Publié par Jean-Patrick Grumberg le 3 août 2020

La Maison-Blanche a critiqué Twitter pour avoir étiqueté les tweets de Trump avec des avertissements d’incitation à la violence lorsqu’il annonçait l’intervention de la police pour calmer les Antifas, et décidé que les appels iraniens au génocide contre Israël ne violaient pas sa politique.

La formidable Kayleigh McEnany, secrétaire de presse de la Maison-Blanche a explosé Twitter en déclarant que le géant des médias sociaux faisait preuve d’un parti pris flagrant en ciblant les conservateurs, en particulier le président Trump.

Sa prise de position fait suite aux déclarations d’une responsable de Twitter, Ylwa Pettersson, qui a déclaré à la Knesset (1) allez-vous faire cuire un œuf que les appels iraniens à éliminer Israël n’étaient que « des propos de politique étrangère sur des questions militaires et économiques qui ne sont généralement pas en violation de nos règles ».

La responsable de Twitter a déclaré que les tweets dans lesquels le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Khamenei, appelle à la destruction d’Israël ne violent pas les règles de Twitter contre les discours de haine, et qu’ils sont considérés comme de simples « attaques de politique étrangère ».

« Nous avons une approche envers les dirigeants, selon laquelle les interactions directes avec d’autres personnalités publiques, les commentaires sur les questions politiques du jour, ou le sabotage de la politique étrangère sur les questions militaro-économiques ne sont généralement pas en violation de nos règles », a déclaré Ylwa Pettersson, responsable de la politique de Twitter pour les pays nordiques et Israël, au Comité de la Knesset pour l’immigration, l’absorption et les affaires de la diaspora, par vidéoconférence.

Pettersson répondait à une question d’Arsen Ostrovsky, qui avait demandé pourquoi Twitter avait attaché une étiquette d’avertissement à un récent tweet du président américain Donald Trump, notant qu’il violait les règles de l’entreprise, alors que les nombreux tweets des dirigeants iraniens sur son souhait de voir Israël détruit sont restés sans réponse.

« J’ai trouvé [sa réponse] très révélatrice, et cela vous dit où se situent ces sociétés de médias sociaux : elles ne sont pas prêtes à évaluer les tweets de l’Ayatollah Khomeini mais elles sont prêtes à évaluer ceux du président Trump », a déclaré McEnany lors d’un point presse à la Maison-Blanche.

Depuis le mois de mai, un post-adolescent salarié de Twitter a commencé à ajouter des avertissements à certains des tweets du président américain – l’homme le plus puissant au monde – qualifiant certains d’entre eux de « non fondés » et avertissant les utilisateurs de vérifier les faits.

Et cela fait des années que Twitter est dénoncé pour son double standard, et peu importe qu’ils s’en rendent compte ou pas, puisque les dirigeants de Twitter ne font rien, soit par mauvaise foi, soit parce qu’ils ne voient que le mal qui les atteint dans leurs convictions. Ils laissent ainsi les dirigeants iraniens tweeter leur promesse de détruire Israël.

« Israël est une tumeur cancéreuse maligne dans la région de l’Asie occidentale qui doit être enlevée et éradiquée », a déclaré le Guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, entre autres déclarations d’amour et de paix.

Malgré les demandes répétées des responsables israéliens, Twitter a ignoré les appels au retrait des tweets, les qualifiant de « commentaires sur l’actualité ».

« C’est vraiment épouvantable, et cela ne fait que souligner leur parti pris écrasant et aveuglant contre les conservateurs et contre ce président », a déclaré McEnany.

Pourquoi le compte du « guide suprême » ne doit pas être fermé

Suite à cela, de nombreux commentateurs ont demandé que le compte de Khamenei soit fermé. Ils font une grande erreur !

  1. Ce n’est pas la fermeture du compte de Khamenei qui va faire que du jour au lendemain, Twitter deviendra une entreprise honnête ! Ne leur servons pas sur un plateau ce prétexte dont ils se serviront ensuite pour clamer leur neutralité.
  2. Si le compte Twitter de Khamenei est fermé, comment saurons-nous quelles sont les intentions des fous de Dieu iraniens ? L’information n’est-elle pas cruciale, en période de conflit ? Ne faut-il pas à tout prix connaître les intentions de ceux qui veulent votre mort ? Les armées n’investissent-elles pas énormément de ressources pour espionner et connaître les pensées des ennemis du monde libre ?
  3. Si le compte de Khamenei était fermé, cela ne rendrait pas celui du président Trump plus ouvert : il ne pourrait toujours pas exprimer librement ce qu’il a à dire.
  4. La solution, donc, n’est pas de fermer le compte des uns, mais de laisser libre le compte des autres.

    Le compte Twitter du président Trump, je le vois grossir à vu d’œil, au fur et à mesure que nous nous approchons de l’élection de novembre. Il croît d’environ 100 000 nouveaux abonnés tous les 3-4 jours.

La censure dont le président américain est victime alors que Khamenei ne l’est pas a une explication toute simple que vous devez garder en mémoire en permanence : tous les événements politiques qui se produisent lors d’une année électorale sont en rapport avec cette année électorale et les résultats que les acteurs des événements en attendent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.timesofisrael.com/twitter-tells-mks-khameneis-eliminate-israel-posts-dont-violate-its-rules/

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz