Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 juillet 2020

Les médias peuvent ignorer le violent antisémitisme de l’organisation Black Lives Matter. Les juifs n’ont pas ce luxe : si l’histoire nous a appris une chose, c’est que lorsqu’on nous menace de mort, nous devons prendre ça au sérieux.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Nous avons, je pense, largement apporté la preuve que le mouvement Black Lives Matter (BLM), n’a que faire de la vie des Noirs. Des dizaines sont tués chaque week-end à Chicago et ailleurs, mais comme les tueurs sont noirs, BLM reste silencieux, d’une indifférence qui moi me dérange autant que leurs graffitis antisémites sur les synagogues de West Los Angeles.

Et même si BLM luttait vraiment contre le racisme, croyez-vous que cela doit nous faire ignorer, excuser et passer sous silence les paroles et les actes antisémites de ses dirigeants et militants ?

Bien-sûr que non ! Le spectre de l’antisémitisme plane sur les manifestations qui ont eu lieu, comme sur les déclarations des meneurs.

Les dirigeants et porte-paroles de l’organisation Black Lives Matter proclament leur soutien fervent aux Palestiniens : c’est normal, les fondatrices du mouvement ont proclamé être marxistes, et vous aurez du mal à trouver dans le monde une gauche hostile au terrorisme palestinien.

Les dirigeants et porte-paroles de l’organisation Black Lives Matter contestent l’existence d’Israël en tant qu’État souverain du peuple juif. Normal encore, citez-moi un mouvement d’extrême-gauche qui reconnaisse sans restriction le droit d’Israël sur ses terres de Palestine et qui ne veut pas en donner un bout aux Arabes.

A New York, Tali Goldsheft, militante d’extrême gauche et de Black Lives Matter, déclarait dans un tweet :

« Nous ne voulons pas seulement retourner chez nous à Gaza et en Cisjordanie. Nous voulons tout… nous ne voulons pas de vos deux États. »

Un avant-goût du #DayofRage d’aujourd’hui à Brooklyn.

D’autres chants d’aujourd’hui incluent le génocide « De la rivière à la mer » et « Intifada, intifada ».

  • Dans la nuit du 30 mai, une foule d’activistes de BLM s’est déchaînée dans le quartier juif de Fairfax Avenue à West Hollywood – mon quartier. En 1992, lors des émeutes pour Rodney King, ils ne sont pas venus détruite ce quartier. Dans la nuit du 30 mai, ils scandaient « Fuck la police et mort aux Juifs ! » comme dans les manifestations parisiennes. Sauf que nous, nous n’avons pas connu ça. Nous n’avons pas de gardes armées avec gilets pare-balles devant les synagogues de l’avenue.
  • Cinq synagogues et trois écoles juives ont été dégradées par leurs graffitis antisémites.
  • Un salon de coiffure, des boutiques, ont été pillés et dégradés.
  • Par miracle, le restaurant juif Canter’s, probablement parce qu’il est ouvert 24h sur 24, peut-être parce qu’il a affiché un signe en soutien à Black Lives Matter sur sa vitrine, ou parce qu’il a distribué des bouteilles d’eau aux émeutiers et à la police, a été épargné, à part un graffiti ou deux.
  • Un rabbin local a décrit l’émeute comme « une nouvelle Kristallnacht » : même si les dégâts se sont limités à des graffitis, nous n’avons pas l’habitude que des synagogues et des magasins juifs soient attaqués.
  • A San Diego, BLM s’est associé aux militants pro-Palestiniens, lors de la manifestions du « Jour de Rage » du 1er juillet dernier.

    Sans surprise, le « Jour de Rage » comprenait bien plus que la rhétorique habituelle contre l’annexion, et a rapidement viré vers le territoire de destruction d’Israël, puis les slogans antisémites.

    Les protestations de San Diego ne visaient pas seulement les bâtiments officiels israéliens, mais aussi un bâtiment de la Fédération juive, et de nombreux campus Hillel : l’effort pour rappeler que la distinction entre antisionisme et antisémitisme est une fiction n’est pas passé inaperçu.

Israël = génocide

L’organisation rabbinique des droits de l’homme T’ruah, très à gauche, qui a fait des prières pour Black Lives Matter, et a organisé des voyages éducatifs « anti-occupation israélienne » pendant des années, a publié (3) cette réponse suite aux accusations de génocide par les leaders de BLM :

Bien que nous soyons d’accord avec de nombreuses recommandations politiques [de Black Lives Matter], nous sommes extrêmement consternés par la décision de qualifier l’occupation israélienne de génocide.

Melina Abdullah, l’antisémite de Black Lives Matter Los Angeles

Melina Abdullah, Black Lives Matter Los Angeles

L’organisatrice du BLM de Los Angeles, Melina Abdullah, ne s’est pas du tout repentie de la violence collective qu’elle a contribué à fomenter contre le quartier juif, bien au contraire.

Elle est habitée par la haine des juifs, et a un passé sulfureux de participation aux événements de celui qu’on surnomme le « nazi-noir », Louis Farrakhan, le ministre du Culte et leader de Nation of Islam qui a, entre autres, déclaré : « Ceux qui se disent juifs ne sont pas vraiment juifs, ils sont en fait Satan ». Les louanges d’Abdullah au groupe de haine antisémite et à son chef sont sans appel.

Sur Twitter, elle a soutenu bec et ongle que le déchaînement antisémite sur Fairfax était justifié.

BLM Washington : « Israël, tueurs d’enfants »

Lors d’une manifestation à Washington, DC, une foule de BLM a scandé « Israël, nous vous connaissons, vous tuez aussi des enfants », en conformité avec l’accusation de crime de sang qui a déclenché d’innombrables massacres anti-juifs médiévaux.

« George Floyd est mort à cause des juifs »

Les militants de Black Lives Matter ont également été très occupés à promouvoir une théorie complotiste antisémite, en colportant l’idée que le policier de Minneapolis qui a tué George Floyd sous son genou a été formé aux méthodes de combat Krav Maga israéliennes. 1 + 1 = toujours 3 pour les complotistes, donc Floyd, c’est la faute aux juifs.

La main du nazi-noir Farrakhan partout chez BLM

  • À Memphis, Tennessee, l’organisatrice locale de BLM, Tami Sawyer, a fièrement déclaré qu’elle était l’une des oratrices vedettes des conférences de the Nation of Islam. de Farrakhan.

    Récemment, lors de ses sermons télévisés, Farrakhan n’a pas hésité à déclarer que « les Juifs sataniques ont infecté le monde entier avec le poison et la tromperie ».

    Pourtant, rien de cette bile antisémite n’a dissuadé Sawyer et d’autres dirigeants de BLM de faire cause commune avec le mouvement Nation of Islam.
  • Lors de la Marche des femmes, Thandiwe Abdullah, la fille Melina, qui est la co-fondatrice du groupe « avant-garde de BLM », avait déclaré qu’en tant que « fille musulmane noire, il est très important pour moi que Black Lives Matter apprécie également la vie des femmes musulmanes en Palestine ». Dans la foulée, elle a accusé Israël de « génocide ».

De peur d’être accusés de racisme, nous sommes supposés ignorer l’antisémitisme de Black Lives Matter ? Et ma sœur, elle bat l’beurre ?

De moins en moins de juifs acceptent d’être manipulés par la gauche, et de ne voir que l’antisémitisme des néo-nazis blancs. Peu importe que le poison antisémite provienne de l’extrême gauche ou de l’extrême droite : le poison est le poison.

Que les cris de « Mort aux Juifs » viennent de Black Lives Matter, des pro-palestiniens, des islamistes, du KKK ou de Nation aryenne, c’est quoi la différence ? C’est la même merde ! Le fanatisme est identique. Le danger est le même.

Certes, les médias décrivent Melina Abdullah comme une militante contre la violence policière. Certes, ils ignorent totalement sa proximité avec l’église Nation of Islam dont le leader religieux décrit les Juifs comme étant sataniques et sous-humains. Pas nous.

Le niveau de duplicité et de désinformation des médias qui couvrent l’antisémitisme de BLM constitue en soi un crime de haine. Et le crime ne s’arrête pas là.

Ne pas confondre Black Lives Matter et Black Lives Matter

Beaucoup considèrent le slogan Black Lives Matter comme un plaidoyer pour le droit à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur pour tous les Américains, en particulier les Afro-Américains. Et j’approuve cela. Mais combien savent que l’organisation qui a emprunté le thème du slogan n’a rien à voir avec lui ?

Il suffit de poser la question aux fondateurs et dirigeants de BLM, Alicia Garza, Patrisse Cullors et Opal Tometi.

Dans une interview de 2015 pour Real News Network (1) Cullors déclarait :

« Moi-même et Alicia en particulier sommes des organisateurs formés. Nous sommes des marxistes formés ».

Un programme marxiste et extrémiste (2)

Voilà ce que réclame BLM. C’est caché comme le nez au milieu du visage – à condition d’aller plus loin que le slogan et de lire leur site internet.

  • Nous rejetons l’exigence de structure familiale nucléaire prescrite par l’Occident. Nous soutenons, à la place, des familles élargies et des « villages”, qui s’occupent collectivement les uns des autres.
  • Nous réclamons l’abolition de toutes les polices et de toutes les prisons.
  • Nous demandons une restructuration progressive du code fiscal local, étatique et fédéral, afin d’assurer une redistribution radicale et durable des richesses.
  • Nous exigeons la décriminalisation rétroactive, la libération immédiate et l’annulation de toutes les infractions liées au trafic de drogue et à la prostitution, ainsi que des réparations pour les effets dévastateurs de la « guerre contre la drogue » et de la criminalisation de la prostitution.

Conclusion

Les objectifs de l’organisation Black Lives Matter vont bien au-delà de ce que la plupart des gens pensent. C’est leur talent marketing, puisqu’ils se cachent au grand jour, à la vue de tous. Il suffit simplement de se donner la peine d’aller au-delà du beau slogan humaniste et des comptes-rendus médiatiques.

Le programme de BLM est directement tiré des théories marxistes : il est bien entendu hostile aux juifs, qui incarnent aux yeux des antisémites la réussite capitaliste. Il est hostile à Israël qui est supposé coupable de génocide. Il vise à remplacer l’élément de base et stabilisateur de la société – la famille – par l’État. Il veut détruire le capitalisme, confisquer les richesses, et les redistribuer. Il veut remettre les délinquants dans la rue.

Et Black Lives Matter dans tout ça ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://therealnews.com/stories/pcullors0722blacklives
  2. https://nypost.com/2020/06/25/blm-leader-if-change-doesnt-happen-we-will-burn-down-this-system/
  3. https://www.tabletmag.com/sections/news/articles/from-left-to-right-jewish-groups-condemn-repellent-black-lives-matter-claim-of-israeli-genocide

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz