Publié par Jean-Patrick Grumberg le 4 juillet 2020

Prise de bec verbale entre la Russie et la Chine à propos de territoires disputés par la Chine, qui prétend que Vladivostok appartient à la Chine.

Après Hong Kong, le conflit territorial avec l’Inde, l’Etat du Bhoutan revendiqué il y a quelques jours, et la diffusion du coronavirus de Wuhan qui a fait 500 000 morts, il semble que la Chine veuille s’attaquer à tout le monde et trouve toujours quelque chose à réclamer. Maintenant la Russie ?

Le régime du parti communiste chinois n’hésite pas à défier la Russie sur un conflit territorial, et revendique que le territoire russe de Vladivostok appartient à la Chine.

L’ambassadeur de Chine a déclaré dans un tweet que :

L’histoire de Vladivostok (littéralement : souverain de l’Est) remonte à 1860 quand la Russie y a construit un port militaire. Mais la ville s’appelait Haishenwai en tant que territoire chinois, avant que la Russie ne l’annexe par le biais d’un traité inéquitable avec Pékin.

En mai dernier, Li Zuocheng, un général chinois a déclaré (1) qu’une attaque de Taïwan était une option pour stopper son indépendance.

« Si la possibilité d’une réunification pacifique est perdue, les forces armées du peuple prendront, avec toute la nation, y compris le peuple de Taiwan, toutes les mesures nécessaires pour briser résolument tout complot ou action séparatiste », a déclaré M. Li.

« Nous ne promettons pas d’abandonner le recours à la force, et nous nous réservons la possibilité de prendre toutes les mesures nécessaires pour stabiliser et contrôler la situation dans le détroit de Taiwan », a-t-il ajouté.

« Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste. Ils viennent chercher Hong Kong, Taiwan, Bhoutan, je ne dis rien, je ne suis ni Hongkongais, Bhoutanaisni taïwanais, ni Bhoutanais et je suis trop occupé à élire mes dirigeants qui invitent les Africains à venir chercher l’Europe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.reuters.com/article/us-china-taiwan-security-idUSKBN2350AD

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz