Publié par Christian Larnet le 2 août 2020

Un responsable d’AstraZeneca, le deuxième plus grand fabricant de médicaments de Grande-Bretagne, a déclaré à Reuters (1) que sa société venait de se voir accorder une protection contre toute action en justice si son vaccin contre le coronavirus entraînait des effets secondaires dommageables.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Imaginez : vous n’en pouvez plus d’être confiné, limité dans vos activités, vos mouvements et vos déplacements, obligé de porter un masque (sous lequel vous étouffez) chaque fois que vous sortez, et vous décidez de vous faire vacciner afin de reprendre une vie normale.

Imaginez le rêve. Et puis le cauchemar…

  • AstraZeneca et de nombreuses grandes entreprises pharmaceutiques américaines mettent les vaccins COVID-19 sur le marché à toute vitesse sous la pression des Etats, et en échange, les gouvernements leur accordent l’immunité si le vaccin a des effets secondaires, ce qui donne à penser que les élites des entreprises et les autorités de réglementation gouvernementales ont peu confiance dans ces médicaments.
  • Des parties essentielles des essais cliniques du vaccin contre le coronavirus sont sautées afin de proposer le plus vite possible une solution contre la peste chinoise.
  • Pour gagner cette course contre la montre, les grandes entreprises pharmaceutiques ne seront pas tenues responsables des effets secondaires indésirables de l’administration des médicaments expérimentaux.

« Il s’agit d’une situation unique dans laquelle nous, en tant que société, ne pouvons tout simplement pas prendre le risque si, dans quatre ans, le vaccin présente des effets secondaires », a déclaré Ruud Dobber, un cadre supérieur d’AstraZeneca.

« Dans les contrats que nous avons mis en place, nous demandons une protection contre toute responsabilité.

Pour la plupart des pays, ils peuvent prendre ce risque sur leurs épaules parce que c’est dans leur intérêt national », a déclaré M. Dobber, ajoutant qu’Astra et les régulateurs faisaient de la sécurité et de la tolérance du traitement une priorité absolue.

https://uk.reuters.com/article/us-astrazeneca-results-vaccine-liability/astrazeneca-to-be-exempt-from-coronavirus-vaccine-liability-claims-in-most-countries-idUKKCN24V2EN

AstraZeneca est l’une des 25 sociétés pharmaceutiques au monde qui testent en ce moment des médicaments expérimentaux pouvant être utilisés pour combattre le virus mortel. Et, bien sûr, si les tests donnent des résultats positifs, AstraZeneca pourrait fabriquer des centaines de millions de doses, sans aucun recours juridique si des effets secondaires sont constatés.

Des responsables européens ont déclaré à Reuters qu’ils réclament en ce moment des vaccins de Pfizer, Sanofi et Johnson & Johnson, lesquels demandent que leur responsabilité soit supprimée.

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) américaine dispose déjà d’une loi appelée Public Readiness and Emergency Preparedness (PREP) Act, qui offre une immunité aux fabricants de vaccins si quelque chose tourne mal.

Peut-être que ces vaccins mis sur le marché à la hâte sont davantage destinés à la propagande qu’à la santé, afin de ramener les consommateurs dans les avions, les hôtels, les restaurants et les centres commerciaux.

Il est alarmant que les gouvernements permettent aux grandes entreprises pharmaceutiques de précipiter la mise au point de vaccins expérimentaux sans aucun recours juridique si quelque chose tourne mal.

Cela ne veut pas dire pour autant que les tests en grandeur nature n’auront pas lieu. Celui du vaccin de Moderna, dont Dreuz a parlé, vient de se terminer dans de mauvaises conditions. Voir notre article ici.

Vaccin à prix coûtant

Conscient qu’une quantité importante de citoyens ont une très mauvaise image de BigPharma – non sans raison – AstraZeneca s’est engagé à fournir un total de plus de 2 milliards de doses à prix coûtant dans le cadre d’accords avec les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et les pays européens, entre autres nations et organisations.

Pour soutenir sa revendication de renoncer aux bénéfices – cela représente 1,2 milliard de dollars aux États-Unis, Astra a accordé au gouvernement américain l’accès aux comptes financiers de l’entreprise, selon M. Dobber.

« Il y a des étapes très claires avant qu’ils nous payent.

Parce que nous avons promis de fabriquer le vaccin à prix coûtant, les auditeurs de l’administration américaine auront libre accès à nos livres comptables », a-t-il déclaré.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://uk.reuters.com/article/us-astrazeneca-results-vaccine-liability/astrazeneca-to-be-exempt-from-coronavirus-vaccine-liability-claims-in-most-countries-idUKKCN24V2EN

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz