Publié par Dreuz Info le 10 juillet 2020

Le baron Empain, paix à son âme, disait avoir pardonné sa séquestration de 63 jours, les tortures, la faim et les fortes pressions psychologiques qu’il a subies à ses ravisseurs, mais ne pas avoir pardonné à la police son attitude. Il a fait plus de reproches sévères à son entourage à sa libération qu’à ses ravisseurs. Lui-même a avoué que « J’étais pénétré de l’idée que les méchants étaient les bons. Le nom de ce phénomène : le syndrome de Stockholm ».

La France se trouve dans le même état. Au fond d’elle-même, à part quelques idéologues vouant une haine incontrôlable à notre pays, la France reconnaît très majoritairement que l’immigration pose beaucoup de problèmes. Le fait que la majorité n’en subisse pas encore directement les inconvénients, plus les bourrages de crâne partisans des médias ne cessant de répéter que l’immigration est une très bonne chose et doit faire partie à part entière de notre pays, le français considère que les méchants ne sont pas finalement si méchant que cela, entrant pleinement dans le syndrome de Stockholm. Celui-ci est banalisé au maximum par les médias propagandistes.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le Français est ainsi atteint du syndrome de Stockholm avec ses envahisseurs, les musulmans, l’islam, la race noire. Hors de ces derniers, point de salut, il est donc impératif de les aimer plus que soi-même ou son propre peuple.

Force est de constater autrement que, dans les pays dits industrialisés ou développés (c’est comme on voudra), la France est un pays pas comme les autres. Elle est atteinte de métathésiophobie (peur du changement). C’est une constante de notre pays. Gardez ce que l’on a même si on court à la catastrophe et la guerre civile. Au nom de cette métathésiophobie, on accepte l’inacceptable. On le voit également aussi pour tous ceux qui refusent l’état actuel des choses, mais ne veulent pas voter RN argumentant que la situation serait pire. Il est clair qu’ils ne traduisent là qu’une peur de changer de pratiques politiques, laquelle s’opposerait à la politique émise depuis 45 ans. Ces gens sont atteints de métathésiophobie, en plus de la peur du futur qui changera les choses.

L’extraordinaire et unique spécificité française du « politiquement correct » est acceptée de façon la plus naturelle qu’elle soit, et même avec le sourire. C’est effarant. On entend régulièrement des Français dire quelques phrases qui leurs échappent et de rajouter, avec le sourire s’il vous plaît, « mais ce que je dis là n’est pas politiquement correct ». Et de s’en amuser. L’inconscience du Français de la dictature dans laquelle s’enfonce son pays est absolument inconcevable. À partir de ces constatations, un certain nombre de Français sont atteints de blemmophobie, c’est-à-dire qu’ils ont peur du regard des autres s’ils disent des propos contraires à ce qui doit être dit pour être bien vu. Et puis, il y a les autres que la blemmophobie ne perturbe pas, mais ils sont passés à un état supérieur.

Par peur du « politiquement correct » susnommé, et par perte de sa personnalité de réflexion et d’analyse, le Français est tombé dans le dénialisme. Ce dernier est une action irrationnelle qui refuse d’accepter une réalité empiriquement vérifiable par peur que la vérité soit psychologiquement inconfortable.

Le peuple français (dans sa grande majorité toujours) nie toute réalité parce qu’elles ont atteintes un niveau dans son pays telles qu’il préfère ne pas en parler faisant comme si elles n’existaient pas. C’est la politique du déni du pays France bien connu dans le monde entier.

Tous ces sentiments, ces phobies, ces peurs ci-dessus expliquées font que le français a le sentiment de ne plus être capable de gérer lui-même son pays, parce qu’on l’a décérébré et on lui a retiré toute possibilité d’analyse, parce qu’on lui a expliqué qu’il fallait une force étrangère indispensable pour sa croissance et on lui a donc imposé l’islam. Ainsi, la majorité du peuple français est atteint de francophobie. C’est-à-dire que tout Français qu’il est lui-même, il n’aime pas les Français. Force est de constater que depuis 45 ans les islamo-gauchistes ont remporté beaucoup de victoires.

Cependant, le fait qu’un certain nombre d’individus français luttent contre l’envahisseur et contre le suicide de leur pays, la France, efface de façon irréfutable toute excuse et circonstances atténuantes de la passivité, la soumission, l’acceptation de la dictature, l’acceptation de l’islam mortifère et sanguinaire de tous les autres Français qui ne sont que des lâches. Y compris pour tous ceux qui votent depuis 45 ans des régimes politiques dont ils savent bien qu’ils ne changeront rien dans l’essentiel. Y compris pour tous ceux qui votent blanc, nul, ou non valable.

Oryx

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz