Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 juillet 2020

La prise de conscience n’a pas tardé : les Américains ont compris qu’un gouffre sépare le slogan de l’organisation marxiste du même nom.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Des Démocrates et « progressistes » blancs ont été filmés un peu partout en train de s’agenouiller devant les Noirs pour demander pardon. Pendant ce temps, les Américains de la majorité silencieuse se sont lentement mais sûrement réveillés. Ce sont des gens qui selon les analystes les plus optimistes, vont voter pour le président Trump en novembre, ou plutôt, pour l’ordre et la loi incarnés par Trump.

Les Américains ont compris, oui ALL Lives Matter, TOUTES les vies comptent, et pas seulement celle des Noirs. Ils ont compris que l’organisation financée et soutenue par George Soros n’a que faire des Noirs et veut détruire l’Amérique.

Résultat : les peintures jaunes géantes Black Lives Matter sont dégradées dans les villes de tout le pays.

  • Une peinture Black Lives Matter en dehors de Chicago a été repeinte pour représenter « All Lives Matter » en début de semaine, et c’est la dernière manifestation de ce qui est devenu une tendance nationale, car les États-Unis s’accommodent mal d’un dialogue public faussé, centré sur un racisme inventé qui oublie qu’un homme noir a été élu et réélu au poste suprême il n’y a pas très longtemps.
  • Une partie d’une peinture murale, qui avait été achevée il y a tout juste deux semaines à Oak Park (un quartier de l’Illinois au nord de Chicago), a été vandalisée dans la nuit de mardi à mercredi.
  • Dans la nuit de lundi à mardi, à Martinez, en Californie, la police locale a ouvert une enquête après que « White Lives Matter » ait été peint sur une chaussée.
  • Trois jours plus tôt, toujours à Martinez, un couple a été filmé en train de repeindre une fresque « Black Lives Matter », approuvée par la ville, située à l’extérieur d’un palais de justice.
  • Lundi, la police du Vermont a informé le bureau du procureur général que deux fresques de Black Lives Matter et une fresque « Black Trans Lives Matter » avaient été dégradées.
  • Le mois dernier à Baltimore, des messages à la craie écrits par des élèves du primaire sur les murs de leur école pour soutenir le mouvement « Black Lives Matter » ont été effacés par des adultes.
  • Début juin, de multiples traces de pneus ont été intentionnellement faites sur une peinture de Black Lives Matter dans le centre-ville de Charlotte.

Début juillet, le président Trump a déclaré que les mots « Black Lives Matter » peints en jaune dans la 5e avenue de New York juste devant la Trump Tower par le maire communiste qui déteste Trump étaient « un symbole de haine ». Il aurait pu ajouter que c’est un signe d’immaturité mentale de la part du maire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz