Publié par Jean-Patrick Grumberg le 4 août 2020

Le gauchisme dans toute sa splendeur : la loi n’est là que pour imposer sa volonté au peuple, mais ne s’applique pas à l’élite.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

De Blasio vient d’admettre, sans la moindre gêne, qu’il n’a demandé aucune autorisation municipale, aucun dépôt d’urbanisme, pour peindre Black Lives Matter devant la Trump Tower. Et il accuse Trump d’être un dictateur.

Le plus haut fonctionnaire municipal de la ville a ignoré son propre processus d’autorisation et de permis pour les demandes de projets d’art public, et il a fait peindre Black Lives Matter dans la 5e avenue, tandis qu’il est confronté à des plaintes pour violation du Premier Amendement pour avoir refusé de donner le feu vert à d’autres demandes de slogans.

« Nous n’avons pas dit « non » aux gens, nous avons dit « Si vous voulez postuler [pour peindre des fresques], vous pouvez le faire, mais il y a un processus à suivre », a déclaré M. de Blasio lors de la dernière conférence de presse de la mairie.

Le groupe pro-Président Trump, Women for America First, poursuit la mairie pour avoir bloqué une peinture murale avec son slogan « Engaging, Inspiring and Empowering Women to Make a Difference ! » dans une rue de Manhattan, alors qu’elle a autorisé plusieurs peintures BLM dans la ville.

De Blasio insiste sur le fait qu’il n’a pas bloqué les demandes, mais a simplement renvoyé des groupes comme Women for America First et ceux qui voulaient peindre Blue Lives Matter, en référence aux policiers, aux procédures administratives d’autorisation du ministère des Transports. Mais aucune autorisation n’a été demandée pour le mouvement BLM.

« C’est quelque chose qui transcende encore une fois toutes les réalités normales parce que nous sommes à un moment de l’histoire où cela devait être dit et fait, c’est une décision que j’ai prise », a déclaré M. de Blasio pour se justifier, sans se rendre compte qu’il se conduisait comme un dictateur, un dirigeant totalitaire qui se place au-dessus des lois lorsque la fin justifie les moyens, en bon communiste qu’il est.

« Mais le processus normal d’autorisation s’impose pour tous ceux qui veulent postuler pour leurs projets », a-t-il ajouté.

Interrogé sur les critères de candidature, la commissaire aux transports, Polly Trottenberg, très gênée, est restée vague.

« Tout le monde peut postuler dans le cadre de notre programme d’art public. Comme l’a dit le maire, la ville a également toute latitude pour peindre ces projets », a déclaré Mme Trottenberg.

De Blasio a déclaré que le mouvement de protestation BLM « transcende toute notion de politique ».

Quel menteur, quel hypocrisie, quel dégoûtant personnage ! Si Black Lives Magic transcendait vraiment toute notion politique, il ne l’aurait pas fait peindre juste devant la Trump Tower – mais aucun journaliste n’est assez honnête pour le dénoncer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz