Publié par Rosaly le 13 août 2020

La grave crise économique, sociale et politique qui frappe deux pays clés de la Méditerranée – la Tunisie et l’Algérie – va créer des centaines de milliers de chômeurs dans quelques mois : une bombe à retardement pour la stabilité de l’Afrique du Nord et du flanc sud de l’Europe.

Un aperçu de ce qui pourrait arriver a eu lieu en juillet dernier, avec 7.067 personnes (pour la plupart des ressortissants tunisiens) entrant illégalement en Italie par la mer, selon les données du ministère de l’Intérieur : +549% par rapport à la même période en 2019 et +258% par rapport à juillet 2018.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Un phénomène qui a enfin déclenché les sonnettes d’alarme en raison du danger coronavirus : les foyers de contamination parmi les nouveaux migrants ont finalement alarmé le gouvernement. Suite à la colère des maires siciliens, l’armée a été déployée pour garder le hotspot de Pozzallo. Ce qui n’empêche pas les clandestins tunisiens de s’enfuir des centres d’accueil et de disparaître dans la nature. Ces désespérés, dont certains infectés par le virus chinois, ne supportent pas de rester en quarantaine. Comment ose-t-on infliger une telle torture aux membres de la meilleure communauté qui soit ?

La vague tunisienne

En Tunisie, les autorités affirment avoir intensifié la lutte contre la traite des êtres humains, (apparemment avec très peu de succès) tandis que l’Italie a (mollement) relancé les rapatriements bloqués par la pandémie.

Le nouveau chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, ancien ministre de l’Intérieur, connaît théoriquement bien le dossier. Il a participé à des réunions avec des collègues du groupe 5+5 (Italie, Allemagne, France, Espagne, Malte d’une part, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie d’autre part) afin de trouver une manière commune et coordonnée de prévenir et de combattre la traite des êtres humains. (Paroles, paroles, paroles ! Rien que du bla-bla !)

Cela suffira-t-il à enrayer une nouvelle vague à l’automne, lorsque la crise économique provoquée par le coronavirus entraînera une explosion du chômage dans le pays ? Rien n’est moins sûr !

Jusqu’à présent, 6.381 Tunisiens ont débarqué en Italie, ce qui représente 42% des nationalités déclarées. Ces clandestins s’ajoutent aux migrants en provenance du Moyen-orient et d’Afrique subsaharienne amenés par les navires des ONG, criminellement indifférentes aux conséquences dramatiques pour le peuple italien.

Une partie non négligeable de ces débarquements fantômes de Tunisiens ne sont cependant pas enregistrés. Ils déversent en Italie de véritables hordes, qui ne ne demandent pas l’asile politique et ne veulent pas être identifiés. Il est impossible de les quantifier, vu qu’ils se diluent dans la nature une fois arrivés, souvent de nuit, sur les plages. Ils créent ainsi de graves problèmes de sécurité liés au danger du terrorisme et du Covid-19.

Au cours des dernières 24 heures, plus de 50 Tunisiens ont débarqué à Lampedusa sur trois embarcations. Un flux continu qui inquiète les Italiens. Il y a dix jours, Luigi di Maio (ministre des Affaires extérieures et de la Coopération internationale) avait rencontré l’ambassadeur tunisien à ce sujet. De même, Luciana Lamorgese (ministre de l’Intérieur) avait rencontré le président Kais Saied le 27 juillet à Tunis pour lui exprimer ses inquiétudes, quant à l’arrivée incontrôlée de personnes ayant quitté les côtes tunisiennes. Elle se réjouissait pourtant du départ de son prédécesseur, Matteo Salvini, ce monstre sans coeur qui empêchait ces pauvres ères à la recherche d’une vie meilleure de débarquer sur le sol italien.

La Tunisie plongée dans une très grave crise

Il convient de rappeler que la Tunisie tente de former un nouveau gouvernement « à un moment des plus dangereux depuis l’indépendance » comme l’a souligné le Président Saied.

Et afin d’accentuer le caractère dramatique de la situation, il a adressé un avertissement aux « conspirateurs » étrangers, dont l’intention est de subvertir l’ordre du pays, avec l’aide d’agents locaux.

« Nous affronterons avec force tout parti (politique) qui tente de saper l’État tunisien ou dont l’intention est de violer sa légitimité », a déclaré M. Saied, dans ce qui semble être un message au parti islamique Ennahda, considéré comme proche de la Turquie et du Qatar.

L’économie, quant à elle, risque de s’effondrer. Selon les estimations les plus prudentes, le pays connaîtra une grave récession d’au moins 6,5 points de pourcentage du produit intérieur brut en 2020.Et comme si cela ne suffisait pas, l’incertitude politique risque de retarder la conclusion du nouvel accord avec le FMI, un fait qui, selon l’agence de notation Moody’s, mine la crédibilité du pays et rapproche la Tunisie du risque de défaut.

Les harraga algériens

Les arrivées de migrants en Italie ne s’effectuent pas seulement au départ de la Tunisie. Au moins 742 Algériens ont débarqué en Sardaigne depuis le début de l’année, un phénomène alarmant, lié au danger de nouveaux foyers de Covid-19. Les « harraga » (immigrés clandestins) espèrent rejoindre la France, qui abrite la plus grande communauté algérienne d’Europe.

Mais le passage vers la France est maintenant rendu plus difficile par les contrôles anti-coronavirus et nombreux Algériens restent bloqués en Italie, avec tous les dangers que cela comporte pour la population.

La courbe épidémique en Algérie est tout sauf descendante avec environ 500 infections par jour, 9.600 cas actifs et 1.300 décès.

Si la situation économique de l’Algérie n’est pas aussi compromise que celle de ses voisins tunisiens, elle en demeure néanmoins compliquée.

Un rapport publié mi-juillet par Verisk Maplecroft, une société britannique d’analyse des risques, met en garde contre une crise financière imminente : il n’y aurait bientôt plus de fonds pour payer les pensions, idem pour les salaires et les fournitures provenant de l’étranger.

Un scénario cauchemardesque qualifié de « ridicule » et « d’absurde » par les Autorités, mais qui s’inscrit dans le contexte de la chute des revenus du pétrole et du gaz, qui représentent une grande partie des recettes du Trésor.

Après le Liban, qui a fait défaut en mars dernier, deux autres pays arabes sont maintenant plongés dans de graves difficultés.

C’est surtout l’Italie, qui payerait le prix fort si la Tunisie et l’Algérie devaient s’effondrer, car elle serait en première ligne pour recevoir les nouvelles vagues migratoires de « désespérés », à la recherche d’une vie meilleure en provenance du Maghreb.

Plus que jamais, l’Italie doit à nouveau attirer l’attention de l’UE, non seulement sur la crise en Libye, mais également sur toute la rive sud du Mare Nostrum, même si l’espoir qu’elle offre une solution à ce problème d’invasion soit extrêmement mince. Les relocalisations promises l’année dernière au gouvernement Conte II sont restées lettres mortes. Les migrants à répartir entre plusieurs pays européens volontaires sont toujours en Italie.

Pourquoi les Arabo-musulmans d’Afrique du Nord ne se rendent-ils pas dans l’un des 57 paradis islamiques, pays frères en Allah, au lieu de se précipiter dans l’antre du Mal constitué par les pays koufars d’Europe, ces pays d’infidèles qu’ils détestent, qui souillent leurs âmes si pures de pieux musulmans ? Seraient-ils des êtres si vénaux ces croyants à l’âme et au coeur si purs, au point de préférer l’Europe impure, mais généreuse au paradis islamique d’une pureté éclatante, mais plus radin ? Loin de moi cette idée saugrenue. Ils viennent ici pour remplir leur mission politico-religieuse : propager l’islam et au passage profiter de la naïveté des koufars, dont le devoir est de leur payer la jizya

Pourquoi nos gouvernements persistent-ils à les accueillir au nom d’un faux humanisme, d’une hypocrite tolérance, d’une vision utopique d’une société multiculturelle heureuse, ces millions de musulmans, alors qu’ils n’apportent que chaos, misère, destruction et terreur ? Leur haine du Christianisme est-elle si forte au point de vouloir le remplacer par la plus grande escroquerie de l’Humanité : l’islam !

Pourquoi les gouvernements occidentaux se courbent-ils devant les adeptes de l’islam, alors que le coran ordonne la soumission ou la mort des infidèles, s’ils ne se convertissent pas … Que cache leur aveuglement suicidaire pour nos peuples?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source: « Migranti, rischio nuova ondata da Algeria e Tunisia» (InsideOver – Il Giornale.it)

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.


En Hommage à Rachel Franco, je terminerai par ce vibrant plaidoyer de Rachel pour la France, cette France qu’elle aimait tant. Ce poème peut aussi être dédié à tous les pays occidentaux, qui jusqu’à présent subissent sans trop résister le même sort tragique.

France, le début de la fin

Dédiée à la France d’antan qui rêvait d’une fraternité aujourd’hui déchirée

Ils sont venus, ils sont tous là
Dès qu’ils ont entendu ce cri
« Elle va mourir la patrie ! »

Ils sont venus, ils sont tous là
Avec des larmes pleins les yeux

Au chevet des valeurs rejetées

Adieu Liberté, Egalité, Fraternité !

Y’a tant d’amour, de souvenirs
Autour de toi, toi la patrie
Y’a tant de larmes et de sourires
A travers toi, toi la patrie…

Oui, la France des Lumières pleure de n’avoir su défendre ses valeurs, car aujourd’hui une autre France se lève et jette aux orties l’héritage des Anciens.

Pourtant au prix de tant de sacrifices et à la force de leurs poignets, ils avaient bâti la vraie et belle France des droits de l’homme. En mai 2012, au chevet de la laïcité, se tiennent les enfants du pays, trahis par la chose politique pervertie.

Voici donc revenu, le temps des cerises
Où l’on s’en va en bande, bruler en rêvant
Les véhicules dans les cités…
Cerises de haine aux robes pareilles,
Tombant sous les drapeaux verts en gouttes de sang…

La France des Lumières sera-t-elle avalée par la bête immonde aux couleurs de l’obscurantisme religieux ? Mais comment résisterait-elle aux coups bas portés par les ennemis de la démocratie ?

Elle s’est laissée prendre dans les filets de ses illusions, refusant de démasquer les fous d’Allah, prônant l’intégrisme religieux. Elle s’est laissée emporter par la vague de ses intentions qui pavent désormais le chemin de l’ère islamique.

Belle et douce France, ne pouvais-tu comprendre que ne sachant te défendre, la mort programmée aurait raison de tes faiblesses ?

C’est la lutte finale ; ils se sont groupés et déjà le changement !

L’internationale s’est alliée aux islamistes pour conquérir le genre humain.

Debout la France d’antan,

Debout les oubliés de la patrie,

Vos droits et valeurs tonnent en vos cœurs,

C’est le début de la fin.

Vos racines doivent être réhabilitées,

France, debout, debout !

Le monde ne peut changer de base,

Ne laisse pas ravir ta couronne de liberté.

Y’a tant d’amour, de souvenirs
Autour de toi, toi la patrie
Y’a tant de larmes et de sourires
A travers toi, toi la patrie…

Vos racines doivent être réhabilitées,

France, debout, debout !

Le monde ne peut changer de base,

Ne laisse pas ravir ta couronne de liberté.

Y’a tant d’amour, de souvenirs
Autour de toi, toi la patrie
Y’a tant de larmes et de sourires
A travers toi, toi la patrie…

Oui je t’aime

Dans la joie ou la douleur
Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon cœur.

Depuis Jérusalem, capitale d’Israël, le 7 Mai 2012

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz