Publié par Jean-Patrick Grumberg le 22 juillet 2020

Face aux refus de la Chine de respecter ses engagements, le président Trump a haussé le ton, tandis que la Chine menace de représailles après que les Etats-Unis aient ordonné la fermeture du consulat de Houston.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mercredi, la Chine a condamné ce qu’elle a appelé une « escalade sans précédent » de la part des États-Unis et a menacé de prendre des mesures de rétorsion après avoir reçu l’ordre de fermer son consulat à Houston.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré lors d’un point de presse que le gouvernement avait reçu l’ordre de fermer le consulat sans avertissement mardi.

Il a déclaré que le consulat avait fonctionné normalement mardi et a qualifié la prétendue mesure d' »escalade sans précédent », selon le South China Morning Post.

« La Chine exige que les Etats-Unis révoquent la mauvaise décision. Si les États-Unis allaient de l’avant, la Chine prendrait les contre-mesures nécessaires », a déclaré Wang.

Le porte-parole du Département d’Etat, Morgan Ortagus, a confirmé la directive et a expliqué qu’elle a été émise « pour protéger la propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains ».

« Les États-Unis ne toléreront pas les violations de notre souveraineté par le régime communiste chinois et l’intimidation de notre peuple, tout comme nous n’avons pas toléré les pratiques commerciales déloyales de Pékin, le vol d’emplois américains et d’autres comportements flagrants », a-t-il ajouté.

« Le président Trump insiste sur l’équité et la réciprocité dans les relations américano-chinoises ».

Des documents ont été brûlés dans la cour du consulat mardi soir, a rapporté KPRC-TV à Houston, ce qui a provoqué le déplacement des pompiers de la ville.

« Vous pouviez sentir le papier brûler », a déclaré un témoin.

« Mais les pompiers étaient autour du bâtiment et ils ne pouvaient pas entrer ».

« Les États-Unis ont demandé à la Chine de fermer le consulat général à Houston dans 72 heures. C’est un geste fou », a écrit Hu Xijin, rédacteur en chef du Global Times sur Twitter.

La chaîne de télévision locale, KPRC, a rapporté que le consulat avait reçu l’ordre de fermer d’ici vendredi, ainsi que le bâtiment où vivent de nombreux employés du consulat, citant des sources policières.

Pékin a qualifié la prétendue expulsion de violation du droit international, selon Reuters.

Dans les vidéos mises en ligne par les médias locaux de Houston, on pouvait voir des incendies dans plusieurs conteneurs, avec de la fumée qui s’élevait dans le ciel. Les chaînes de télévision KPRC et KHOU ont déclaré que les pompiers n’étaient pas autorisés à entrer dans le complexe, et KHOU a déclaré que les incendies ont été éteints par la suite.

Ce que Reuters ne dit pas – omission n’est pas un mensonge mais il ne permet pas de bien comprendre la situation, c’est que près de la moitié des 5 000 enquêtes de contre-espionnage du FBI concernent des affaires d’espionnage et de vols d’informations par des ressortissants chinois en Amérique, notamment dans les laboratoires d’universités, mais que « La plupart des Américains se sont probablement déjà fait voler leurs informations » (1).

Il y a moins de deux semaines, le directeur du FBI, Christopher Wray, avait averti les Chinois de manière explicite, lors d’une conférence organisée par le Hudson Institute.

Wray avait expliqué que le vol d’informations américaines par le gouvernement chinois se déroule à une telle échelle que les incidents suspects représentent près de la moitié des affaires de contre-espionnage de son bureau.

« Sur les quelque 5 000 dossiers de contre-espionnage du FBI actuellement en cours dans le pays, près de la moitié sont liés à la Chine », a déclaré M. Wray.

« Et en ce moment même, la Chine s’efforce de compromettre les organisations de soins de santé, les compagnies pharmaceutiques et les institutions universitaires américaines qui mènent des recherches essentielles sur COVID-19 ».

En fait, M. Wray a déclaré que la plupart des Américains ont déjà été touchés.

« Si vous êtes un adulte américain, il est plus que probable que la Chine a volé vos données personnelles », a-t-il dit.

C’est le dernier signe de la détérioration des liens entre les deux grandes économies du monde, du fait que la Chine traîne les pieds sur les accords destinés à cesser de voler la propriété intellectuelle, et de surtaxer les mêmes biens de consommation qu’elle exporte sans aucun droit de douane.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.foxnews.com/politics/fbi-director-wray-says-half-of-bureaus-5000-counterintelligence-cases-are-related-to-china

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz