Publié par Piotr Stammers le 20 juin 2020

L’OMS s’est attiré des critiques pour avoir fait l’éloge public des efforts de la Chine pour combattre le coronavirus de Wuhan dans les premiers jours de la crise, alors même que le monde entier avait visionné les vidéos montrant que les fonctionnaires chinois avaient fait taire les médecins lanceurs d’alertes.

L’UE et ses gouvernements financent environ 11 % du budget de l’OMS, qui s’élève à 5,6 milliards de dollars pour la période 2018-19, les États-Unis ont fourni plus de 15 %. La Chine n’a couvert que 0,2 % du budget.

Vert clair : montant obligatoire. Vert foncé, contribution volontaire

Les gouvernements européens travaillent avec les États-Unis pour une révision de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré un haut responsable de la santé d’un pays européen, signalant que l’Europe partage certaines des préoccupations qui ont conduit Trump à s’en retirer.

Le responsable européen de la santé, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat car les démarches de réforme ne sont pas publiques, a déclaré que la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Italie discutaient des réformes de l’OMS avec les États-Unis au niveau technique.

L’objectif, selon le fonctionnaire, était d’assurer l’indépendance de l’OMS, une référence apparente aux allégations selon lesquelles l’organisme était trop proche de la Chine lors de sa première réponse à la crise du coronavirus au début de cette année (la Chine avait fait un lobbying très puissant pour imposer l’actuel président, un communiste éthiopien).

« Nous discutons des moyens de séparer le mécanisme de gestion des urgences de l’OMS de toute influence d’un seul pays », a déclaré le fonctionnaire.

Réforme

Les réformes impliqueraient de modifier le système de financement de l’OMS pour le rendre plus durable, a déclaré le fonctionnaire. L’OMS fonctionne maintenant avec un budget de deux ans, ce qui « pourrait nuire à l’indépendance de l’OMS » si elle doit collecter des fonds auprès des pays donateurs en pleine urgence, a déclaré le fonctionnaire.

  • En public, les pays européens semblent protéger l’organisation des critiques les plus vives de Trump. Leur position a généralement été que toute réforme ne devrait intervenir qu’après une évaluation de la réponse à la crise du coronavirus.
  • Mais les minutes d’une vidéoconférence des ministres de la santé de l’UE la semaine dernière montrent que les pays européens adoptent la ligne plus ferme du président américain, et cherchent à exercer une plus grande influence européenne sur l’OMS.
  • Les ministres allemand et français ont déclaré à leurs collègues « qu’une évaluation et une réforme de l’OMS étaient nécessaires », selon le compte rendu.
  • Cette formulation est plus ferme que la résolution rédigée le mois dernier par l’UE et adoptée par les 192 pays membres de l’OMS. Cette résolution demandait une évaluation de la réponse à la crise du coronavirus, mais elle n’appelait pas à des réformes.
  • Les ministres allemand et français ont également déclaré à leurs collègues que « l’UE et ses États membres devraient jouer un rôle plus important au niveau mondial », comme le montre le compte rendu.
  • Un porte-parole du ministère allemand de la santé a déclaré que Berlin souhaitait un engagement plus fort avec l’OMS avant que l’Allemagne ne prenne la présidence de l’UE le 1er juillet.

Une source du gouvernement allemand a déclaré à Reuters que l’objectif de l’intervention lors de la réunion des ministres de la santé était d’encourager le débat entre les États membres de l’UE sur la manière de réformer l’OMS.

A la question de savoir si l’Allemagne faisait maintenant pression pour des changements plus rapides, au lieu d’attendre la fin de la crise, le fonctionnaire a répondu :

« Les réformes des organisations internationales prennent normalement des années, et non des mois ».

Un porte-parole du ministère français de la santé a également déclaré que l’OMS serait à l’ordre du jour de la présidence allemande de l’UE, et que Paris y travaillerait avec Berlin. La France a soutenu la réforme de l’OMS, mais les changements devraient suivre l’évaluation de la gestion de la crise du COVID-19 par l’organisation, a-t-il déclaré.

Un porte-parole du gouvernement britannique a déclaré que la Grande-Bretagne travaillait avec des organisations telles que l’OMS « pour encourager et soutenir la transparence, l’efficacité et la bonne gestion ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Piotr Stammers pour Dreuz.info.

5
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz