Publié par Magali Marc le 29 juin 2020

Il reste quatre mois avant les élections présidentielles aux États-Unis et les médias «fake news» se jettent avec délectation sur les plus récents sondages qui montrent un Joe Biden largement en avance sur le Président sortant.

Même certains Républicains et conservateurs de Breibart et de Fox News ont l’air d’y croire. Certains médias font état du fait que Donald Trump lui-même a admis sa défaite imminente lors d’une assemblée publique tenue avec Sean Hannity de Fox News le jeudi 25 juin dernier (l’événement a été diffusé en direct et a attiré un auditoire de 5,1 millions de personnes)*. Tous semblent oublier que Donald Trump excelle lorsqu’il s’agit de piéger ses adversaires en se donnant le rôle de l’outsider.


* En fait le président a dit en parlant de Joe Biden : «(…) l’homme ne peut pas parler. Et il va être votre président parce que certaines personnes ne m’aiment peut-être pas».

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Elizabeth Vaughn, paru sur le site de Red State, le 27 juin, dans lequel elle cite les arguments de Brian Cates sur Twitter.

**************

Ne croyez pas les nouveaux sondages

Les résultats du sondage de Fox News publiés jeudi (le 25 juin) ont fait sensation dans les deux camps politiques. Le sondage montre que le Président Trump est loin derrière l’ancien vice-président Joe Biden, tant au niveau national que dans les États où la situation est critique. Pire encore, les résultats ont ajouté de la crédibilité à d’autres sondages récents qui ont montré que M. Biden avait une avance confortable sur le président. Les experts républicains ont donné des conseils à l’équipe de M.Trump concernant les moyens de redresser la situation.

On lui suggère de fournir un programme détaillé pour son second mandat et de faire une nette distinction entre lui et Joe Biden. Enfin, il doit mettre en évidence les faiblesses de M. Biden. Jusqu’à présent, le président a fait un excellent travail contre son adversaire.

Les partisans de Joe Biden, oubliant que les sondages changent constamment, le déclarent vainqueur et certains se demandent si M. Trump ne va pas quitter la course plus tôt pour éviter une défaite humiliante.

Le conservateur Brian Cates, contributeur de longue date du journal Epoch Times, a écrit sur son compte Twitter une série de faits contredisant la prétention des Démocrates et soulignant certaines réalités qui ont été négligées. C’est long, mais je vous recommande fortement de les lire.

Brian Cates commence avec des rumeurs selon lesquelles les Démocrates remplaceront M. Biden après qu’il aura reçu l’investiture du parti en août.

M. Cates nous rappelle que la campagne de M. Trump a mis en place les fondements de sa stratégie depuis deux ans. La campagne de M. Biden est encore en train de préparer la sienne.

Un nouveau candidat ne serait jamais en mesure de se préparer à la course en deux mois. Cela signifierait une défaite certaine.
M. Cates a écrit :

«Ce serait comme une course de 100 mètres alors qu’un concurrent attendrait que l’AUTRE GARS ait parcouru les 2/3 du chemin jusqu’à la ligne d’arrivée avant de faire sa marque. Donald Trump a fait en sorte que des équipes complètes se forment et s’installent sur le terrain au cours de ces DEUX ANNÉES. M. Biden est toujours en train de recruter.»

M. Cates a écrit que l’excès de zèle de confinement des gouverneurs et des maires démocrates leur fera du tort en novembre. Les Démocrates, a déclaré M. Cates, «sont devenus complètement malades au point de hurler à la lune».

«Ces gouverneurs et maires démocrates ont littéralement enfermé leurs citoyens pendant des mois, envoyé des flics pour arrêter les gens qui courent sur la plage, fermé les églises, etc. Puis ils ont changé d’avis et ont approuvé des manifestations de masse et des émeutes.
Il y aura des conséquences à cela.
»

«Contrairement à ce que l’on peut croire, a écrit M. Cates, «LA BASE des Démocrates n’est pas en croissance. Elle se rétrécit depuis 5 ans maintenant. Et le rétrécissement s’est accéléré au cours des 2 dernières années.»

Autres tweets de Brian Cates :

  • 1. «Les sondages sont sans valeur. Ce qui se passe sur le terrain est tout ce qui compte. Et M. Trump en coulisses, depuis plus de 2 ans maintenant, a construit une STRATÉGIE MONSTRE sur le terrain. M. Biden est encore en train de recruter du personnel. Donc non seulement la stratégie de base et la collecte de fonds de Trump laissent les Démocrates loin derrière cette année, mais il y a un AUTRE facteur qui est entré en jeu : Le Parti Démocrate s’est transformé en un parti de fous furieux. CELA AIDE M. Trump.»
  • 2. «Ces gouverneurs et maires démocrates (…) ont regardé les responsables envoyer des patients atteints du virus chinois dans les maisons de retraite. Ils les ont vus ordonner à la police de baisser la garde, refuser d’envoyer la Garde Nationale, puis bafouiller sur le fait qu’ils «espèrent que tous les propriétaires d’entreprises ont une assurance» après plusieurs jours d’émeutes. Ils ont envoyé des policiers pour arrêter les gens qui couraient sur la plage, les mères qui emmenaient leurs enfants au parc, les commerçants qui ouvraient leurs magasins. Ils ont ensuite participé et appuyé des manifestations de masse qui ont dégénéré en violentes émeutes
  • 3. «TOUT LE MONDE DANS UN ÉTAT BLEU N’EST PAS FOU. En fait, il y a toujours eu un segment assez important de citoyens dans ces États bleus qui «ne font pas de politique, et restent en dehors de tout ça», etc. Ils ne votent pas. Ils ne prêtent pas beaucoup d’attention à ce genre de choses. EH BIEN, ILS SONT FORCÉS D’Y PRÊTER ATTENTION MAINTENANT.»
  • 4. «Imaginez que vous êtes propriétaire d’une entreprise dans un endroit comme Minneapolis ou New York et que vous n’avez pas voté depuis des années, ou que vous avez toujours voté Démocrate parce que «vous étiez censé le faire». Vous venez de passer six mois à regarder les Démocrates qui dirigent votre État ou votre ville révéler qu’ils sont des tyrans maniaques. Des millions de citoyens non impliqués politiquement dans ces États bleus et des Démocrates pas fous ont connu un réveil brutal au cours des six derniers mois. «Putain de merde… mon maire/gouvernement est un malade mental. Ces gens représentent un danger clair et présent pour moi et ma famille !»
  • 5. «La rue où se trouve votre entreprise a été pillée et saccagée et votre mauviette de gouverneur passe à la télévision en bavardant sur la façon dont il s’est assuré que vous aviez une assurance après avoir laissé faire les émeutes pendant une semaine. Comment vous sentiriez-vous ? Comme si vous alliez voter pour lui à nouveau ? »
  • 6. «Apparemment, les gens qui regardent les FAUX SONDAGES qui montrent M. Biden avec une avance de 15-20 pt ont besoin d’entendre à nouveau cela : l’incroyable superpuissance de M. Trump est SA CAPACITÉ À FAIRE CHANGER D’AVIS LES ÉLECTEURS DÉMOCRATES ET À LES FAIRE VOTER POUR LUI. M. Trump a mis en place un dispositif étonnant pour la campagne actuelle. Il va s’adresser aux gens sensés dans les États bleus. »
  • 7. «Il y a 4 ans, lors de la course à la présidence de novembre 2016, le Parti Démocrate était à des années-lumière de là où il est maintenant. Les choses ont changé et elles ont changé DRAMATIQUEMENT. Cette fois, M. Trump n’est pas en position de faiblesse. Mais ses adversaires vont essayer de vous convaincre qu’il l’est. M. Trump utilisera pleinement tous les avantages qu’il a maintenant et qu’il n’avait PAS en 2016. En 2016, c’est HILLARY CLINTON qui avait tous les avantages. Y compris en argent. Elle a dépensé plus d’un milliard. M. Trump en a dépensé moins de la moitié. »
  • 8. «Lorsque M. Trump fera campagne pendant les deux derniers mois, en septembre et octobre, il va sans relâche s’employer à aller chercher les électeurs sains d’esprit dans les États bleus. Et ça va marcher. Encore une fois.»
  • 9. «Même les experts conservateurs vous présentent une image de M. Trump, le décrivant comme un étourdi qui n’a aucune idée de ce qui se passe autour de lui, qui a réussi en trébuchant à se frayer un chemin jusqu’ici grâce à la chance, mais sa chance est sur le point de s’épuiser ! SI SEULEMENT IL FAISAIT QUELQUE CHOSE CONTRE LA FRAUDE ÉLECTORALE ! Eh bien, il a fait quelque chose contre la fraude électorale. Il a passé PLUS DE DEUX ANS à organiser la meilleure stratégie sur le terrain qu’une élection présidentielle ait jamais connue jusqu’à présent, surtout dans les États-charnières. Les Démocrates ne peuvent prendre ses États que si le vote est serré. Et le vote ne sera pas serré
  • 10. «Vous avez déjà vu des votes records dans les élections spéciales et les primaires républicaines où M. Trump n’avait pas d’adversaire. ET VOUS N’ALLEZ TOUJOURS PAS LE CROIRE. Je comprends. Vous avez peur des colporteurs de mauvaises nouvelles qui s’agitent partout en faisant claquer les chaînes de la fraude du vote par correspondance. Cela n’aura pas d’importance. »
  • 11. «La colère monte jusqu’à atteindre un pic de rage dans les États bleus où les citoyens doivent faire face à ces malades démocrates, imbus de leur idéologie. Le Président Trump exploitera pleinement cette colère et la transformera en votes. Regardez bien ce qui va se passer.»

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source:
https://www.redstate.com/elizabeth-vaughn/2020/06/27/862817/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz