Publié par Gaia - Dreuz le 11 août 2020

Source : Leparisien

Des dizaines de messages sur les réseaux sociaux faisaient état ce lundi soir de coups de feu, d’individu en fuite ou encore de blessés. Tout ceci était faux mais a semé la panique sur la Croisette.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Des touristes se pressant dans des hôtels pour s’abriter, des terrasses désertées en quelques instants et des forces de l’ordre en intervention. La panique a gagné la Croisette ce lundi en fin de soirée et a provoqué un important mouvement de foule à Cannes (Alpes-Maritimes). La raison : des rumeurs infondées concernant des coups de feu qui auraient été entendus.

La confusion a régné pendant plusieurs minutes. Mais, selon une source policière, il n’y a pas eu le moindre coup de feu, comme l’a confirmé le maire de Cannes, David Lisnard. « Il n’y a eu ni coup de feu à Cannes ni forcené retranché », a-t-il assuré sur son compte Twitter. Selon lui, ce « coup de folie collective » s’expliquerait par un individu ayant crié « coup de feu ».

« Pas de coup de feu, toutes les levées de doute sont faites »

« Nous faisons les ultimes levées de doute », a-t-il ajouté. Plusieurs personnes ont été légèrement blessées après avoir notamment chuté au sol, selon les pompiers, cités par France 3 Côte d’Azur.

Un peu plus tard dans la nuit, le maire de Cannes, toujours sur Twitter, a confirmé qu’il s’agissait donc bien d’une fausse alerte et donné quelques précisions sur le bilan de cette soirée très agitée dans sa ville. « Info sous-préfecture qui complète nos éléments : pas de coup de feu, toutes les levées de doute sont faites, 5 blessés à cause du mouvement de foule pour l’instant. 80 sapeurs-pompiers déployés par précaution sur le terrain », a ainsi détaillé David Lisnard.

Ce mardi matin, un premier bilan officiel fait finalement état de 44 blessés, dont « une partie a été transportée par les pompiers et une autre s’est rendue d’elle-même à l’hôpital », ont indiqué les pompiers à l’AFP. « Il n’y avait que des blessures légères: des traumatismes des membres inférieurs, des érosions, rien de grave », a ajouté leur porte-parole.

« Les gens se marchaient les uns sur les autres »

Lorsque le mouvement de panique s’est produit, Hava, choquée, se trouvait à la terrasse d’un restaurant, à une centaine de mètres de la Croisette. « On était attablés à une terrasse quand une foule de 200 ou 300 personnes est arrivée. Ils ont crié : « Il y a un attentat, une fusillade ! Les gens se marchaient les uns sur les autres. »

Sur les réseaux sociaux, nombre d’internautes ont également partagé leur panique, parfois en vidéo, avant de savoir qu’il n’y avait pas de danger.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz