Publié par Magali Marc le 21 juillet 2020

Certains commentateurs de Dreuz pensent que le 3 novembre prochain, les Américains touchés par le confinement dû à la pandémie vont faire payer leur frustration au Président Trump parce que les médias de masse prétendent que M. Trump a mal géré la situation et n’a pas écouté le bon Doc Fauci. C’est prendre les Américains pour plus sots qu’ils ne sont. Les Américains ne font pas confiance aux médias. Et avec la situation que décrit l’article ci-dessous, ils ne vont pas faire confiance aux Démocrates avant longtemps !

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Douglas Herz, paru sur le site d’American Thinker, le 19 juillet.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

******************

Les Démocrates à l’aube d’un désastre différé dû à la pandémie

Un énorme problème va bientôt se poser.

Les gouverneurs et les maires autoritaires des États démocrates pensaient qu’ils pouvaient mener des opérations de confinement continu sans en subir les conséquences.

Mais tout ce que ces imbéciles ont réussi à faire, c’est déplacer le problème.

Le désastre qui va suivre viendra du manque à gagner causé par la baisse des revenus induite par les taxes non-payées dans les villes et les États [gouvernés par des Démocrates] en raison des fermetures forcées des entreprises, ordonnées par eux.

Les fonctionnaires des États démocrates et des collectivités locales commencent à entendre parler de ce manque de revenus par leurs équipes financières et ils sont très inquiets. En conséquence, dans tout le pays, des conférences téléphoniques paniquées ont été organisées et se poursuivent probablement encore ce weekend.

Plus précisément, le problème consiste à équilibrer les budgets des États et des collectivités locales. Les taxes de vente des entreprises fermées sont en baisse et les dépenses liées aux précautions prises contre le virus de Wuhan sont en hausse.

Il n’y a aucun moyen d’équilibrer ces chiffres.

En conséquence, les gouvernements des États démocrates épuisent leurs fonds de sécurité, leurs caisses noires et les réserves pour les mauvais jours qu’ils avaient réussi à mettre de côté en des temps meilleurs.

D’ici quelques semaines, voire quelques mois, la situation deviendra désastreuse. Que se passera-t-il ?

Les premières victimes seront vraisemblablement les écoles.

Les fermetures d’écoles pourront être imputées à la pandémie du virus de Wuhan, mais la vraie raison est plutôt le besoin d’économiser de l’argent. Les victimes suivantes seront les consultants, les entrepreneurs et les intérimaires.

Puis viendront les licenciements et les congés du personnel non essentiel comme les secrétaires, les employés de bureau et les ouvriers du bâtiment et de l’entretien.

Les services sociaux, le logement, les transports publics, les politiques de sanctuaire, les prisons et les services médicaux pourraient être les prochains touchés.

Les salaires exagérés des cadres et les avantages des retraités pourraient être revus.

Enfin, ce qui restera intact sera le personnel de la police, des services médicaux et des pompiers, ainsi que les services essentiels tels que les égouts et l’eau, mais vous allez devoir porter vous-mêmes vos déchets à la décharge.

La plupart de ces mesures ne seront pas appréciées du grand public, d’où le désastre imminent pour les États démocrates et les autorités locales.

Tout cela est dû à 99,9 % à la politique et à 0,1 % à la science.

Dans leur empressement à se montrer vertueux face aux médias de masse, et à faire passer le président Trump pour le grand méchant loup causant le confinement et les fermetures des entreprises, nos fonctionnaires des villes et des États démocrates n’ont fait qu’échanger leur popularité à court terme pour un désastre à long terme.

Ils pourront toujours laisser le Président tirer les marrons du feu pendant un certain temps, mais la plupart d’entre eux ne seront pas réélus lors des prochaines élections.

Ironie du sort : alors que les Démocrates et les gauchistes radicaux de notre société crient au « définancement de la police » et tentent de donner plus de pouvoir aux bureaucrates en mettant plus de gens au chômage et en détruisant notre économie, la plupart des Américains se tournent vers le conservatisme et se concentrent davantage sur les intervenants de première ligne et sur moins d’emprise du gouvernement.

Une nouvelle tendance en matière de médias sociaux pourrait voir le jour : « #Définancez le Gouvernement »!

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz