Publié par Magali Marc le 11 août 2020

Les Démocrates encouragent depuis des mois (depuis le décès de George Floyd, fin mai) les émeutiers de Black Lives Matter qui ont été rejoints par les Antifas. Ces manifestants soi-disant « paisibles » ont causé des incendies et des meurtres dans plusieurs grandes villes des États-Unis comme Chicago, Portland, Seattle, New York, etc. Les Démocrates prennent les Américains pour des imbéciles, car ils pensent que ces derniers, pour se venger, vont voter contre Donald Trump et pour Joe Biden en novembre. C’est mal connaître les Américains.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 10 août.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

*******************

Les Américains commencent à réagir contre BLM et les Antifas

L’un des points de vue que j’ai défendu devant tous ceux qui veulent bien m’écouter est que la folie des Antifas et de Black Lives Matter que nous subissons est un phénomène purement gauchiste.

Ce gauchisme n’est pas seulement dû au fait évident que ces militants sont gauchistes, mais aussi au fait que les villes qui accueillent leur violence, souvent théâtrale, sont aussi dirigées par des gauchistes.

La vérité c’est que, depuis deux mois, la plupart des villes américaines ont vécu en paix et que la plupart des Américains détestent les émeutes.

J’ai également fait valoir qu’après avoir été frappés de plein fouet par les fermetures (sans doute inutiles) et les attaques des gauchistes dans les villes américaines dirigées par des Démocrates, les Américains réagissent.

La dernière résurgence de l’esprit américain a eu lieu à Fort Collins, dans le Colorado.

Bien que certains des faits entourant cet événement soient contestés, il y a quelques éléments qui demeurent parfaitement clairs.

Samedi (le 8 août), des centaines de personnes ont participé à un rassemblement « Back the Blue » pour soutenir leur police locale (NdT : les policiers américains portent des uniformes bleus).

Des personnes vêtues de noir, dont les vêtements les identifiaient comme étant des Antifas, se sont présentées en contre-manifestation. Leur présence n’a pas plu à certains des participants du rassemblement pro-police.

Une vidéo a été diffusée, montrant un contingent de manifestants du mouvement « Back the Blue » qui repoussait lentement la foule d’Antifas hors du quartier.

Alors que les Back the Blues avançaient, les membres d’Antifa reculaient. C’était un peu comme une danse majestueuse.

Un membre du contingent de Back the Blues était en fauteuil roulant, ce qui est important, car on l’a revu plus tard.

Tandis que la marche continuait, les Back the Blues n’étaient pas violents, mais ils étaient en colère, accusant la horde d’Antifas d’être irrespectueuse envers les vétérans et d’être communiste.

Il est significatif que les Back the Blues ne faisaient pas de commentaires racistes. Leur colère était entièrement due à leur mépris de l’idéologie politique défendue par les contre-manifestants.

À un certain moment, cette danse bizarre a quitté la route et s’est retrouvée dans un sentier bordé d’herbe.

L’homme qui filmait a tourné la caméra vers lui pour expliquer ce qui se passait:

« Nous sommes en train de faire sortir les communistes d’Antifa du quartier parce que personne ne veut d’Antifa dans ce quartier. »

La caméra retourne ensuite sur la marche lente.

Quelqu’un tenant un porte-voix s’est mis à crier :

« Au revoir, salopards de communistes. Au revoir. Rentrez chez vous. »

Encore une fois, ce n’était pas une question de race.

Et puis quelque chose s’est produit.

Les Back the Blues ont dit plus tard qu’un des membres d’Antifa avaient attaqué l’homme en fauteuil roulant.

On ne peut pas voir ça sur la vidéo, mais on entend un homme dire « Je vais bien, je vais bien ».

Il allait peut-être bien, mais ce qui s’est passé hors caméra a déclenché une bagarre et des hommes sont tombés dans un fossé le long du sentier.

À ce stade, c’était devenu une bagarre.

Trois choses étaient immédiatement évidentes : les Back the Blues se rappelaient les uns aux autres qu’aucune arme n’est autorisée, qu’au moins un membre du groupe Antifa avait un couteau, et que les Antifas ne sont pas de taille face à des patriotes en colère.

Une deuxième vidéo reprend l’histoire alors que la bagarre est terminée.
Cette fois, nous voyons le fauteuil roulant vide près du fossé et plusieurs Back the Blues qui aident l’homme à se rasseoir sur sa chaise.

Entre-temps, la police est arrivée et s’est dirigée tout droit vers les Antifas. Au moins l’un d’entre eux, peut-être plus, tentent d’échapper à l’arrestation en résistant violemment à la police.

Pour ce qui est de la personne qui a choisi de se battre contre la police, on peut entendre une femme dire : « Ce type est drogué », tandis que la personne qui filme la vidéo demande : « qu’est-ce qu’il a pris? »

Cela rejoint les rumeurs selon lesquelles une grande partie de la violence des Antifas résulte de leur consommation de drogues avant les émeutes qui ont pour effet d’amplifier leur agressivité et de les rendre moins sensibles à la douleur.

Mais Fort Collins n’est pas le seul endroit où les gens ont réagi.

Le Daily Mail a publié un grand reportage photo montrant des centaines de personnes marchant dans Beverly Hills (NdT : une ville située à 15km de Los Angeles) pour un rassemblement MAGA/#WalkAway (Pro-Trump).

En regardant les photos, vous verrez que la foule est plus diversifiée sur le plan racial que la moyenne des rassemblements de gauche.

C’est aussi une foule qui s’amuse et qui est paisible.

Les gens en ont marre de la gauche, ils reprennent leurs esprits et se souviennent que l’Amérique est une nation, sous l’autorité de Dieu, indivisible, qui prône la liberté et la justice pour tous.

Je donne le dernier mot à Mike Tyson. C’est une phrase qui semblent avoir été écrite pour ces jeunes Antifas dont le terrain d’entraînement à la bagarre se situait originellement sur Twitter, tandis qu’ils étaient assis confortablement dans le sous-sol de leurs parents :

« Les médias sociaux vous ont trop habitués à manquer de respect aux gens sans jamais vous prendre un coup de poing dans la figure. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz