Publié par Alexandre Del Valle le 30 juin 2020

Avec l’affaire Traoré hissée au rang de trésor national, Alexandre Del Valle jette un regard sévère sur les valeurs défendues par une société décadente.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Lors d’une récente prise de position, le célèbre commentateur politique a déclaré : « On observe aujourd’hui un ensauvagement de la société qui permet de faire d’une famille de délinquants (Traoré) un clan de victimes. Cette diabolisation-nazification de la force étatique au profit de la violence voyoucratique découle d’un grand renversement général des valeurs. »

Dreuz a souhaité aller plus loin, et a posé quatre questions à Alexandre Del Valle.

1/ A quand remonte le « Grand renversement » des valeurs dont vous parlez et qui s’illustre avec l’affaire Traoré et la récupération de celle de G. Floyd par des racistes anti-Blancs et anti-Occidentaux ? 

D’après moi, ses racines sont philosophiques sont anciennes et profondes, mais ses sources politiques et idéologiques et ses traductions concrètes remontent à une période qui va de l’après-Seconde Guerre mondiale à Mai 1968.

Ces années ont fait incuber puis triompher sur le plan socio-politique le « Grand Renversement » qui avait commencé un siècle plus tard dans le domaine de l’art : l’inversion des Valeurs, la fin des notions de Beau, de Vrai et de Bien, et bien sûr et surtout la délégitimation prioritaire de l’Etat occidental et des Forces de l’Ordre des Nations de l’Homme Blanc occidental, assimilées de façon folle en bloc au « nazisme ».

L’Occident devenu fou voudrait se faire pardonner la Shoah en s’excusant auprès des pires nouveaux bourreaux des Juifs : Islamistes, pseudos « victimes » arabo-musulmanes, suprémacistes noirs antisionistes/anti-Blancs, et Gauchistes haineux envers l’Etat juif

L’extraordinaire manipulation ou auto-désinformation massive qui a détruit depuis lors le moral de l’Occident judéo-chrétien et qui nous a rendu collectivement « coupables » (cf. mon livre Le complexe occidental*, 2014) des Croisades, de la Reconquista, de la conquête des Amériques, de l’Inquisition, de la Saint-Barthélemy, de l’esclavage, de la Colonisation, de la Collaboration puis de la Shoah, a consisté à assimiler follement tout cela au « nazisme », donc finalement à réduire toute l’Histoire de l’Homme Blanc au Mal « raciste-fasciste-nazi ». Y compris – ce qui est fou – le « sionisme », Israël, et donc les Juifs assimilés eux-mêmes au « nazi-fascisme » par les professionnels de la « Reductio ad Hitlerum ».

Rappelons en passant que c’est le philosophe Léo Strauss, juif allemand devenu américain après avoir fui l’Allemagne nazie, penseur conservateur détesté par la gauche américaine, qui a créé, en 1952, dans son ouvrage Droit naturel et histoire*, l’expression Reductio ad hitlerum. Il voulait alors avertir l’Occident que l’antinazisme dévoyé et de combat allait être instrumentalisé par les nouveaux totalitaires pour discréditer n’importe qui…

Un autre grand homme pas plus suspect de sympathies nazies ou mêmes extrêmes-droitières, Churchill, dont les gauchistes-suprémacistes noirs déboulonnent les statues depuis l’affaire Floyd, disait dans la même veine :

« Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes« .

Bref, l’Occident devenu fou et piégé par son multiculturalisme rédempteur voudrait se faire pardonner la Shoah et l’antisémitisme passé, non pas en s’excusant auprès des descendants réels des victimes juives d’Hitler, mais envers les pires nouveaux bourreaux des Juifs : les Islamistes, les pseudos « victimes » arabo-musulmanes, les suprémacistes noirs antisionistes/anti-Blancs, sans oublier les Gauchistes de tous poils tout aussi haineux envers l’Etat juif devenu le « Juif des Nations »… 

Le Grand Renversement, qui permet aujourd’hui aux antisionistes rouges-verts de nazifier les Juifs-Israéliens et de diaboliser les démocraties occidentales, vient donc de ce paradigme des années post-seconde guerre mondiale, que les Soviétiques, pro de l’Agit prop, ont PARFAITEMENT su entretenir en alimentant les milieux révolutionnaires-subversifs anti-occidentaux au sein même de nos démocraties.

Résultat, l’Europe s’islamise démographiquement et idéologiquement puis se « métisse » par une immigration très majoritairement arabo-turco-pakistano-afro-islamique de peuplement largement judéophobe et christianophobe

Le cœur de cette méga-Inversion et donc de cette Manipulation de Masse consiste donc à inclure le Juif lui-même dans le Mal nazi-raciste-colonisateur dès lors qu’il aime ou n’attaque pas Israël….

Résultat, l’Europe s’islamise démographiquement et idéologiquement puis se « métisse » par une immigration très majoritairement arabo-turco-pakistano-afro-islamique de peuplement largement judéophobe et christianophobe, qui plus est en s’interdisant d’intégrer-assimiler les nouveaux venus, quand bien même si ceux-ci développeraient sur notre sol l’intolérance de la Charià (antijuive, anti-chrétienne et anti-mécréants).

Le motif officiel apparemment très noble de ces Occidentaux ethno-masochistes est de « racheter ses fautes de la Seconde Guerre mondiale », d’où le slogan « plus jamais ça » cher aux Soixanthuitards adeptes du slogan « CRS SS ». Mais il ne s’agit là que d’un prétexte, puisque le résultat de cette mauvaise conscience vise à installer des populations anti-juives en Europe…

Ce Grand renversement fondé sur la Reductio ad hitlerum a été imposé par la Révolution néo-marxiste-libertarienne subversive que fut 68, mais elle a été permise par la diffusion d’une « mauvaise conscience post-Shoah inversée », qui assimile au Mal Nazi absolu non pas les vrais nazi-fascistes qui ont produit la Shoah, ni même les « Nouveaux fascistes du Sud ou actuels nazislamistes », mais tous les Blancs judéo-chrétiens-européens attachés à leur Histoire, leurs Etats, leurs Nations et leur religion.

De ce point de vue, les gauchistes du NPA, de la FI ou autres Trotsko-mao sont cohérents en aidant les forces anti-occidentales mêmes opposées à leur athéisme. Ils régleront leurs comptes entre eux une fois la vieille Europe complexée et « auto-raciste » en ruines… 

2/ Le Grand Renversement a-t-il pour origine une racine unique, le communisme, le marxisme ? Aux Etats-Unis, Black Lives Matter est financé par Soros et les grandes entreprises leur font des dons importants. 99% des gens ignorent les motivations du mouvement, et confondent le slogan, louable, et le mouvement, animé par trois marxistes qui veulent la destruction du capitalisme. Et en France, qui finance ces mouvements, les Antifa, les Traoré, etc ?

Pas seulement le communisme !

Vous avez raison de citer des milliardaires qui n’ont apparemment rien en commun avec des Marxistes attardés-tiersmondistes. L’Histoire est complexe et l’âme humaine souvent paradoxale. Car le Grand Renversement, s’il a été conçu initialement par des mondialistes « de gauche » marxistes-libertaires, préparés en sous-main par des marxistes soviétiques pros de la « Disinformazia » (dénoncés par Léo Strauss, Popper, Churchill ou Orwell), a été également appuyé par les forces apparemment très opposées des multinationales déracinées et de l’Industrie du Divertissement et du Consumérisme. Ces dernières, bien que « capitalistes » (mais la Chine maoïste l’est aussi…), sont en fait tout aussi matérialistes et mondialistes que les forces marxistes-tiersmondistes, mais cette fois-ci par recherche des économies d’échelle, c’est-à-dire pour des motifs diamétralement opposés de recherche du profit et d’expansion néo-impériale.

Comme on le voit pour l’affaire Floyd-Traoré avec les grandes marques (Nike, L’Oréal, Benetton, Hollywood) et GAFAM (Facebook, Twitter, etc.), qui cèdent chaque jour aux revendications liberticides des « racisés-indigénistes-suprémacistes noirs-islamistes » en diabolisant le « Blanc hégémonique » (voir le Conseil de censure de Facebook qui a recruté l’islamiste yéménite pro-voile frériste Karman), cette alliance entre mondialistes capitalistes et gauchistes est illustrée de façon éclatante par deux « causes » sacrées « anti-frontiéristes » :

  • Celle du « Migrant » paré de toutes les vertus, et
  • celle de « la Planète » plus importante que l’Homme, les deux étant « opprimés » avant tout par l’Occidental-blanc judéo-chrétien honni…

D’où la collaboration de milliardaires comme Georges Soros avec des militants immigrationnistes gauchisants et des cathos de gauche ou même des islamistes fréristes (voir alliance écolos-socialo-islamistes aux dernières municipales françaises) sans oublier les étranges féministes « pro-Hijab » et LGBT doctrinaires : bien qu’opposées entre elles, ces « Forces » (auxquelles on peut ajouter l’européisme, l’Eglise catholique Post-Concile) convergent dans leur objectif de détruire le Mâle/Mal Occidental-européen et son Etat-Nation soumis à la reductio ad hitlerum.

Si « le Juif » n’est plus « errant », s’il est au contraire « redevenu » NATIONAL avec l’Etat israélien hyper régalien, il représente un INSUPPORTABLE reproche vivant pour ces forces mondialistes qui n’ont comme seul argument pour détruire l’Etat occidental et ses défenseurs « blancs », que l’accusation suivante : « Les frontières, c’est le nazisme »

Et si les Juifs « sionistes » et Israël sont toujours diabolisés par ces forces mêmes apparemment contradictoires, c’est parce que l’instrumentalisation de la douleur juive pour diaboliser l’Etat-Nation en le soumettant à la Reductio ad hitlerum était pour elles ESSENTIELLE en tant qu’outil de Destabilisation-diabolisation-Culpabilisation-Renversement (DCR).

Or, si « le Juif » n’est plus « errant », s’il refuse que son funeste sort passé serve à légitimer un projet mondialiste sans-frontiériste ; et s’il est au contraire « redevenu » NATIONAL avec l’Etat israélien hyper régalien capable de défendre ses frontières et doté d’une armée sans complexe, il représente un INSUPPORTABLE reproche vivant pour ces forces mondialistes qui n’ont comme seul argument pour détruire l’Etat occidental et ses défenseurs « blancs », que l’accusation suivante : « Les frontières, c’est le nazisme ».

On sait en réalité qu’Hitler en tant qu’impérialiste, comme tous les Totalitaires, viola et détruisit toutes les frontières qu’il put. L’argument soixanthuitard ou trotsko-écolo selon lequel « les frontières c’est la racisme » est en fait la plus grande fumisterie idéologique de l’Histoire moderne. La preuve est que le racisme et les conflits interethniques comme le regain de judéophobie reviennent en Occident avec l’ouverture des frontières et l’immigrationnisme antinationaliste.

3/

Tout ceci n’est-il pas concomitant au rejet de la religion ?

Les deux seules religions qui dérangent vraiment à court et moyen terme ces forces mondialistes (capitalistes Mc World comme Gauchistes) désireuses de détruire l’Occident – quitte même à favoriser les suprématismes noirs et islamistes – sont le judaïsme et le christianisme, car elles sont les religions fondatrices de notre civilisation depuis la fin du vieux paganisme.

Ce sont, pour les ennemis de l’Occident des « religions de l’Homme Blanc », du « colonisateur », de l »‘impérialisme » mais aussi du « sionisme », dernier avatar du colonialisme européen.

Vous pourrez me demander pourquoi l’Occident serait Le territoire expérimental du mondialisme plutôt que la Chine, les pays islamiques, l’Afrique ou même l’Inde

De plus, étant donné que le « peuple cobaye », le laboratoire expérimental du futur « Etat planétaire » est l’Occident honni, les traditions, frontières, identités culturelles, ethniques et religieuses de celui-ci doivent être diabolisées plus que celles de tout autre peuple non-occidental. Car le préalable à la réalisation de la « supra société » planétaire (Zinoviev) libertaire et consumériste est le déracinement général du Blanc-Occidental, pris au piège de son universalisme dégénéré ou muté en cosmopolitisme.

D’où le fait que les mêmes qui dénoncent la colonisation et l’esclavage des « Blancs » pardonnent les prédations encore plus terribles des empires arabo-islamiques, ou sont très indulgents envers les Chinois ou les Indiens les plus nationalistes ou suprémacistes.

Vous pourrez me demander pourquoi l’Occident serait Le territoire expérimental du mondialisme plutôt que la Chine, les pays islamiques, l’Afrique ou même l’Inde. Car premièrement, cela ne « prendrait » pas dans ces sociétés très attachées à leurs traditions/identités, et deuxièmement le délire idéologique mondialiste en tant que perversion de l’universalisme judéo-chrétien n’a dominé les consciences que dans nos sociétés.

De même, la noble propension à l’autocritique qui en découle a été pervertie en auto-flagellation pathologique et suicidaire…

Le grand penseur chrétien Chesterton décrivait ce processus de perversion pathologique d’idées au départ saines par cette phrase si juste: 

« Le monde moderne est plein d’anciennes vertus chrétiennes devenues folles. Elles sont devenues folles, parce qu’isolées l’une de l’autre et parce qu’elles vagabondent toutes seules« .

C’est pareil pour « l’antifascisme/antinazisme », pour « l’antiracisme » et la « tolérance » : ce sont au départ de très belles valeurs, des signes de bonne santé mentale, mais quand l’antiracisme devient le champ d’action des néo-racistes « indigénistes-racisés » et des suprémacistes noirs-islamistes anti-Blancs/judéophobes/christianophobes désireux de détruire l’Occidental-Blanc judéo-chrétien ; quand l’antifascisme devient fascisant et la Tolérance le meilleur atout des ennemis de cette même tolérance, ces idées judéo-chrétiennes devenues folles deviennent de vrais poisons mortels.

4/ Finalement, de manière plus générale, n’est-ce pas un rappel que la démocratie est dans sa toute première phase expérimentale, et qu’elle ne correspond pas à la nature de tous les humains ?

La pire conséquence du Grand Renversement actuel néo-soixanthuitard libertaro-gauchiste-indigéniste qui diabolise-délégitime la police et l’Etat-Nation est le retour de la loi du plus fort

Je dirais plutôt, comme le grand sociologue démocrate américain Benjamin Barber, auteur de Djihad versus McWorld* (1996), que l’Etat-Nation demeure le meilleur cadre de défense de la démocratie véritable, celle du peuple-nation, de l’Etat régalien avec ses frontières, sa Police, ses autorités légitimes, et que le projet de dilution identitaire néo-impérial et anti-frontiériste de Mc world (mondialisme marchand justifié par le politiquement correct et le gauchisme) est plus que jamais son pire ennemi.

Barber rappelle à juste titre que seul l’Etat peut garantir à l’être humain la préservation et la croissance de ses droits, la défense de sa sécurité individuelle et collective, son identité, sa dignité et l’application d’une vraie Justice. Et la pire conséquence du Grand Renversement actuel néo-soixanthuitard libertaro-gauchiste-indigéniste qui diabolise-délégitime la police et l’Etat-Nation au profit de tribus ethniques haineuses, des communautarismes vindicatifs et de bandes de caïds violents est le triomphe d’une Nouvelle Barbarie, le retour de la guerre de tous contre tous, de la loi du plus fort.

J’ai appelé cela « l’horizon Mad Max »….

D’accord avec Max Weber, Barber savait que le principe selon lequel seul l’Etat (et donc la police) détient normalement le « monopole de la violence légitime » est la condition même d’une société rationnelle et de toute Civilisation éclairée et avancée.

Le renversement actuel de ce principe – qui pose que la violence du rebelle, du Caïd, du casseur, du révolutionnaire « black Blok », gauchiste ou Che guévariste, du jihadiste, ou du suprémaciste noir/islamiste serait légitime car opposé à l’Etat (nazifié), tandis que la coercition pourtant légale de l’Etat serait inacceptable – est la plus grande marque de régression civilisationnelle de nos sociétés. Cette inversion, cette involution, assimilable à un processus de « décivilisation » sans précédent depuis la chute de l’Empire romain d’Occident au IV ème siècle, va de pair avec celle qui délégitime le Beau, le Bien et le Vrai chers à Platon, qui détruit l’esthétique et les normes, qui diabolise le Mâle blanc judéo-chrétien-hétéro, et vante comme moralement supérieurs les non-Occidentaux et/ou « non-genrés »/non hétéros/LGBT, tout en défendant paradoxalement les homophobes islamistes.

Tout cela vous paraît paradoxal ? Vous ne comprenez pas pourquoi Soros finance à la fois des militants fréristes pro-voile, des LGBT, des Femens anti-Dieu, des migrants clandestins africains homophobes et des gauchistes hostiles à son capitalisme financier ?

Il n’y a ici en fait rien à comprendre par la logique de l’idéologie pure.

La seule logique du Grand Renversement anti-occidental est d’inverser les valeurs de cette civilisation et de détruire sa cohérence, son socle identitaire et moral et ses valeurs traditionnelles fondatrices. Une fois réalisée la Tabula rasa, du Néant pourra surgir le Village Global de Mc World.

Mais l’islamisme conquérant sera-t-il absorbé et auto-dissous par le consumérisme amoral de Mc World ou le matérialisme social des marxistes ? Rien n’est moins sûr.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alexandre Del Valle pour Dreuz.info.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz