Publié par Magali Marc le 25 juillet 2020

Le Président Donald Trump comprend qu’on doit respecter et écouter la grande majorité des Américains. C’est ce que les Démocrates ne parviennent pas à saisir. En 2016, Hillary Clinton a qualifié les électeurs de Trump de «panier de déplorables». Les Démocrates traitent maintenant les Américains de racistes, les joueurs «bien pensants» de la National Football League et de la Major League Baseball s’agenouillent pendant l’hymne national, et Nancy Pelosi a traité les policiers fédéraux de «stormstroopers». Ils semblent croire que les Américains vont élire ceux qui les insultent et bafouent les valeurs américaines!

Pour les lecteurs de Dreuz, j,ai traduit l’article de J.B. Shurk, paru sur le site d’American Thinker, le 24 juillet.

********************

Biden et les Démocrates ne peuvent pas gagner en insultant les Américains

Jeb Bush a un jour réprimandé le candidat Trump en se moquant de lui, disant que le New-Yorkais qui a son franc-parler, ne pouvait pas aboutir à la Maison Blanche en insultant les gens.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Évidemment, Jeb avait tort !

Il s’avère que vous pouvez aboutir à la présidence, en autant que vous insultez les personnes que les Américains rêvent de prendre à partie.

  • 1. Donald Trump a insulté les adorateurs de Mammon de Washington qui ont trahi les travailleurs américains au profit de la Chine communiste, et 68% des Américains étaient d’accord avec lui.
  • 2. Il a insulté une classe politique qui n’a fait qu’aider et encourager l’immigration illégale à la frontière sud, et 57% des Américains l’ont approuvé.
  • 3. Il a insulté les curés autoproclamés du «politiquement correct», et 65 % des Américains l’ont approuvé.
  • 4. Il a insulté un gouvernement américain monstrueux qui a consacré plus de temps et d’argent à mener des guerres à l’étranger qu’à la construction de ponts, à la réparation des routes et à la construction d’aéroports ultramodernes dans son pays, et 58 % des Américains étaient d’accord avec lui.

Il a fait cela en utilisant tantôt un discours bien mené, tantôt en poussant un cri de ralliement rauque, tantôt à l’aide de sarcasmes provocateurs dignes d’une cour d’école, qui sont restés fixés fermement autour du cou de ses adversaires comme un collier de gousses d’ail fraîchement coupées.
Ce qu’il n’a jamais fait, c’est insulter sans discernement, et sa colère ne s’est jamais retournée contre le peuple américain.

Ce que le président Trump a toujours compris, et ce que les Démocrates ont trouvé difficile à saisir, c’est que « l’art de l’insulte » ne fonctionne que lorsque vous visez le petit nombre de personnes qui ont le pouvoir, et non la grande majorité des Américains qui n’en ont aucun.

Hillary Clinton a qualifié la moitié de l’Amérique de «déplorable» et «irrémédiable», et les gens de Pennsylvanie, du Wisconsin et du Michigan savaient qu’elle parlait d’eux.

Jemele Hill, (une journaliste sportive noire) est certaine que chaque électeur de Trump est intrinsèquement raciste, et les Américains fatigués d’être traités de tous les noms par les chaînes télévisées ont choisi de se débarrasser une fois pour toutes d’ESPN, de CNN et de MSNBC.

La National Football League, l’équipe olympique américaine (Team USA) et d’autres sportifs renégats ont décidé de tourner le dos à un hymne national que nous chantons pour honorer le sacrifice de tous ceux qui nous ont précédés et la promesse d’une unité nationale pour ceux qui nous suivent.

Ils pourraient être surpris de constater que les Américains n’ont pas envie de rendre hommage aux athlètes qui ne veulent pas rendre hommage aux héros américains.

Joe Biden, entré dans la course à la présidence sous prétexte de ramener la nation à la «normalité» des années Obama, a décidé d’adopter la haine qu’entretiennent les Démocrates pour tout ce qui est américain en promettant une « transformation fondamentale » du pays telle que nous n’en avons jamais vue.

Si la Cour suprême ne parvient pas à s’aligner avec la réécriture de la Constitution par la gauche, Joe Biden se contentera d’y nommer dix nouveaux socialistes démocrates.

Si les Républicains au Congrès ne veulent pas se soumettre, il supprimera le «filibuster» (obstruction à l’adoption d’une loi) et déclenchera une réglementation industrielle étouffante pour l’économie au nom de la pseudo-science climatique, des érosions de liberté neutralisant la Déclaration des droits au nom de la justice sociale, et la fin de la citoyenneté américaine au nom des réparations coloniales et raciales exigeant l’ouverture de nos frontières et l’adoption des projets du Secrétaire général des Nations unies (un Socialiste portugais) M. Guterres pour créer un gouvernement mondial unique afin de remplacer la souveraineté américaine.

Si les gens ne veulent pas se soumettre, eh bien, il continuera à faire venir de nouvelles personnes jusqu’à ce que tous se conforment à la nouvelle normalité.

Il ne peut y avoir de plus grande insulte pour les Américains que d’ignorer leurs souhaits en matière d’immigration, de brûler leur drapeau, de déchirer leur Constitution et de cracher sur les tombes de leurs proches tout en s’engageant à les priver de ce pourquoi leurs parents se sont battus.
C’est pourtant bien ce que promet de faire le « groupe de travail sur l’unité » Biden-Sanders.

Il y a une guerre pour la liberté d’expression dans ce pays, et Joe fait pression auprès de Facebook pour censurer le discours du Président Trump et demande que les experts du Parti Démocrate soient autorisés à surveiller et à recadrer les débats présidentiels s’ils ne vont pas dans son sens.

Il y a une guerre contre la police locale dans ce pays, une guerre qui a entraîné le meurtre de trop d’hommes et de femmes policiers/policières depuis que l’Administration Obama a déclaré pour la première fois que la chasse aux policiers était ouverte.

Joe prend parti pour les terroristes antifa et les foules d’incendiaires et de meurtriers qui détruisent les quartiers noirs et les rêves des Noirs.

Il y a une guerre contre les solutions de bon sens pour venir à bout du virus de Wuhan qui a ôté les moyens de subsistance des travailleurs américains et l’enfance de leurs enfants, et Joe insiste pour que les écoles et les entreprises restent fermées au moins jusqu’au lendemain de l’élection présidentielle.

Jamais si peu de gens n’ont fait autant de mal à tant de monde, et c’est exactement ce que Joe Biden et le Parti Démocrate ont à l’esprit.

Pour gagner en 2020, les Démocrates ont décidé d’insulter et de décourager le peuple américain jusqu’à ce qu’il ait tellement perdu qu’il en oublie qu’il a encore plus à perdre.

Il y a un genou qui pèse sur la gorge de chaque Américain et une épingle «Votez pour Biden» sur la poitrine de chaque brute qui pratique l’étouffement.

Les socialistes qui dirigent le Parti Démocrate ne manquent jamais une occasion d’oublier les leçons de l’histoire.

Il est étonnant qu’après quatre ans d’observation d’une présidence insurrectionnelle menée par un outsider parmi tous les outsiders, Donald Trump, ils en arrivent à conclure que c’est en insultant l’Amérique et son histoire, qu’ils vont accéder au pouvoir.

Les Américains peuvent accepter les attaques politiques effrontées d’un combattant à poings-nus comme le président Trump parce qu’il tourne ses poings vers nos ennemis communs.

Personne n’aime se faire traiter de « soldat menteur à face de chien » alors qu’ils se font taper dessus parce qu’ils ne portent pas de masque et qu’ils se font voler leur portefeuille afin de financer les Démocrates qui ont ruiné leur ville.

Bien sûr, s’il est aux prises avec la démence sénile, a passé cinquante ans dans le marécage de l’Establishment et a raconté tellement de mensonges qu’il ne distingue plus le vrai du faux, comment peut-on s’attendre à ce que Biden le Menteur se souvienne de ce qui s’est passé ces quatre dernières années ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source :

https://www.americanthinker.com/articles/2020/07/biden_and_the_democrats_cant_win_by_insulting_americans.html

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz