choisir ce à quoi elle ressemblera dans 50 ans, car si elle s’entête à maintenir le cap actuel, le scénario raconté par Michel Houellebecq dans «Soumission» et celui de Jean Raspail, décrit dans son roman «Le Camp des Saints» deviendront des tragique réalités.

«Faites 5 enfants et le futur de l’Europe vous appartiendra» déclara le sultan d’Ankara en 2017 aux musulmans résidant en Europe.

Une déclaration qui succéda à celle de l’Algérien Boumedienne en 1974 à l’ONU: «Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire.»

La crise du coronavirus a été l’occasion de lancer une réflexion plus structurée sur les questions démographiques en Europe grâce à un rapport promu par la vice-présidente de la Commission européenne, Dubravka Šuica : «la crise a mis en évidence de nombreuses vulnérabilités, dont certaines sont liées au profond changement démographique qui affecte déjà nos sociétés et nos communautés dans toute l’Europe ».»

Le reconnaître, c’est bien, mais encore faudrait-il agir en conséquence pour éviter le désastre à venir et là, ce n’est pas encore gagné.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source : «Così la Von Der Leyen vuole introdurre le quote nere in Europa.» (Il Giornale.it)

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz