Publié par Christian Larnet le 1 août 2020

L’Allemagne a connu une augmentation de 2,1 % de la population issue de l’immigration en 2019. Le groupe le plus important est originaire de Turquie.

La proportion de personnes issues de l’immigration en Allemagne a atteint 21,2 millions l’année dernière, selon un rapport publié mardi par l’Office fédéral des statistiques.

Elles représentent environ 26 % de la population allemande.

En Allemagne, une personne est considérée comme ayant un « passé migratoire » (Migrationshintergrund) si elle, ou au moins un de ses parents, est né sans la citoyenneté allemande. Le fait d’être né en Allemagne n’est pas une qualification automatique pour la citoyenneté comme dans certains pays, bien que dans la majorité des cas, huit ans de résidence suffisent.

  • Sur les 21,2 millions de personnes issues de l’immigration, un peu plus de la moitié sont nées avec la nationalité allemande, ce qui signifie qu’au moins l’un de leurs parents est devenu ou était citoyen allemand.
  • Environ 65 % de toutes les personnes issues de l’immigration sont originaires d’un autre pays européen.
  • Sur ce total, environ 7,5 millions (35 %) de personnes issues de l’immigration venaient d’un autre État membre de l’UE.
  • Les Asiatiques représentaient 4,6 millions de personnes, soit 22 % de l’ensemble des habitants issus de l’immigration.
  • Quelque 3,2 millions (15 %) venaient du Moyen-Orient.
  • Un peu moins d’un million de personnes (5 %) avaient des racines en Afrique.
  • Un peu plus d’un demi-million de personnes (3 %) étaient originaires d’Amérique du Nord, centrale et du Sud et d’Australie.
  • Le groupe le plus important, représentant environ 13 % des personnes issues de l’immigration, est originaire de Turquie.
  • Viennent ensuite les Polonais et les Russes.

Où vivent-ils ?

La localisation varie considérablement, avec une plus grande proportion de personnes issues de l’immigration concentrée dans l’ouest.

  • La ville-État de Brême, dans le nord-ouest, présente les chiffres les plus élevés, avec 36,5 % de sa population totale issue de l’immigration.
  • En revanche, le Land de Thuringe, à l’est, n’en compte que 7,8 %.

Petra Bendel, présidente du conseil d’experts des fondations allemandes pour l’intégration et la migration (SVR), a déclaré que l’Allemagne continuerait à compter sur la migration dans un avenir prévisible, même à la lumière de la peste chinoise.

Il faut beaucoup plus de migrants

Bendel a déclaré que la migration était la clé pour résoudre le problème de la « diminution démographique de la population ». Malgré une légère augmentation ces dernières années, l’Allemagne a toujours eu l’un des taux de natalité les plus bas du monde depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Cependant, l’étude a montré qu’au fur et à mesure que les migrants s’installaient en Allemagne, beaucoup d’entre eux étaient à la traîne par rapport à la population allemande pour ce qui est des emplois bien rémunérés et des qualifications.

« Les personnes issues de l’immigration sont clairement surreprésentées dans les emplois de nettoyage, d’entreposage, de production alimentaire et de soins aux personnes âgées », a déclaré la présidente du SVR.

« À l’avenir, nous continuerons à avoir besoin de plus de travailleurs qualifiés ».

Dans 20 ans, 1 personne sur 3 aura des racines de migrant en Allemagne.

Dans les grandes villes, jusqu’à 70 % des habitants seront issus de l’immigration dans deux décennies, selon les experts.

Et ce ne sera pas assez. L’Allemagne devra attirer un « éventail de nationalités » pour maintenir la « stabilité de l’économie ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz