Publié par Rosaly le 16 juillet 2020

Une tempête d’indignation a éclaté sur les réseaux sociaux suite à une phrase terrible prononcée par Piera Aiello, la députée grillina Cinque Stelle. Elle a osé comparer la situation de « Repenti » (Testimone di Giustizia) à celle des Juifs déportés dans les camps de concentration nazis et à qualifier leur mort de « chance ».

Son douloureux parcours personnel ne justifie en rien son ignoble comparaison.

Mariée à Nicolo Atria, le fils d’un mafieux local de la région de Trapani, ce dernier est assassiné en 1991 en sa présence et celle de sa petite fille alors âgée de 3 ans. Avec sa belle-soeur Rita Atria, elle décida de rompre l’omerta et de dénoncer les deux assassins de son mari. Elle collabora avec la justice. En 2008, elle fut nommée présidente de l’Association anti-Mafia. Elle écrivit également un livre « Maledetta Mafia » (Edizioni San Paolo).

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Affiliée au mouvement 5 étoiles, elle est élue à la Chambre des députés pour la circonscription Sicilia 1-08 (Marsala). Elle devient ainsi la première parlementaire italienne élue sous le statut de « repenti » et est désormais membre de la Commission parlementaire anti-mafia.

Connue comme la candidate fantôme, elle fit sa campagne électorale le visage recouvert d’un voile, à cause des menaces de la mafia. Elle retira son voile après sa victoire en 2018.

Selon la BBC, elle fait partie de la liste des 100 femmes les plus influentes au monde pour sa lutte contre le crime organisé.

Meurtrie, rendue amère par l’indifférence de l’Etat italien à l’égard des « repentis », elle compara leur sort à celui des Juifs dans le camp de concentration d’Auschwitz.

Les témoins et les collaborateurs de justice vivent comme s’ils se trouvaient dans un camp de concentration. Pour cette raison, je me sens très proche de la Journée de la Mémoire. Nous aussi, nous portons un «code d’identification.» (Elle faisait référence au tatouage sur l’avant-bras gauche des déportés juifs, l’abjecte signature du camp nazi d’ Auschwitz). Eux, au moins avaient la chance de mourir. Nous par contre nous mourons chaque jour.

Ce coup de sang verbal a profondément choqué de nombreux internautes et déclenché une tempête d’horreurs sur les réseaux sociaux. Qualifier de « chance » la mort atroce des Juifs à Auschwitz est non seulement injustifiable, mais également sordide, répugnant et nauséabond.

Ces déclarations de la députée Aiello, à faire frémir d’indignation, ont évidemment fait l’objet d’une condamnation immédiate. Les premiers à porter plainte furent les membres de l’association « Défense des Collaborateurs et Témoins de Justice ».

Nous voulons rappeler à Madame la députée Aiello que les Juifs ont été torturés, brûlés dans les fours crématoires, affamés, soumis aux travaux forcés, asphyxiés dans les chambres à gaz, les enfants massacrés, après avoir été les cobayes de médecins sadiques qui pratiquaient des expériences atroces sur eux, enfants dont les cendres s’envolaient vers le ciel.

Comment peut-on faire de telles comparaisons ? Avec quelle conscience peut-on affirmer de telles horreurs ?

L’Association s’est également déchaînée contre les déclarations et l’histoire personnelle de la députée:

C’est seulement après les assassinats de son beau-père et de son mari (des mafieux jamais repentis) qu’elle a décidé de dénoncer leurs assassins. L’Etat a pris soin d’elle et de sa petite fille en leur offrant la possibilité d’une nouvelle vie. Les déportés d’Auschwitz eux n’ont pas eu cette chance.

Suite au tollé provoqué par ce dérapage verbal, elle a tenté d’apaiser la colère des internautes et l’indignation des associations en présentant ses excuses via les réseaux sociaux.

Je voulais simplement décrire les conditions de vie des témoins de justice dans une Etat pratiquement absent. Nous nous sentons appelés à mourir chaque jour. Nous risquons d’être assassinés d’un moment à l’autre par ces gens qui nous considèrent comme des ennemis, tandis que l’Etat reste inerte et se contente d’observer ce qui nous arrive sans prendre aucune mesure. Je n’ai jamais été antisémite ou raciste. J’ai toujours lutté pour une catégorie de citoyens, celle des témoins et des collaborateurs, car elle est faible et ignorée.

Vu l’indignation provoquée par ses phrases choc, pas sûr que les excuses de la députée suffiront à apaiser l’écoeurement suscité par cette comparaison odieuse. Son désespoir ne justifie en rien sa comparaison honteuse et abjecte. Quand laissera-t-on enfin les morts des camps de concentration nazis reposer en paix ? Se servir d’Eux pour défendre une cause politique ou personnelle est d’une telle bassesse morale qu’elle ne peut inspirer que tristesse, mépris et dégoût.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : «Frase choc della deputata 5S: «Ebrei fortunati a essere uccisi.» (Il Giornale.it)

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz