Publié par Abbé Alain Arbez le 2 août 2020

A la fin des années 80, de nombreux juifs de Russie arrivent en Israël, heureux de quitter ce qui est encore l’Union soviétique, et de réaliser leur alyah.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

A l’aéroport de Lod, des journalistes sont là pour faire des reportages à la descente d’avion des nouveaux arrivants.

Un reporter célèbre, délégué par une agence de presse occidentale, interpelle un vieil homme et commence son interview :

  • Bonjour Monsieur, vous arrivez de Russie pour vivre en Israël. Comment était pour vous la vie quotidienne à Moscou ?
  • On ne peut pas se plaindre.
  • Etiez-vous satisfait de votre mode de vie en Russie?
  • On ne peut pas se plaindre.
  • Aviez-vous suffisamment de salaire pour faire vivre votre famille ?
  • On ne peut pas se plaindre.
  • Mais alors, Monsieur, dans ce cas, pour quelle raison avez-vous décidé de venir vivre en Israël, si tout était aussi acceptable en Union soviétique ?
  • Parce qu’ici, on peut se plaindre !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

36
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz