Publié par Magali Marc le 9 juillet 2020

Selon le Professeur Steve Hanke de la Johns Hopkins University, les Américains ont considérablement diminué leurs contributions aux Démocrates qui se présentent aux élections législatives des États non seulement parce qu’ils ne suivent pas le virage à gauche du Parti Démocrate, mais aussi à cause de la piètre performance des maires et des gouverneurs démocrates en ce qui a trait à leur gestion du virus de Wuhan et leur complaisance envers les émeutiers «anti-racistes».

Pour les lecteurs de Dreuz. J’ai traduit l’article de Monica Showalter, paru sur le site d’American Thinker, le 8 juillet.

*****************

Un vent nouveau s’est-il mis à souffler ? En ce qui a trait aux élections législatives des États, les contributions aux Démocrates se font rares

L’échec des États démocrates a-t-il finalement eu son petit effet ?

Nous savons tous que le président Trump est (NdT: supposément) en difficulté dans les sondages.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mais les chiffres du financement des campagnes électorales des États laissent entrevoir de nombreux problèmes pour les Démocrates.

Selon Matt Boyle de Breitbart :

Les Américains ont considérablement diminué leurs contributions aux Démocrates qui se présentent aux élections législatives des États au cours du deuxième trimestre, parce que le Parti démocrate a viré à gauche, comme le montrent les informations sur les collectes de fonds annoncées cette semaine.
La piètre performance des Démocrates au niveau local pourrait avoir des répercussions importantes au niveau national. Tout d’abord, les tendances politiques au niveau des États présagent parfois les tendances nationales qui se profilent à l’horizon – « de la Chambre des Représentants de l’État à la Maison Blanche », dit-on.
Mais plus important encore, les assemblées législatives des États élues cette année se chargeront du redécoupage des circonscriptions électorales l’année prochaine, à l’approche du cycle de 2022 – ce qui influencera l’orientation et peut-être le contrôle de la Chambre des Représentants des États-Unis pour la prochaine décennie.
La baisse dans la collecte de fonds du Comité de campagne législative des Démocrates (DLCC) – qui a permis aux Démocrates de se rapprocher des 20 millions de dollars de leur objectif déclaré de 50 millions pour ce cycle – survient alors que leurs homologues Républicains ont presque doublé le total obtenu par les Démocrates au deuxième trimestre.

C’est une bonne nouvelle pour les Républicains et leurs perspectives de faire évoluer le pouvoir des législatures des États dans une direction conservatrice et pro-américaine.

Nous savons avec certitude que les importantes collectes de fonds des Républicains et les victoires aux élections législatives et des gouverneurs des États en 2012 avaient préparé le terrain pour la prise de contrôle de la Chambre des Représentants par les Républicains en 2014, le passé peut donc aider à prédire l’avenir.

Mais plus important encore, ces changements indiquent que le slogan « On en a assez! » n’est pas seulement un slogan républicain. Les électeurs sont vraiment dégoûtés, ils sont à bout. C’est tout à fait possible même dans les États démocrates.

Ils en ont assez.

La règle de l’État démocrate, en particulier le genre parti unique truqué, commence à dégoûter les électeurs.

Après tout, quel est le bilan des Démocrates après des années et des années au pouvoir ?

Leur réaction au virus de Wuhan peut certainement servir d’acte d’accusation.

  • 1. Les maisons de retraite ont été remplies de patients atteints du virus, malgré la disponibilité de logements fédéraux, permettant de se débarrasser des personnes âgées avec leurs coûts élevés de soins de santé, mais qui ont coûté la vie à quelque 12 000 résidents dans les États démocrates, étant donné le nombre disproportionné de décès ainsi provoqués.
  • 2. Le confinement a continué sans fin. Chaque semaine, le déconfinement était remis à plus tard, les gens voyant leurs emplois et leurs moyens de subsistance s’évaporer.
  • 3. Des traitements efficaces, tels que l’hydroxychloroquine, ont été diabolisés, non pas pour des raisons scientifiques, mais pour marquer des points contre Donald Trump.
  • 4. Le professeur Steve Hanke, de l’Université Johns Hopkins, a affiché un tableau sur son compte Twitter comparant à quel point il est dangereux de vivre dans un État démocrate ou républicain :

Les médias a tissé un conte fantastique concernant l’incompétence des Républicains face au coronavirus. Mais, les données racontent une histoire différente. Les États dirigés par les Démocrates ont généralement moins bien réussi, en termes de chiffres ajustés par population, que ceux dirigés par les Républicains. Hmm !

Tweet du Professeur Steve Hanke

Pire encore, le cauchemar des États démocrates s’est étendu aux émeutes, dont aucune n’a été efficacement gérée par les gouverneurs de ces États. Des milliards de dollars de dommages ont été causés dans des États tels que le Minnesota (Minneapolis), l’État de Washington, la Californie, la Géorgie, le Connecticut, l’Illinois… et des magasins, des voitures, des maisons et des établissements publics ont été détruits.

Les postes de police ont été pris d’assaut, la police a reçu l’ordre de ne pas intervenir. Elle a été démoralisée par les fonctionnaires des États et des municipalités et diabolisée.

L’art public sur d’innombrables places a été profané, même les monuments des géants anti-esclavagistes comme Frederick Douglass et des héros de guerre anti-esclavagistes comme Ulysses S. Grant. Les grands présidents américains ont été profanés et dénoncés par les Démocrates comme étant des symboles de la «suprématie blanche», tandis que les musées étaient menacés et que des gens de toutes sortes descendaient pour annuler la culture.

Rien de tout cela n’aurait pu se produire sans la gouvernance complaisante des États démocrates, c’est-à-dire une absence de gouvernance au nom de l’apaisement de la foule d’extrême gauche.

Pire encore, la criminalité est en train d’engloutir les grandes villes et les États démocrates, dont les chiffres sont parmi les plus élevés depuis des années. Aucun Démocrate au pouvoir n’a la moindre idée de la manière de traiter efficacement ce problème.

Et les gens et les entreprises fuient les grandes villes et les États démocrates, ce que les Démocrates ont fortement critiqué.

Tout cela dans un miasme de retraites non financées mais gonflées pour des bureaucrates qui ne font rien et de déficits à perte de vue.

Ces chiffres montrent que le public rejette la responsabilité de ces catastrophes sur les Démocrates, comme il se doit. Ce n’est pas trop tôt.

Il est surprenant que cela ne soit pas arrivé avant.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source : Americanthinker et Breitbart

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz