Publié par Gaia - Dreuz le 12 août 2020

Source : vaticannews

La décision de François intervient à la demande des patriarches, en vue d’un plus grand bien spirituel pour leurs fidèles.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Avec un rescrit publié aujourd’hui par le Bureau de presse du Saint-Siège, le Pape a étendu la juridiction des patriarches catholiques orientaux sur toute la péninsule arabique (vicariats apostoliques d’Arabie du Nord et du Sud). François a pris cette décision à la demande expresse des patriarches et en vue d’un plus grand bien spirituel de leurs fidèles, compte tenu également des prérogatives historiques de leur juridiction sur le territoire.

Le soin pastoral des fidèles orientaux sur lesquels ils exercent leur juridiction se fera en coordination avec les vicaires apostoliques. Disposant des prérogatives des représentants pontificaux, les vicaires apostoliques -est-il précisé- sont les représentants de l’Église catholique auprès des autorités politiques de leurs pays respectifs, et les patriarches orientaux s’adresseront à eux dans ce domaine.  Par dérogation au can. 85 § I du CCEO (Code des Canons des Églises Orientales), l’éventuelle érection de nouvelles circonscriptions ecclésiastiques par les Synodes des Eglises Patriarcales sui iuris sera soumise à l’autorisation préalable du Siège Apostolique. Cette dérogation est établie pour cinq ans, après quoi elle sera réexaminée.

Rappelons que dans la région du Proche et du Moyen-Orient, deux dicastères exercent leur juridiction: la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, dans les vicariats apostoliques latins d’Arabie du Sud et du Nord, et la Congrégation pour les Églises orientales, dans les pays proches du Golfe Persique, tels que la Jordanie, l’Irak, l’Iran, le Liban, la Syrie, la Palestine, Israël et l’Égypte.

La disposition pontificale publiée aujourd’hui est le fruit de l’évaluation minutieuse faite par le Pape avec les dicastères compétents de la Curie romaine, après avoir écouté attentivement les observations présentées par les patriarches et les vicaires apostoliques d’Arabie du Nord et du Sud.

Cette disposition concerne six Églises patriarcales catholiques orientales : Alexandrie des Coptes, Antioche des Maronites, Antioche des Syriens, Antioche des Grecs-Melkites, Babylone des Chaldéens, Cilicie des Arméniens.

La clé de lecture du rescrit est celle de la communion. Malgré la diversité des traditions rituelles et leurs prérogatives légitimes et historiques, l’Église catholique, dans un contexte à forte majorité musulmane, doit continuer à sauvegarder et à promouvoir un horizon commun d’action pastorale, de compréhension et de collaboration, ainsi que l’importance de ne pas multiplier les interlocuteurs avec les autorités politiques, devant lesquelles les représentants pontificaux et les vicaires Apostoliques restent la référence privilégiée.

Les Églises patriarcales catholiques, pour leur part, pouvant compter sur leur présence séculaire dans la région, pourront assurer une pastorale directe à leurs fidèles, qui depuis 2003 relèvent de la compétence des vicaires apostoliques latins.

Tous ensemble, latins et orientaux, d’une manière désormais plus structurée et coordonnée, continueront à suivre les travailleurs migrants catholiques présents dans la région, afin qu’ils ne perdent jamais la possibilité d’écouter l’annonce de l’Évangile et d’être accompagnés par leurs pasteurs légitimes.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz