Publié par Manuel Gomez le 20 août 2020

Je me pose la question de savoir si Benjamin Stora est né comme ça ou s’il s’est détérioré aussi gravement en vieillissant ? 

Pour répondre à ses détracteurs, dit-il, et ils sont bien nombreux, il a choisi un quotidien algérien « Le soir d’Algérie », de telle manière qu’il est ainsi certain de ne pas être contredit. 

Et, selon lui, ce sont « Les héritiers des « ultras » de l’Algérie française » qui n’ont jamais accepté l’indépendance de l’Algérie. 

Ce sont eux qui « refusent de regarder en face le passé colonial de la France » ? 

Vous avez tout faux, Stora « Les héritiers de l’Algérie française, tout comme les « ultras » qui sont encore de ce monde, ne vous en déplaise, « se foutent totalement de l’indépendance de l’Algérie et, pour parler très vulgairement « Ils s’en battent les couilles », car eux ils en ont… 

Ce qui leur fait « mal au ventre », Stora, à ces « héritiers de l’Algérie française et aux « ultras », c’est de constater ce qu’est devenu ce pays, qu’ils ont bâti en un siècle de colonisation et qui en avait fait le plus beau fleuron du bassin méditerranéen (de l’aveu même de certains dirigeants nationalistes du FLN), ce pays devenu en 60 années de « liberté retrouvée », sous la direction de dirigeants incapables d’en poursuivre l’évolution, un territoire inculte, qui oblige toute sa jeunesse à s’enfuir vers d’autres cieux, qu’ils espèrent plus cléments, et sa vieillesse à regretter « Le temps béni des colonies » 

« Refuser de regarder en face le passé colonial de la France », dites-vous ! Vous délirez, Stora, non seulement nous le regardons bien en face mais nous en sommes même très fiers : les « nostalgiques de l’Algérie française », Stora, ne sont peut-être pas ceux que vous supposez l’être, mais bien ceux qui, dans cette Algérie indépendante et « libre » n’ont pas d’autre avenir que de terminer leur vie sur cette terre qui ne produit plus rien, à part de la corruption et des « migrants » destinés à l’exportation. 

Vous parlez des juifs d’Algérie, Stora, ne confondez pas cette minorité de juifs de Constantine, dont vous êtes issu, élevée dans les mœurs orientales des générations précédentes et qui sont restés, inconsciemment ou non, les « dhimmis » des Arabes, et les juifs de l’Algérois, ceux que j’ai bien connu, les Aboulker, Dahan, Sebaoun, Zerbib, Lellouche, Zemmour, et bien d’autres qui, tous, avaient compris, dès le début des « événements d’Algérie », qu’il ne s’agissait pas uniquement d’une guerre pour obtenir l’indépendance, mais surtout une guerre de religion, pour les nouveaux maîtres de l’Algérie, après qu’ils aient éliminé les véritables fondateurs des mouvements « autonomistes », pour en faire une « terre islamiste », dont on a pu constater, hélas, l’affreux et monstrueux résultat dans les années 90. 

Vous auriez dû rester en Algérie, Benjamin Stora, comme certains de vos semblables, toujours « dhimmis » des Arabes, car c’est bien ce que prouvent vos écrits et vos déclarations : c’est à leur service, et non pas au service de la France, que vous participez actuellement, et depuis toujours ! 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

27
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz