Publié par Gaia - Dreuz le 31 juillet 2020

Source : Resistancerepublicaine

Le Dr Abd Al-Aziz Al-Khazraj Al-Ansari déclare dans la vidéo qu’il a mise en ligne sur sa chaîne populaire YouTube le 25 juillet 2020 que les « chiens enragés qui s’opposent à l’islam » sont en nette augmentation.

Le discours de haine du sociologue qatari Dr Abd Al-Aziz Al-Khazraj Al-Ansari n’est pas théorique : il  lance une attaque contre des personnes qui existent réellement, à savoir deux journalistes du Quatar.

Et s’en prend dans la foulée à tous les réformistes.

Les journalistes en question ont osé critiquer le projet de tournage d’une série télévisée sur Khalid Ibn Al-Walid [un général et compagnon de Mahomet]. Ils ont suggéré qu’une telle série favoriserait l’idéologie extrémiste [il est aussi nommé Sayf Allāh al-Maslūl, Sabre dégainé de Dieu].

Al-Ansari cite des tweets des deux  journalistes Ibrahim Eissa et Abdallah Wafia et déclare que si le prophète Mahomet était là, il enverrait ces personnes à la potence.

Ces journalistes, comme tous les intellectuels réformistes dans le monde arabe, devraient être pendus, crucifiés et avoir la langue coupée », Chaîne MEMRI :

« Ensuite, les langues de ces personnes seraient coupées » prévient-il.

 Le Dr. Al-Ansari critique les personnes qui prêchent un islam « gentillet », faible,  un islam « facile », et déclare que si cela ne tenait qu’à lui, il mettrait publiquement sa chaussure dans la bouche de ces personnes.

Al-Ansari déclare qu’un « islam fort » signifie l’application de la loi de la charia, ce qui impliquerait la crucifixion et de trancher les langues de personnes comme Eissa et Wafia.

Résumé de la vidéo ci-dessus : 

Dr. Abd Al-Aziz Al-Khazraj Al-Ansari :

« Chers téléspectateurs, les chiens enragés qui s’opposent à l’islam sont de plus en plus nombreux ces jours-ci.

Que personne ne me dise que nous devons les approcher avec « sagesse et une belle prédication ».

Chers frères, si le prophète Mahomet ou les califes bien guidés étaient ici, ils ne leur parleraient pas comme je leur parle. Ils les pendraient à la potence. Ces gens sont des hérétiques.

Ce ne sont pas seulement des infidèles, ils combattent Allah et Son messager. Connaissez votre religion.

Je le répète, ne vous laissez pas berner par des gens qui prêchent un islam « mignon », un islam « tranquille », un islam « facile »… Ils veulent que nous nous adressions à eux poliment. Poliment ? Par Allah, chers frères, s’il n’en tenait qu’à moi, j’amènerais [l’un d’entre eux] ici et publiquement, j’enlèverais ma chaussure et je la lui mettrais dans la bouche. Que pensez-vous de cela ? Voilà un islam fort.

[…]

« Si nous appliquons la charia d’Allah, des gens comme [les journalistes Ibrahim Eissa et Abdallah Wafia] seront crucifiés. Le châtiment de la hirabah leur sera appliqué.

[…]

« C’est ça, un islam fort. Permettez-moi de répéter que l’islam fort n’est pas le moment où je suis ici en train de parler. L’islam fort, c’est quand nous sommes réellement présents et que nous appliquons la loi d’Allah. Alors, les langues de ces gens seront coupées. J’espère que mon message est passé. »

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz