Publié par Christian Larnet le 15 juillet 2020

« Tous les participants à l’essai du vaccin contre le coronavirus ont développé des anticorps » : Le vaccin contre le coronavirus de Moderna a déclenché 100% de réponse immunitaire, et est jugé sûr dans le cadre d’un premier essai humain sur 45 volontaires sains.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le vaccin expérimental de Moderna pour le coronavirus de Wuhan a montré qu’il est sûr, bien toléré, et efficace. Il a déclenché une réponse immunitaire chez les 45 volontaires sains d’une étude en cours à un stade précoce, ont rapporté mardi des chercheurs américains.

  • Aucun des volontaires de l’étude n’a ressenti d’effet secondaire grave,
  • Plus de la moitié ont fait état de réactions légères ou modérées telles que fatigue, maux de tête, frissons, douleurs musculaires ou douleurs au point d’injection.
  • Ces réactions se produisent après la deuxième dose et chez les personnes ayant reçu la dose la plus élevée, a indiqué l’équipe dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

Moderna est la première entreprise américaine à tester sur l’homme un vaccin contre le nouveau coronavirus depuis le 16 mars, quelque 66 jours après la publication de la séquence génétique du virus.

Le gouvernement fédéral américain soutient le vaccin de Moderna, basé à Cambridge, Massachusetts, à hauteur d’un demi-milliard de dollars, et l’a choisi comme l’un des premiers à entreprendre des essais à grande échelle sur l’homme.

  • Le vaccin de Moderna, l’ARNm-1273, utilise l’acide ribonucléique (ARN) – un messager chimique qui contient des instructions pour la fabrication de protéines.
  • Lorsqu’il est injecté à l’homme, le vaccin ordonne aux cellules de fabriquer des protéines qui imitent la surface extérieure du coronavirus, que l’organisme reconnaît comme un envahisseur étranger, et contre lequel il déclenche une réponse immunitaire.
  • Les résultats publiés mardi concernent trois doses du vaccin, testées sur des groupes de 15 volontaires âgés de 18 à 55 ans qui ont reçu deux injections, à 28 jours d’intervalle. Les groupes ont testé 25, 100 ou 250 microgrammes du vaccin.
  • L’équipe a rapporté que les personnes qui ont reçu deux doses du vaccin avaient des niveaux élevés d’anticorps neutralisants anti-virus qui dépassaient les niveaux moyens observés chez les personnes qui s’étaient remises du COVID-19.
  • Des effets indésirables après la deuxième dose se sont produits chez sept des 13 volontaires qui ont reçu la dose de 25 microgrammes, chez les 15 participants qui ont reçu la dose de 100 microgrammes et chez les 14 qui ont reçu la dose de 250 microgrammes.
  • Dans le groupe ayant reçu la dose la plus élevée, trois patients ont eu des réactions graves telles que fièvre, frissons, maux de tête ou nausées.
  • L’un d’entre eux a eu une fièvre de 103,28 Fahrenheit (39,6 C).

Nous n’avons pas vu d’événements caractérisés comme des effets indésirables graves », a déclaré M. Jackson, en faisant référence à des réactions qui nécessiteraient une hospitalisation ou qui entraîneraient la mort.

  • En juin, Moderna a déclaré avoir choisi la dose de 100 microgrammes pour son étude en phase avancée afin de minimiser les réactions indésirables.
  • À cette dose, Moderna a déclaré que la société est en voie de livrer environ 500 millions de doses par an, et peut-être jusqu’à 1 milliard de doses par an, à partir de 2021, depuis le site de fabrication de la société aux États-Unis, et avec une collaboration stratégique avec le fabricant de médicaments suisse Lonza.

C’est un bon premier pas », a déclaré le Dr William Schaffner, expert en vaccins au centre médical de l’université Vanderbilt, qui n’a pas participé à l’étude.

Il n’y a rien ici qui empêche de passer aux essais de la phase 2 et de la phase 3″, a-t-il ajouté.

Un peu de fatigue, des maux de tête, des myalgies (douleurs musculaires) et des douleurs au point d’injection sont un petit prix à payer pour la protection contre COVID-19″.

  • En avril, Moderna a élargi l’essai de la phase 1 pour inclure les adultes de plus de 55 ans, qui sont plus à risque de contracter une maladie grave, dans le but d’enrôler 120 volontaires.
  • Moderna a déclaré qu’il suivra les volontaires de l’étude pendant un an après la deuxième injection, pour rechercher les effets secondaires et vérifier la durée de l’immunité.

Conclusion

Seul point négatif à la vaccination, qui ne concerne pas Moderna en particulier mais les vaccins en général : les anticorps au coronavirus sont censés fournir un certain niveau d’immunisation, mais comme ce virus est nouveau, personne ne sait encore quelle quantité d’immunisation, et quelle durée d’immunisation les anticorps apporteront.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz