Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 juillet 2020

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

En 2014, le président Obama avait forcé l’organisation caritative catholique Les Petites Sœurs des Pauvres à renoncer à ses croyances religieuses, et à payer les frais de contraception, de stérilisation et d’avortement chimique de ses employées.

Les stérilisations, les contraceptifs chimiques abortifs et les contraceptions artificielles sont non seulement contraires à l’enseignement des Écritures et de la tradition chrétienne, déclara l’organisation, mais, en tant que catholiques, les Sœurs affirmaient également qu’elles violent la Loi morale naturelle.

Obama, contrairement à Trump, avait des penchants totalitaires (jamais les journalistes n’ont été autant mis sur écoute et poursuivis en justice pour avoir diffusé des informations de lanceurs d’alerte que lorsqu’Obama était président) et il a demandé à la Cour de contraindre ces Petites Sœurs des Pauvres à faire indirectement ce qu’elles refusaient de faire directement.

Obama a demandé à la Cour de contraindre les religieuses catholiques à agir contre leur conscience, à poursuivre une ligne de conduite qu’elles considéreraient comme immorale.

Les religieuses s’étaient retrouvées placées dans une situation qui rappelait d’autres moments de l’histoire de l’Église, où des dirigeants injustes ont cherché à contraindre l’Église à s’agenouiller devant César.

Mais elles ont tenu bon et ont refusé de renoncer à leur foi.

L’administration Obama a alors demandé à la Cour suprême de les forcer à obéir.

Une gifle pour les gauchistes, les laïcards, Obama et les christianophobes

La Cour suprême vient de rendre son verdict, ce 8 juillet, et c’est une gifle cinglante à la face des gauchistes, des progressistes, des laïcards, des christianophobes, et bien entendu du président Obama.

Par 7 voix contre 2, c’est à dire bien au-delà des lignes de division politique (il y a 4 Démocrates dont trois radicalement, 4 conservateurs dont deux radicalement, et un qui fluctue), elle a confirmé la décision de l’administration Trump permettant à certains employeurs de refuser la couverture des contraceptifs pour des raisons religieuses ou morales.

La possibilité pour les employeurs de se soustraire au paiement imposé par Obamacare du contrôle des naissances a été entérinée. Cette décision fait grincer des dents à gauche, qui n’ose pas trop évoquer le fait que les juges de son propre camp ont donné raison à Trump.

« Nous considérons aujourd’hui que les religieux avaient le pouvoir légal de réclamer une exemption. Nous soutenons également que les règles [de Trump] promulguant ces exemptions n’ont aucun vice de procédure », a déclaré le Juge Clarence Thomas, qui est celui qui avait permis à Obamacare d’être validé.

La Cour suprême a statué en faveur des Petites Sœurs des Pauvres 7-2

L’administration Trump a pris le parti des employeurs religieux, déclarant que le fait d’exiger une couverture contraceptive peut imposer une « charge substantielle » au libre exercice de la religion.

Trump a déclaré que les employeurs ne devraient pas être « intimidés par le gouvernement fédéral en raison de leurs croyances religieuses ».

Vicieuse et hypocrite, cachant ses véritables intentions et cachant ses objectifs réels, la rédactrice en chef des médias sociaux de The Mighty’s, Veronica Vivona, a souligné que les femmes souffrant de maladies chroniques et de handicaps comptent sur les pilules de contrôle des naissances pour gérer leur douleur chronique et d’autres symptômes.

« En tant que femme qui vit avec une maladie chronique, je ne peux pas vous dire à quel point je compte sur ma contraception. Je vis avec une douleur chronique et vous savez ce qui aggrave cette douleur chaque mois ? Mes règles. Et vous savez ce qui m’aide à réguler cette douleur ? Ma méthode contraceptive… Les soins de santé ne devraient pas être un privilège. C’est une nécessité. Et cela inclut un contrôle des naissances abordable. »

C’est parce que depuis qu’il est élu, les minorités ne parviennent plus aussi facilement à régner sur la majorité et à lui imposer ses désirs progressistes souvent extrémistes, que la gauche déteste Trump.

Conclusion

Je suppose que vous avez compris ce qui se passera, si Joe Biden est élu…

Biden est un catholique. Il a été toute sa vie contre l’avortement. Quand il s’est déclaré candidat à la présidence, les progressistes lui ont mis la pression, et il a instantanément retourné sa chemise et déclaré être pour l’avortement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz