Publié par Gaia - Dreuz le 9 août 2020

Source : Valeursactuelles

Après que le militant a traité l’essayiste de “sous-humain”, de nombreuses personnalités se sont offusquées de l’emploi de tels qualificatifs.

L’article de Valeurs Actuelles n’a pas plu à Taha Bouhafs, et il l’a fait savoir sur les réseaux sociaux en s’en prenant à l’un des journalistes de la rédaction, mais également à Éric Zemmour. « J’ai pas de leçon d’antiracisme à recevoir de propagandistes d’extrême droite qui se pignolent sur ce sous-humain de zemmour », a écrit le militant indigéniste. Des sobriquets qui ont eu le don de faire sortir de leurs gonds certaines personnalités. Si bien que devant la polémique, l’activiste a fait machine arrière en retirant finalement son tweet. 

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le champ lexical du nazisme ? 

Avant cela, le membre du bureau du Rassemblement national, Jean Messiha, s’était fendu d’une réponse sans filtres : « Des années que nous disons que l’islamisme est un nazisme. Le militant islamiste Taha Bouhafs traite Zemmour de ‘sous homme’. La même sémantique (unter mensch) qu’utilisaient les Nazis pour qualifier les Juifs. Le totalitarisme islamiste doit être combattu et anéanti. D’urgence ».

Le maire de Lavaur et ex-député du Tarn, Bernard Carayon, a également utilisé la comparaison avec le nazisme pour conspuer les propos du militant indigéniste. « Cette racaille de Taha Bouhafs traite Éric Zemmour de ‘sous-humain’. Qu’il nourrisse des complexes intellectuels, on le comprend. Mais cette expression renvoie au lexique du nazisme et du bolchevisme », rappelle-t-il, demandant à Twitter de prendre des mesures.

Le professeur de philosophie, Raphaël Enthoven, analyse également ses propos à la lumière de l’idéologie d’Adolf Hitler : « Ce qui est beau, c’est l’emploi de ‘sous-HUMAIN’, parce que ‘sous-HOMME’ serait discriminant pour les femmes !  Sublime précaution dans l’infâme. Parler comme les nazis, c’est cool. Tant qu’on est inclusif ! », dénonce-t-il. Enfin, le blogueur Verlaine constate lui aussi un dérapage dans la sémantique. « Sous-homme = homme [EricZemmour] que [TahaBouhafs] juge inférieur par sa race, sa religion, sa nationalité, son état, son opinion… ».

Le militant LGBT Mehdi Aifa a, lui, rappelé le passif de Taha Bouhafs en matière d’insultes à caractère raciste. « Rappelons que pour Taha Bouhafs et ses amis anti(racistes), nous sommes des ‘arabes de service’, des soumis à la ‘blanchité’ parce qu’on refuse de souscrire à leurs thèses racialistes et victimaires », a-t-il écrit sur Twitter. 

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz