Publié par Manuel Gomez le 30 juin 2020

Des dizaines de milliers d’étudiants appartenant à des familles aisées, qu’ils soient Marocains (25.000 en 2020), Algériens ou Tunisiens, viennent en France poursuivre leurs études.

N’en déplaisent aux historiens, qu’ils soient Français ou Algériens, avant la décolonisation, tous les petits Arabes bénéficiaient de l’apprentissage du Français, apprenaient à lire, écrire, compter, et cela jusqu’en 1954, où le FLN et l’ALN se sont mis à assassiner, à égorger, les directeurs d’écoles, les institutrices, les instituteurs, afin qu’ils n’enseignent plus et, depuis des décennies, ils nous abreuvent de mensonges, affirmant que la France colonisatrice organisait un « génocide » et qu’elle abandonnait les enfants algériens dans l’ignorance la plus totale.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Plus d’une centaine d’enseignants ont été tués en Algérie, entre 1954 et fin 1962, même après les « Accords d’Evian » et l’abandon total de l’armée française, qui avait ordre de rester l’arme au pied pendant que ces « barbares » les enlevaient ou les massacraient.

En voici une liste, non exhaustive : Institutrices et directrices.

  • Mlle ALCARAZ Lydie, égorgée à Mazouna le 8 mai 1957
  • Mme ALEMANY-FERNANDEZ, assassinée à Kherba en 1961.
  • Mme CATALA, assassinée à Bérrouaghia en octobre 1960.
  • Mme FLAMENT, enlevée à Mirabeau le 1er décembre 1959 – disparue.
  • Mme HUGUES, tuée rue d’Isly, à Alger, le 26 mars 1962, par l’armée française.
  • Mlle KHOLER Eliane, disparue au Clos Salembier, à Alger, en juin 1962
  • Mme MESQUIDA, tuée rue d’Isly, à Alger, le 26 mars 1962, par l’armée française.
  • Mlle MORAND France, assassinée près de Boufarik le 16 octobre 1958.
  • Mme PEREZ Claude, disparue à Inkerman le 4 mai 1962.
  • Mme PICHELIN, assassinée à La Chiffa en mai 1956.
  • Mlle PRUVOST, assassinée à Tizi-Ouzou en mars 1960.
  • Mme ROBERT, assassinée à Montgolfier, avec ses 2 enfants, le 6 septembre 1962.
  • Mlle SCHNEIDER Nelly, égorgée à Mazouna le 8 mai 1958.
  • Mme SENU, assassinée à Rochnia le 30 janvier 1960.
  • Mme SIX, assassinée à El Biar en novembre 1960.
  • Mlle VALLE Antoinette, assassinée à St-Cyprien les Attafs en octobre 1959.

Instituteurs et directeurs :

  • ADDED Jacques, assassiné à Constantine en 1958
  • ARCAMONE Antoine, assassiné près de Guelma le 8 février 1958.
  • BACRI Robert, assassiné sur la route d’Aïn Mokra (Bône) en 1959.
  • BARBERIS Bernard, assassiné à Mechtras en 1958.
  • BENECH Jean, assassiné à Oran le 21 octobre 1961.
  • BEYTOUT Jean-Pierre, assassiné à Kouba le 3 février 1962.
  • BON Pierre, assassiné à Aïn Dakar (Sétif) le 7 octobre 1961.
  • BONAMY Gérard, disparu à Birkadem le 2 août 1962.
  • BORDES Lucien, assassiné à Alger en mars 1962.
  • BOSSERT, assassiné à Abbo.
  • CANILLAC Gérard, assassiné à Kherba, près d’Affreville, en 1961.
  • CECCALDI Antoine, assassiné à Blida le 2 décembre 1959.
  • CHAROLLES, assassiné avec sa femme et leur bébé en 1956.
  • CHILLAUD Claude, disparu à Boufarik le 30 juillet 1962.
  • CHOUKROUN Akli, assassiné à Sidi Aïch en 1960.
  • COURIOL Jean, disparu à Rocher Noir le 11 juin 1962.
  • COURVOISIER, disparu à Tlemcen, début 1962.
  • DAMPROBE, assassiné à Mac Mahon me 16 juin 1960.
  • DJAFFER Mohamed, assassiné à Birmandréis le 26 janvier 1962.
  • EMOURGEON Jean-Pierre, assassiné à Constantine en mars 1962.
  • FALZON Bernard, assassiné à Aïn Kerma le 11 mars 1962.
  • FIORE Gérard, disparu à Jemmapes le 26 avril 1962.
  • FLAMENT André, assassiné à Bouberak le 1er décembre 1959.
  • GARCIA André, disparu le 28 avril 1962.
  • GARCIA Marcel, disparu à Oran le 5 juillet 1962.
  • GAUTIER Françis, assassiné à Souma le 2 décembre 1959.
  • GINESTE Daniel, disparu à Aïn el Turck le 5 juillet 1962.
  • GRIMALT Jean-Claude, disparu à Belcourt (Alger) en mai 1962.
  • GROUART de TOCQUEVILLE Arnaud, assassiné à Kenchela le 14 juillet 1961.
  • HADDID Jacky, assassiné à Constantine en 1957.
  • HASSEN Alfred, égorgé à Tizi-Ouzou.
  • JOUGOUGNOUX, égorgé près de Bougie en ?
  • LAMENDOUR Gilbert, tué rue d’Isly, à Alger, le 26 mars 1962.
  • LESCALIER Guy, disparu à Misserghin (Oran) le 6 juillet 1962.
  • LLINARES Noël, assassiné à Alger au mois de mars 1962.
  • LUCCHINI Antoine, assassiné rue Darwin, à Alger, le 17 novembre 1961.
  • LURATI Henri, tué rue d’Isly, à Alger, le 26 mars 1962, par l’armée française.
  • MONNEROT Guy, assassiné à Tifefel (Aurès) le 1er novembre 1954.
  • NAUDONT Norbert, assassiné à Sidi-bel-Abbès le 9 octobre 1956.
  • NICOLAÏ Jean-François, assassiné à Vieux Mila le 11 avril 1956.
  • PARDO Raymond, disparu à Oran le 5 juillet 1962.
  • PASQUALINI Marius, assassiné à Maison-Carrée, près d’Alger.
  • PALISSIER Armand, assassiné à Alger le 10 janvier 1961.
  • PEREZ Vincent, assassiné à Alger en novembre 1956.
  • PIACENTILE Georges, assassiné à Oran le 25 juin 1961.
  • PISSIS Henri, disparu à Hassi-Messaoud le 11 septembre 1962.
  • RUBIO Antoine, assassiné à Aïn Temouchent le 5 juillet 1962.
  • RUBIO José, disparu à l’Arba le 17 mai 1962.
  • ROUSSEAU Jean-Claude, assassiné à Maison-Carrée en février 1962.
  • SEMBACH Marc, assassiné à Constantine le 28 février 1962.
  • SINTES Roger, disparu à Alger le 23 juin 1962.
  • TOUBAL Mahieddine, assassiné à Maison-Carrée début 1962.
  • TOUX Pierre, assassiné à Bugeaud en 1961.
  • ULPAT Marcel, assassiné à Oran le 5 juillet 1962.
  • VAISSADE, assassiné cité Ameziane, à Constantine, en 1961.
  • VIALA Marius, assassiné à Affreville le 19 février 1962.
  • WOLF Henri, assassiné à Oued Fodda en juillet 1962.

Si tous les maires des villes et villages de la France métropolitaine avaient l’excellente idée de baptiser des avenues, places, rues ou parcs, du nom de ces enseignant originaires de leurs communes, cela leur permettrait de détruire toutes les plaques attribuées aux traitres et ennemis de la France, qui ont aidés physiquement ou financièrement à assassiner, égorger ou enlever ces quelques dizaines de serviteurs de la France…et de l’Algérie Française.

Il y a bien eu des « crimes contre l’humanité » lors de la colonisation française en Algérie, mais les « criminels » étaient ceux que vous appréciez, que vous souteniez, monsieur le Président !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

17
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz