FLASH
[12:11] Explosion entendue partout en région parisienne : c’est un avion qui a passé le mur du son  |  Les sénateurs Républicains élaborent un projet de loi pour protéger les femmes, et empêcher les transsexuels de participer aux compétitions sportives féminines  |  Le directeur politique de Biden au Texas impliqué dans une escroquerie de collecte de bulletins de vote par correspondance  |  Le FBI déclassifie un document alléguant que l’affaire de la collusion russe était l’idée d’Hillary Clinton, Obama a été informé  |  Un trafiquant de drogue belge détourne un hélicoptère loué à son PROPRE NOM pour libérer sa femme prisonnière, découvre que la prison est trop petite pour y atterrir  |  Plus de 3 100 victimes de coups de feu dans le Chicago démocrate cette année  |  De Blasio dit qu’il infligera une amende à toute personne à New York qui ne porte pas de masque – le taux d’infection dépasse les 3 %  |  Le mouvement Amal condamne Macron pour avoir accusé les chiites d’avoir provoqué l’échec de formation du gouvernement libanais  |  Nasrallah : Les accusations de trahison de Macron sont inacceptables et condamnables  |  Les troupes indiennes ouvrent le feu à la frontière dans la région himalayenne contestée du Cachemire  |  Arménie vs Azerbaïdjan. 4ème journée : les combats continuent, des Kurdes et des Turcs syriens auraient été recrutés  |  Portland : Une émeutière menace de déféquer devant la porte d’un policier si sa voiture est rayée  |  L’agresseur de Charlie Hebdo accusé de tentative d’assassinat terroriste  |  Le débat présidentiel commence. Suivez nos commentaires sur le fil Twitter de Dreuz  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 12 août 2020

La Ligue de défense juive : Toulouse : Elle refuse de retirer son niqab pour entrer au commissariat et s’en prend violemment à un policier. La femme de 40 ans a écopé d’une peine de prison ferme (???) pour outrages et violences sur personne dépositaire de l’autorité publique.

La femme, fichée S, s’en est pris à un policier en arrivant au commissariat alors qu’il lui demandait de retirer son voile intégral. C’est une femme déjà connue des services de police et de la justice, jugée par le tribunal correctionnel de Toulouse (Haute-Garonne) pour avoir violenté et outragé un policier qui l’invitait à retirer son niqab, rapporte La Dépêche.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La femme, fichée S, s’est présentée au commissariat de Bellefontaine pour venir émarger, comme le prévoit son contrôle judiciaire. Cette femme de 40 ans est impliquée dans un dossier lié au terrorisme.

Toujours en cours d’instruction, l’affaire concerne la détention d’images de propagande djihadiste faisant notamment référence au groupe État islamique (EI). La femme, fichée S, (sûreté de l’État), avait déjà tenté par le passé de rejoindre la Syrie avec ses quatre enfants. Un policier faisait pénétrer les personnes, une par une, afin de respecter les mesures de distanciations sociales. Le fonctionnaire lui a demandé de retirer son voile, puis de mettre un masque de protection respiratoire. La situation a alors dégénéré. La femme a forcé le passage, obligeant le policier à lui faire une clef de bras. Elle a alors tenté de lui porter un coup au visage, en l’insultant et en lui arrachant son masque. En 2018, la police municipale lui a demandé de retirer son voile intégral interdit sur la voie publique. Elle a alors traité les fonctionnaires de « chiens de mécréants« .

« Par lâcheté, nous avons abandonné des territoires entiers de la République et nous banalisons certains comportements contraires à la République« , a lancé le procureur de la République qui a requis une peine de 6 mois de prison ferme. Déjà condamnée pour des faits similaires, la prévenue a écopé cette fois d’une peine de 2 mois d’emprisonnement, qu’elle effectuera à la maison sous bracelet électronique. ( !!!)

France culture.fr : « L’ensauvagement, c’est maintenant ! Il y a dix ans, Thérèse Delpech a publié un livre, L’ensauvagement, qui s’avère aujourd’hui prophétique : « Contre leurs adversaires, les faiblesses des sociétés occidentales ne sont ni militaires, ni policières, ni judiciaires, mais intellectuelles et morales. La force spécifique qui vient de la conviction est dans l’autre camp. Nous souffrons d’un déficit de la volonté. »

Ce déficit de la volonté est le propre de Macron qui ne veut rien faire contre l’ensauvagement de la France. Macron ne prendra jamais le risque épouvantable de défendre la France et les Français.

Ces ennemis de nos sociétés occidentales ont le champ libre parce que Macron-le-petit manque des plus élémentaires vertus de courage et d’honnêteté intellectuelle. La passivité de Macron qui accompagne la montée de la violence est de plus en plus inquiétante. Ces ennemis de la France bénéficient de l’inaction de Macron. Les idées neuves ne naissent jamais dans le cerveau de Macron. Dans tous les domaines, Macron-le-petit sait seulement faire preuve de faiblesse. En réalité, dans tous les domaines, Macron n’a rien à dire !

Face aux difficultés habituelles à vouloir nommer les ennemis de la France et des Français, Macron, par manque de courage politique, a toujours refusé de désigner comme ennemi l’islamisme radical.

Les socialistes ont toujours proclamé naïvement leur désir de paix face à des assassins islamistes qui considèrent que la lâcheté socialiste déguisée en forme de pacifisme est un signe de faiblesse véritable.

La lâcheté de Macron est une promesse de sa reddition prochaine à l’islamisme conquérant !

Thérèse Delpech cite Aleksander Wat qui disait : « La faiblesse est un appel aux barbares ! »

La négation du réel des violences par la lâcheté socialiste a une longue tradition en France.

Valeurs actuelles : Jordan Bardella : Ensauvagement de la société française : sortir du déni et de la fatalité ! Député européen et vice-président du Rassemblement national, Jordan Bardella dénonce le chaos insécuritaire » qui mine le quotidien des Français. Thomas, 23 ans, poignardé à mort à Sarcelles, Philippe, chauffeur de bus lynché à mort à Bayonne pour avoir fait une remarque à des passagers, Mélanie, jeune gendarme et judokate de 25 ans, fauchée par un délinquant au casier judiciaire chargé, Axelle, renversée et traînée sur plusieurs centaines de mètres par un conducteur qui venait d’écraser son chien. À Toulouse, pour avoir simplement demandé à un groupe de faire moins de bruit dans sa rue, un homme de 44 ans est tabassé à coups de pied de biche et s’en sort avec de multiples fractures et traumatismes graves.

Cette ultra-violence devient structurelle et s’installe progressivement dans le quotidien des Français.

La mort d’Axelle Dorier embrase la poudrière identitaire. L’été est marqué par une succession de meurtres et d’agressions ultra-violentes dont l’horreur est inversement proportionnelle à la futilité des motifs.

Si ces vies fauchées et ces familles endeuillées par l’ultra-violence suscitent l’indignation sur les réseaux sociaux, force est de constater que Macron ne veut rien faire contre l’ensauvagement de la France.

L’agression du chauffeur de bus à Bayonne, c’est la France Orange mécanique de Macron !

L’excuse sociale des délinquants et des criminels par la lâcheté socialiste déguisée en bienveillance n’est plus supportable. À cette situation odieuse s’ajoute l’abjecte minimisation de la réalité des délinquants et des criminels avec les incivilités de Macron-le-petit, ce qui confine au déni pur et simple de la réalité.

La mort d’Axelle Dorier, de Mélanie Lemée et de Philippe Monguillot, victimes de l’ensauvagement de la France, sont une deuxième fois victime par les incivilités de Macron-le-petit, cette terrible euphémisation de la barbarie qui s’est installée dans ce pays soumis à des dirigeants LREM-socialistes incompétents. Cette déconnexion, ce déni du réel, cette euphémisation de la barbarie, signent la fin prochaine de Macron-le-petit.

C’est cette réalité mensongère qui explique le succès du hashtag #OnVeutLesNoms sur Twitter, dénonçant le mensonge par omission (Mohamed s’appelle Gérard !) pratiqué par les journalistes collabos à propos des auteurs des violences qui scandalisent les Français. Ce qui renforce l’exaspération, c’est que ces morts, ces vies brisées, ces deuils, ces drames des familles et des proches, pourraient être pour une grande partie évités par l’application stricte de la loi sur l’ensemble du territoire, par des peines à la hauteur des délits et des crimes commis, par l’application entière des peines prononcées par la Justice contre ces auteurs qui sont pour la très grande majorité d’entre eux multirécidivistes. Les Français, conscients de la déliquescence de l’État incapable de les protéger, peuvent recourir à l’autodéfense, cette forme d’auto-justice des faibles.

Avec Macron : La chienlit, c’est lui et l’ensauvagement de la France, c’est lui ! Le pays peut sombrer dans un chaos insécuritaire, établi sur des conflits identitaires, auquel viendra s’ajouter le chaos économique.

Macron-le-petit est un président partisan qui refuse d’être le président tous les Français parce qu’il en est incapable. C’est lui qui organise la chienlit et la vulnérabilité des honnêtes gens. Il recrute une bonne part de son électorat dans la population « issue de l’immigration ». C’est un traître dont on ne peut rien attendre.

Le lobby GOF-LGBT, un État dans l’État : Macron ne défend que les intérêts partisans de la religion LREM-GOF-LGBT ! La nouvelle religion de la PMA de combat pour les lesbiennes est la négation absolue de la démocratie. Macron-le-petit totalitaire impose le libéralisme rose de la PMA-GPA pour les lesbiennes des loges maçonniques pour la mondialisation heureuse, aujourd’hui considérée par les progressistes comme la seule voie de salut pour désintégrer la communauté nationale et l’unité nationale contre les vrais Français. Macron est un président partisan qui ne protège pas la France contre l’ensauvagement général de la société.

La Croix : Marine Le Pen dénonce une société livrée à l’ensauvagement : « On meurt pour 50 euros, un portable, une cigarette, un regard, et même simplement parce qu’on est Français ! L’impunité d’aujourd’hui c’est la récidive de demain. » Marine Le Pen a mis en parallèle ce laxisme du gouvernement face aux racailles avec la répression du mouvement des Gilets jaunes, en laissant la voie libre aux cagoulés vêtus de noir de l’extrême gauche, parce qu’ils ont pour mission (de la police ?) de salir le mouvement des Gilets jaunes.

Debout la France : « Combattre l’ensauvagement de la société française en restaurant l’autorité de l’État et en stoppant la submersion migratoire. Chaque jour, on enregistre en France 121 attaques à l’arme blanche. Toutes les 21 secondes, un Français est victime d’une agression gratuite« . La France de Macron est devenue l’un des pays les plus dangereux du continent européen selon Eurostat. Les zones où l’insécurité règne impunie s’étendent chaque jour et n’épargnent nulle partie du territoire national. La lâcheté du pouvoir et des médias collabos tient à son incapacité à assurer la sécurité des Français et à nommer les choses. La France de Macron baigne dans la culture de la haine de la France des déconstructeurs qui veulent la mort de notre civilisation. Ils tolèrent une barbarie qui ignore nos valeurs, nos lois et les principes de toute humanité.

Le Huffington post collabo de gauche pro-Macron accuse : L’instrumentalisation des violences par les politiques : Marine Le Pen agite encore la peur de « l’ensauvagement ». Elle a dénoncé l’insécurité en appuyant sa démonstration sur de récents faits divers pour montrer « l’ensauvagement de la société », dont l’immigration serait selon elle en grande partie responsable. Un sentiment d’insécurité généralisé s’installe en France. Insécurité physique avec un ensauvagement progressif de la société avec ses meurtres gratuits au couteau, à la machette, ces lynchages pour des motifs futiles, ces passages à tabac pour un simple regard, ces violences verbales ou physiques sur les femmes. Pas un jour sans cette violence endémique !

C’est un moyen politique aux mains du pouvoir et la politique de la peur de Macron pour maintenir un danger endémique qui n’est rien d’autre que le danger de la politique de Macron qui impose une immigration à marche forcée contre le pays réel et les Français et une politique du chaos pour faire peur aux gens !

Macron veut passer sous silence « l’ensauvagement de la société », ce phénomène qu’il nie avec les incivilités pour déformer notre perception de la réalité des violences criminelles qui restent impunies.

La France est malade de Macron et de « l’ensauvagement de la société » contre les Français. Les Français ne reconnaissent plus la France du chaos de Macron. La Liberté, l’Égalité, la Fraternité, tout cela a disparu avec la guerre partisane de Macron contre la France et les Français qui ne sont rien ! Avec Macron, l’arrogant incompétent totalitaire gay-friendly, en France, tout est devenu factice, aliéné, et perverti.

Front Populaire : Violences : l’ensauvagement s’accélère ! La liste des agressions violentes et des crimes gratuits n’en finit pas de s’allonger. Il est temps de reconnaître qu’il ne s’agit plus d’incivilités mais d’un phénomène structurel d’ensauvagement de la société. Marianne a compilé une liste des violences graves au cours desquelles des citoyens ont été violemment agressés, voire tués, ces dernières semaines en France. Depuis le 4 juillet, ce ne sont pas moins de quatre vies qui ont été fauchées par cette violence exacerbée. Loin de représenter des faits isolés, ces agressions tendent à devenir, comme le démontre leur fréquence en juillet, la lame de fond d’une société française pestiférée par l’ensauvagement. La véritable amnistie de fait accordée par le gouvernement est un signal désastreux pour les délinquants conscients de leur impunité.

Le Salon beige : Le dépérissement de l’État, cause de l’ensauvagement. Que dire à ces millions de Français qui ont tout bien fait, bien-fondé une famille, élevé des enfants, et qui n’y arrivent plus ? Le social, ce n’est pas le 93, c’est le malheur français. La misère : c’est l’abandon de l’État et c’est le mépris du pouvoir.

breizh-info : L’ensauvagement de la France de Macron se poursuit en silence. La France croule sous les attaques, meurtres et viols sauvages. Les faits barbares sont si nombreux qu’il n’est pas possible de tous les citer. Conflits ethniques entre Africains et Maghrébins à Grenoble : Au regard des derniers événements, il s’agirait plutôt du Brazzaville français, du nom de la capitale du Congo. Un homme de la communauté congolaise grenobloise a été poignardé à mort. Des Maghrébins seraient à l’origine du crime et reçoivent donc désormais les menaces des Africains en colère, parmi lesquels les membres de la LDNA, la Ligue de Défense Noire Africaine. Aux manifestations ont succédé des bagarres et même l’incendie d’un commerce africain. Le couteau est une arme à la portée de tous et fait des ravages en France entre certaines mains.

Europe1.fr : Marine Le Pen et l’ensauvagement de la France. Elle a dénoncé l’ensauvagement de notre nation, caractérisé par « une violence gratuite qui se déchaîne par hasard », un véritable « terrorisme« .

L’insécurité des Français est « une problématique majeure de notre société moderne, l’ensauvagement de notre nation avec la déconstruction de tout ce que la civilisation a patiemment construit au fil des siècles« .

La France connaît une situation de violence du quotidien inédite dans son histoire et Macron regarde ailleurs ! Il ne veut surtout pas pointer « une violence gratuite » contre laquelle il serait bien obligé d’agir !

Libération dénonce l’ensauvagement de la vie politique, avec la nouveauté et le danger de la situation politique actuelle : un climat politique de plus en plus violent ! La France se confronte à la démocratie usurpée qui souligne à l’envi l’approfondissement des fractures françaises aggravées par Macron totalitaire.

Ce sont les fractures territoriales, sociologiques, religieuses, partisanes et culturelles issues de la légitimité usurpée par le biais du suffrage universel faussement majoritaire mise en cause par la vitalité d’une démocratie populaire directe. La montée de la violence politique, chacun peut la mesurer. En réalité, elle ne cesse de s’accroître depuis plusieurs années, mais elle s’est accentuée depuis l’élection usurpée de Macron.

Gilets jaunes, grèves et manifestations contre les retraites, la France est en effervescence contre Macron depuis trois ans. Avec la Castapo, la brutalité des affrontements a fait des centaines de blessés et d’éborgnés. La colère a débouché sur des agressions contre les permanences des députés LREM-socialistes, et contre leurs domiciles. Macron fait justement l’objet d’une intense détestation. On l’injurie, on le menace, on le pend en effigie ou on plante sa tête sur une pique factice. Il y a contre lui des simulacres de révoltes !

Avec la violence politique de Macron contre les Français, on assiste au retour historique de la haine.

Dans les manifestations, Libération voit bien que s’exprime une haine spécifique envers Macron, symbole, incarnation et même quintessence de l’ennemi de classe. Ce qui s’entend dans les rues déferle et emporte tout sur les réseaux sociaux, l’autre lieu du combat politique. C’est un tsunami de violence verbale, d’interpellations, d’exécrations, d’ostracisme. La haine s’y déploie sans entrave, encouragée par l’anonymat.

C’est une force montante qui s’impose chaque année davantage et qui n’a ni limite ni entrave réelle.

Libération dénonce : En 2005, ce sont les réseaux sociaux qui ont porté le non au référendum sur la Constitution européenne, à grand renfort de mensonges et de fausses révélations. (???) En 2017, des réseaux notoirement liés au Kremlin (???) ont tenté d’infléchir le vote français, comme ils sont intervenus massivement durant la campagne du Brexit (???) ou contre Hillary Clinton (???) : Libé de gauche : Parano !

Libération balance : Aujourd’hui, à propos de la réforme des retraites, les réseaux sociaux accumulent les fausses informations. (???) Facile de jouer sur les peurs légitimes, sur les préjugés et sur les détestations.

Face aux réseaux sociaux, la propagande gouvernementale mensongère n’a aucune chance. Il y a désormais deux réalités : la propagande gouvernementale mensongère contre le débat public, et la vérité, la seule disponible sur les réseaux sociaux. C’est ce que Duhamel sur Libération de gauche veut dénoncer : Les réseaux sociaux sont incontrôlables (en tout cas incontrôlés) et peuvent charrier, sans risque, fausses vérités et vrais mensonges, fantasmes et conspirationnisme alors que les nationalismes en sont les bénéficiaires.

Alain Duhamel : Les réseaux sociaux deviennent le terreau, l’instrument favori de l’extrémisme. Dans les années 30, la propagande extrémiste (Duhamel fait appel à l’Hitlérisme !) éclipsait la propagande officielle. Au XXIème siècle, les réseaux sociaux dégagent la route de l’extrémisme sous le regard du vieux monde. (???)

C’est dire si tout cela est fait par Macron-le-petit avec le plus grand sérieux ! Que peut-on attendre de ces gens-là, quand on sait que Macron : La chienlit, c’est lui ! L’ensauvagement de la France, c’est lui !

La France soumise à Macron : La chienlit, c’est lui ! brûle, et pas seulement avec ses églises.

Comme le dit si bien h16 : Ce pays est foutu !

Assurément, tout ça va mal finir !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz